Poux de cils : d'où viennent-ils et comment s'en débarrasser ?

Il existe sûrement des questions que vous n'avez jamais osé poser, par pudeur, crainte, voire même honte... Notre journaliste, Mélanie Morin, les a posées à votre place à un spécialiste ! Aujourd'hui, il est question de morpions dans les cils.

Mélanie Morin
Rédigé le
Des petites bêtes dans les cils... - Chronique de Mélanie Morin du 15/04

De petites bêtes sur les cils, à proximité immédiate des yeux, nécessitent une consultation médicale. Il ne faut pas être gêné et ne pas hésiter à consulter un ophtalmologiste surtout si cela vous démange au niveau des paupières parce que c’est un indice important qui va mettre la puce à l’oreille de l’ophtalmo.

Vous pouvez avoir des poux dans les cils ! Cela ressemble à un minuscule crabe de 2 millimètres. L'ophtalmo explique qu’il ne s’agit pas des poux de la tête qui sont descendus dans les cils mais plutôt des poux du pubis, donc des morpions qui se sont retrouvés dans les cils.

Du pubis aux cils...

Il y a en fait une contamination par contact avec le partenaire sexuel, lui-même infesté, mais aussi via le linge, la literie si elle contient ces petites bêtes. Il arrive aussi qu’en se grattant le pubis, on se retrouve avec des morpions sous les ongles, ça leur permet de voyager vers les cils et les sourcils, les poils du thorax, des aisselles et autour de l’anus.

Ils peuvent facilement proliférer puisque les femelles sont capables de pondre environ dix œufs par jour, cela donne des lentes qui s’accrochent aux cils grâce à un liquide gluant. Leur présence dans les cils reste rare et l’ophtalmologiste précise qu’il voit en moyenne un ou deux cas par an maximum.

Pince à épiler ou pommade

En consultation, l’ophtalmologiste peut vous montrer comment procéder pour les enlever très délicatement à l’aide d’une pince mais comme les morpions et leurs lentes s’accrochent fermement aux cils, il arrive que le cil parte avec la bête !

Pour être débarrassé, il est possible bien sûr de couper les cils mais cela change l’aspect du visage donc il faut éviter. Il faut plutôt proposer une pommade ophtalmique spéciale au patient, pour éviter de léser les yeux avec des substances irritantes et il faut que la pommade ait une texture qui permette d’étouffer les parasites.
Il n'y a pas de consensus sur le type de pommade ophtalmique préconisé mais les spécialistes recommandent une pommade dont la texture permettra d'étouffer les parasites tout en préservant la sensibilité du contour de l'oeil et de la paupière. 

En général, il faut poursuivre le traitement pendant deux ou trois semaines pour s’assurer de l’éradication des petites bêtes.

Eviter la transmission des morpions

L’ophtalmologiste oriente également le patient vers un dermatologue pour examiner le reste du corps à la recherche d’autres morpions et proposer un bilan pour rechercher d’autres infections sexuellement transmissibles.

Il faut bien entendu prévenir son ou ses partenaires sexuels pour qu’ils puissent se traiter et limiter la propagation des morpions.

Pour traiter les morpions du pubis, il faut pulvériser un produit insecticide à base de pyréthrine et de pipéronyle, en aérosol, patienter trente minutes puis bien se savonner et se rincer. L'opération est à renouveler huit jours plus tard.

Nettoyer vêtements et linge de maison

Pour se débarrasser durablement de ces morpions de cils, il faut laver le linge et la literie à 60 degrés et les les passer au sèche-linge. Si vous constatez que vous avez les paupières rougies, irritées, évitez de vous maquiller pour permettre à votre peau fragilisée par le grattage de récupérer…

Le risque est de développer une inflammation des paupières, ce qui s'appelle une blépharite. Il faut éviter de porter de faux cils. Les morpions ne font pas la différence entre les vrais et les faux cils et certains spécialistes pointent le fait que les femmes hésitent à se laver cette partie du visage quand elles portent des faux cils pour éviter qu’ils ne tombent rapidement.

Du coup, les petites bêtes ont tout le loisir de s’y installer… 

Pour ne manquer aucune info santé, abonnez-vous à notre newsletter !