Covid : pourquoi le vaccin à ARN messager est-il déconseillé aux personnes allergiques ?

Le Royaume-Uni est le premier pays au monde à utiliser le nouveau vaccin Pfizer-BioNTech contre le COVID. Mais, depuis hier, les autorités sanitaires britanniques déconseillent son administration aux personnes souffrant d’importantes allergies. 

La rédaction d'AlloDocteurs
La rédaction d'AlloDocteurs
Rédigé le

Au lendemain du lancement de sa campagne de vaccination, le Royaume-Uni met en garde : deux personnes aux antécédents allergiques importants ont mal réagi au vaccin de Pfizer et BioNTech. Le Dr Madeleine Epstein, allergologue, explique : “on parle de réaction anaphylactique, c'est-à-dire l'expression la plus sévère de l'allergie. Il y a eu des milliers de patients vaccinés dans les essais, et puis, depuis la mise en route, il y a eu deux cas. Donc effectivement, les deux personnes qui sont atteintes, il faut les prendre en considération, mais c’est ce qui s'observe habituellement avec toutes les vaccinations et, d’une manière générale, tous les traitements qu’on peut prendre sont à risque d’effet secondaire.” 

En cause, un excipient du vaccin ? 

Les autorités sanitaires ont indiqué que les deux personnes étaient remises de leur réaction. Il est encore trop tôt pour dire ce qui l’a déclenché, car la connaissance du vaccin reste limitée. “Pour l’instant, on n’a pas de notion, de connaissance exacte de la composition des vaccins, ajoute le Dr Epstein. Donc là, il a été émis l'hypothèse que ça viendrait d'un excipient du vaccin, qui sont des polyéthylènes glycols, qu’on retrouve dans énormément de médicaments et de cosmétiques, qui sont la plupart du temps bien tolérés, mais qui effectivement, comme pour tout produit, peuvent donner, de manière assez rare, des allergies."  

L’agence britannique du médicament recommande de ne pas vacciner toute personne avec un historique de réaction allergique importante, à des vaccins, des médicaments ou de la nourriture. Une mesure préventive, le temps de cibler les personnes qui pourraient être concernées. Les Etats-Unis ont déjà fait savoir que la même restriction serait appliquée en cas d’autorisation du vaccin dans le pays.