1. / Maladies
  2. / Peau

Un touriste belge échappe à l'amputation après une morsure d'araignée violoniste

FAIT DIVERS – La presse néerlandaise se fait l'écho de la mésaventure d'un touriste belge qui, après avoir été mordu par une très discrète araignée violoniste à Vaison-la-Romaine, a vu progressivement sa peau se nécroser, et ses médecins ont envisagé la possibilité d'une amputation. Une telle mésaventure reste toutefois extrêmement rare.

Rédigé le

Un touriste belge échappe à l'amputation après une morsure d'araignée violoniste
La Loxosceles reclusa mesure moins de deux centimètres. (cc-by-sa Rosa Pineda)

Son corps est plus petit que l'ongle de l'auriculaire, et elle couvrirait à peine une pièce de 2 euros avec ses pattes : la recluse brune (ou araignée violoniste), connue des scientifiques sous le nom de Loxosceles reclusa, ne paie vraiment pas de mine. Le venin de cette bestiole originaire d’Amérique du Nord n’en est pas moins redoutable puisque, dans certains cas, elle entraîner la nécrose des tissus touchés.

En France, les cas de morsures de cette araignée sont signalés depuis le début des années 2000. Un nouveau cas serait survenu cet été sur le territoire, selon la presse néerlandaise. La victime : un touriste belge de 69 ans, de passage par Vaison-la-Romaine, dans le Vaucluse. Aux journalistes, il rapporte s’être réveillé après une morsure de l’arachnide au niveau des genoux, qui dans un premier temps ne l’a pas inquiété. Mais la zone touchée gonfle en l'espace de 48 heures, et le sexagénaire se sent malade. À l’hôpital, il se serait fait prescrire antibiotiques et antidouleurs, en ambulatoire. De retour chez lui, la fièvre reprend. La zone mordue est devenue noire.

L’homme est finalement transféré au CHU d’Avignon, où l’on constate que la nécrose a pris de l’ampleur, faisant évoquer le scénario le plus pessimiste dans une telle situation : l’amputation. Après deux semaines, l’homme est transféré dans un hôpital de Bruges. L’efficacité du traitement antibiotique lui permet de conserver sa jambe.

Les cas de nécrose suite à des morsures d'araignées restent rares en France

La recluse brune, qui vit dans les coins abrités et tisse des toiles en forme de cône, n'est pas réputée être agressive. En effet, elle ne mordrait que si elle se retrouve acculée, par exemple au fond d'un pantalon en train d'être enfilé ou, éventuellement, piégée dans des draps.

Pour spectaculaires et dangereuses qu’elles soient, ses morsures restent très anecdotiques en France métropolitaine.

Araignées : que faire face à une morsure ?

L'immense majorité des araignées qui se trouvent sur le territoire ne sont absolument pas dangereuses pour l'homme, et lui rendent plutôt de fiers services en tissant des pièges pour les moustiques…

Aucune ne pique, mais certaines mordent : la présence de deux petits points espacés d'un millimètre trahiront la culpabilité d’une araignée. La zone mordue doit alors être nettoyée avec du savon puis désinfectée deux fois par jour avec un antiseptique à base de chlorhexidine, selon les préconisations de SOS médecins Saint-Malo. Il est également possible de prendre des antihistaminiques pour soulager les démangeaisons. Toutefois, "quand on a été mordu, si la rougeur est anormalement étendue, il faut consulter", recommande le Dr Christian Herlin.

Voir aussi sur Allodocteurs.fr