La Belgique est le seul pays qui autorise l'euthanasie pour les mineurs, sans limite d'âge (Image d'illustration)
La Belgique est le seul pays qui autorise l'euthanasie pour les mineurs, sans limite d'âge (Image d'illustration)

Belgique : première euthanasie d'un mineur

A sa demande, un adolescent de 17 ans atteint d'une maladie incurable a été euthanasié en Belgique. Une première depuis l'entrée en vigueur, en 2014, de cette loi controversée. 

La rédaction d'AlloDocteurs
La rédaction d'AlloDocteurs
Rédigé le , mis à jour le

"L'euthanasie est déjà faite" a expliqué à l'AFP Jacqueline Herremans, qui fait partie de la commission fédérale de contrôle et d'évaluation de l'euthanasie. Elle a pour mission de vérifier que l'acte a bien eu lieu dans le cadre prévu par la loi belge.

"Il n'y a heureusement que très peu d'enfants qui rentrent dans ces critères, mais cela ne signifie pas que nous devrions leur refuser le droit à une mort digne", a ajouté le professeur Wim Distelmans, président de la commission "euthanasie"

Une procédure très encadrée

La loi belge est très stricte concernant l’euthanasie des mineurs. Il doit se "trouver dans une situation médicale sans issue entraînant le décès à brève échéance", être confronté à une "souffrance physique constante et insupportable qui ne peut être apaisée et qui résulte d'une affection accidentelle ou pathologique grave et incurable".

L'enfant ou adolescent doit prendre, lui même, l'initiative de la demande, qui est ensuite étudiée par une équipe médicale et un psychiatre ou psychologue indépendant. Les parents doivent également donner leur consentement. Au moment du débat sur la loi, les législateurs avaient décidé d'écarter les souffrances "psychiques" pour les mineurs.

Une loi de 2014 contestée

Le vote en 2014 avait causé au préalable une vive controverse en Belgique, pays de tradition catholique. Certains pédiatres et des membres de la hiérarchie catholique s'y étaient notamment opposés.

A l'époque, l'auteur de la loi, le sénateur socialiste Philippe Mahoux, avait expliqué qu'il fallait aussi répondre au souhait des pédiatres et infirmiers confrontés à la "souffrance insupportable" d'enfants, à laquelle ils ne pouvaient répondre que dans l'illégalité. Il avait ainsi évoqué un projet "humaniste".

Selon un sondage, paru quelques mois avant le vote, près de trois-quarts des Belges étaient favorables à l'extension aux mineurs du droit à l'euthanasie.

La Belgique, un pays pionnier

La Belgique est le seul pays au monde à autoriser, sans limite d'âge, des mineurs "en capacité de discernement" et atteints d'une maladie incurable à choisir d'abréger leurs souffrances, et ce depuis une modification de la loi sur l'euthanasie en février 2014. Les Pays-Bas ont une loi similaire mais qui fixe une limite d'âge à 12 ans.

Plus de 2.000 cas d'euthanasie ont été déclarés en 2015 en Belgique, un record depuis la dépénalisation de la pratique en 2002. Le nombre des cas était de 24 cette année là, de 500 en 2007, de 1.133 en 2011.