1. / Maladies
  2. / Os et articulations
  3. / Fractures

Fracture, la vraie faiblesse du talon

La "fracture des amoureux", ainsi est appelée la fracture du talon. Pourtant cette blessure ne touche pas que les amants sautant par la fenêtre. Elle est également loin d'être aussi romantique : l'opération est lourde, et la rééducation très longue. Comment arrive-t-on à réparer un talon fracturé ? La réponse dans ce dossier.

Rédigé le , mis à jour le

Fracture, la vraie faiblesse du talon
Fracture, la vraie faiblesse du talon
Sommaire

Le puzzle du pied

Marina Carrère d'Encausse et Antoine Piau expliquent la fracture du talon

Le talon est un petit os de quelques centimètres carrés qui peut supporter jusqu'à sept fois le poids du corps. Sans lui, impossible de tenir debout. Alors quand il se fracture, cela est très handicapant.

L'astragale est l'os de la cheville. Juste dessous se trouve le calcanéum, l'os du talon. Le "talon" est en contact, sur sa partie "avant", avec deux os plus petits (l'os naviculaire et l'os cuboïde) qui font eux-mêmes l'interface avec les métatarses, des os longs qui constituent l'avant du pied. Ils sont "reliés" par un maillage de tendons et de ligaments. Ils sont nombreux à s'insérer, à s'accrocher au calcanéum qui joue un rôle essentiel dans cet ensemble.

Le calcanéum subit le poids du corps quand on est debout. Il est aussi sollicité quand on marche ou quand on court pour s'adapter en permanence aux irrégularités du sol. Chute d'un échafaudage, d'une remorque, saut mal réceptionné... C"est en tombant de plusieurs mètres de haut que le calcanéum peut se fracturer.

Lorsque les fragments sont restés en place, un simple plâtre suffit pour que l'os se consolide (à condition toutefois de ne pas le poser au sol pendant au moins six semaines). Lorsque les fragments se sont déplacés sous la violence du choc, l'opération s'impose.

Comment réparer le talon ?

Attention, images de chirurgie !

La fracture du talon est compliquée à traiter. Si les fragments ne se sont pas déplacés, il est possible de réduire la fracture en remettant les os bout-à-bout pour rétablir l'anatomie normale de l'articulation. Il faut ensuite la maintenir avec un plâtre jusqu'à la consolidation du calcanéum.

Mais quand les os se sont déplacés, la pose de broches est inévitable. Il faut alors faire ce que l'on appelle une ostéosynthèse. Le patient a pour obligation de garder ensuite le pied surélevé pendant quelques jours, pour éviter la formation d'un oedème. Cette accumulation de liquide pourrait comprimer les tissus mous et retarder la cicatrisation.

C'est aussi pour favoriser une bonne cicatrisation qu'au lieu d'inciser la peau, les chirurgiens font de petites ouvertures. Au niveau du talon, les tissus sont plus fragiles, ils s'asphyxient et se nécrosent facilement. La cicatrisation est par conséquent beaucoup plus longue.

Sans oublier qu'une large ouverture est plus douloureuse car la cicatrice est en contact direct avec la chaussure. Il faut attendre trois mois pour que le calcanéum se consolide. C'est seulement après que la rééducation peut commencer.

Une longue rééducation

Patrick s'est cassé les deux talons il y a près de trente ans, ne peut plus du tout tenir sur un seul pied

Les suites de l'opération sont souvent très difficiles. Toutes les parties de l'articulation doivent retrouver une mobilité malgré les "remaniements" créés par la fracture.

Il faut attendre trois mois pour que le calcanéum se consolide. C'est seulement après que la rééducation peut commencer.

La rééducation est donc très longue. Après une fracture du talon, il faut compter entre six à douze mois pour retrouver la marche et stimuler la proprioception. L'équilibre est souvent atteint.

En général, les fractures qui ne se sont pas déplacées guérissent bien mais la raideur et la douleur peuvent mettre plus de temps à disparaître. Si l'articulation est trop douloureuse, une nouvelle opération peut être nécessaire pour la bloquer (arthrodèse).

Sponsorisé par Ligatus