1. / Maladies
  2. / Maladies infectieuses et tropicales
  3. / Ebola

Ebola : "100% des proches de malades" protégés par un vaccin expérimenté sur le terrain

La nouvelle était attendue depuis des mois… L'un des deux vaccins contre Ebola testés en Afrique s'est révélé "totalement efficace", selon une étude. Il aurait ainsi protégé 100% des personnes présentes dans l'entourage d'un malade, lorsqu'elles sont vaccinées immédiatement après le contact.

Rédigé le

Ebola :
Le vaccin est composé d'une recombinaison de protéines présentes à la surface du virus, qui engendre la même réaction de défense (Image d'illustration)

C'est un immense espoir pour toute l'Afrique de l'Ouest. Alors que l'épidémie de fièvre Ebola frappe la région depuis décembre 2013, trouver un vaccin efficace pour endiguer la maladie devenait une priorité. Et ce vaccin contre le virus Ebola serait désormais à portée de main, selon une étude publiée le 31 juillet 2015, dans la revue médicale The Lancet.

Les premiers résultats révèlent que le vaccin VSV-ZEBOV est efficace à 100%, quand il est administré sans délai - la période d'incubation du virus Ebola étant estimée entre 2 et 21 jours - chez une personne non infectée, mais en contact avec des malades. Le vaccin, qualifié de "très prometteur" par l'OMS a été développé par l'agence de la santé publique du Canada (PHAC) et la licence a été déposée par les laboratoires américains Merck et NewLink Genetics Corp.

Tout est allé très vite sur le front de la recherche contre Ebola. En mars dernier, le vaccin candidat a été déclaré sans risque pour la santé. S'enchaînent alors les premiers essais cliniques sur le terrain, en Guinée. Plus de 7.600 adultes ont été recrutés, tous en contact - direct ou indirect - avec au moins une personne contaminée par le virus. Cette méthode, appelée "vaccination en anneau" avait déjà été utilisée dans les années 1970 pour éradiquer la variole.

Le vaccin mime la surface du virus Ebola

Le groupe a ensuite été divisé en deux : une partie se faisait vacciner immédiatement, l'autre 21 jours plus tard. Ce dernier groupe correspond au groupe contrôle, le temps d'incubation du virus étant de 21 jours maximum. Après 10 jours, aucun cas d'Ebola n'a été déclaré parmi le premier groupe, contre seize dans le second. "Ce qui montre une efficacité vaccinale de 100%" quand la vaccination est rapide, précise l'étude.

Le vaccin VSV-ZEBOV est composé d'une recombinaison des protéines naturellement présentes sur la surface d'Ebola (glycoprotéines). Ces dernières, reconnues par le corps humain, sont collées sur la membrane d'un autre virus, inoffensif et qui touche le bétail. Après l'injection, ces virus modifiés induisent une réaction de défense immunitaire similaire à celle d'Ebola, mais sans les dégâts de la fièvre hémorragique. D'emblée, les chercheurs précisent que ces résultats sont "intermédiaires". Les essais devraient se poursuivre, notamment sur les enfants de moins de 12 ans.  

A quand une commercialisation ?

Depuis le début de l'épidémie, deux vaccins candidats étaient en lice : le VSV-ZEBOV et un second développé par la firme britannique GSK, actuellement testé au Libéria. Pour le premier, la prochaine étape sera l'obtention d'une autorisation de mise sur le marché, et de l'aval de l'OMS pour sa recommandation. Le laboratoire se prépare d'ores et déjà à une fabrication de masse à destination de l'Afrique, en prévision de futures pandémies.

"Jusqu'à présent, le vaccin semble être efficace chez tous les sujets vaccinés", mais "il faudra disposer de données plus concluantes pour savoir s'il peut conférer une "immunité collective" à des populations entières", reconnaît l'OMS.

Il n'est d'ailleurs pas prévu pour l'instant de vacciner tout le monde préventivement, comme c'est le cas pour la poliomyélite ou la rougeole, selon Merck.

Plus de 99% des victimes d'Ebola se concentrent en Guinée, en Sierra Leone et au Liberia, où la maladie a désorganisé les systèmes de santé, ravagé l'économie et la société. Au cours des vingt-et-un derniers jours, trente-neuf nouveaux cas ont été enregistrés en Guinée, vingt en Sierra Leone et trois au Libéria. Le nombre d'infections hebdomadaires a atteint son plus bas niveau depuis un an.

Source : Efficacy and effectiveness of an rVSV-vectored vaccine expressing Ebola surface glycoprotein: interim results from the Guinea ring vaccination cluster-randomised trial. Ana Maria Henao-Restrepo et al. The Lancet, juillet 2015. http://dx.doi.org/10.1016/S0140-6736(15)61117-5

Voir aussi sur Allodocteurs.fr