1. / Maladies
  2. / Gynécologie

Les tampons hygiéniques peuvent-ils provoquer des infections ?

Le syndrome du choc toxique est une maladie rare aux conséquences graves. Il s'agit d'une infection provoquée par un tampon hygiénique. Mais de quoi s'agit-il exactement et comment se déclare cette maladie ?

Rédigé le , mis à jour le

Tampon hygiénique (Photo © kellyreekolibry - Fotolia.com)

Les jeunes filles qui lisent pour la première fois la notice d'utilisation d'un tampon hygiénique ont de quoi s'inquiéter en découvrant un risque baptisé syndrome du choc toxique.

Il faut le dire d'emblée, cette maladie est extrêmement rare, mais ses conséquences sont souvent très graves. Il s'agit en fait d'une infection provoquée par la libération de bactéries dans le sang, ce qui entraîne une septicémie.

Dans les années 1980, en Amérique du Nord, 700 femmes utilisatrices de nouveaux tampons "superabsorbants" ont été victimes de ce choc toxique dont les symptômes apparaissent brutalement, selon le Center for Disease Control . La liste est longue, mais on peut citer une forte fièvre, une éruption cutanée, des maux de tête, des douleurs musculaires et des vomissements. Ce tableau clinique est parfois confondu avec celui de la grippe ou d'une gastro-entérite. Mais il peut rapidement s'aggraver avec une chute de tension, une perte de connaissance et un coma.

On ne sait pas exactement pourquoi les utilisatrices de tampons hygiéniques sont touchées par ce syndrome, mais les germes responsables sont connus. Le plus souvent ce sont des souches de staphylocoque doré. Ces bactéries sont naturellement présentes sur la muqueuse du vagin. Pour des raisons inconnues, ces germes peuvent libérer des toxines en grande quantité, qui vont entrer dans la circulation sanguine à partir d'une blessure sur la muqueuse vaginale ou par l'utérus.

Plusieurs facteurs pourraient favoriser ce choc toxique. Notamment la durée d'utilisation des tampons et leur pouvoir absorbant. On a enregistré plus de cas chez des femmes qui utilisent des tampons ayant un pouvoir absorbant plus élevé.

Pour limiter les risques, voici quelques conseils. Il faut changer de tampon toutes les 4 à 8 heures, ne pas porter de tampons en dehors des règles, pour absorber les pertes blanches par exemple et utiliser le niveau d'absorption minimal correspondant à vos besoins. 

VOIR AUSSI

Sponsorisé par Ligatus