Un naturopathe renvoyé devant le tribunal après le décès d'un homme atteint d'un cancer

Un homme de 41 ans, atteint d’un cancer des testicules, est mort après avoir suivi les conseils d’un naturopathe pour se guérir. Ce dernier est renvoyé devant le tribunal pour "exercice illégal de la médecine”.  

La rédaction d'AlloDocteurs
La rédaction d'AlloDocteurs
Rédigé le , mis à jour le
Tribunal correctionnel, Paris ©Cineberg
Tribunal correctionnel, Paris ©Cineberg

Des jus à la place d’une chimiothérapie. Voici le programme de rétablissement vendu par un naturopathe parisien à un homme atteint d’un cancer des testicules. Sans surprise, ce traitement n’a eu aucun succès sur le client du naturopathe qui est mort des suites de son cancer, en décembre 2018.

Le praticien a été renvoyé devant le tribunal correctionnel de Paris pour "exercice illégal de la médecine et usurpation de la qualité de médecin", a-t-on appris lundi de source judiciaire, confirmant une information du Parisien.

La veuve de la victime avait dénoncé les faits en février 2019 au parquet de Paris, qui avait ouvert une enquête. Son audience est fixée au 10 septembre. 

A lire aussi : Cancer : quelle place accorder aux médecines alternatives ?

Un naturopathe "spécialisé dans les cellules souches cancéreuses”

La victime, âgée de 41 ans à son décès, avait placé toute sa confiance dans ce naturopathe, persuadée que les purges et les jeûnes qu'il lui conseillait le guérirait de son cancer des testicules, relate le Parisien.

Le naturopathe, qui se présente sur un site internet comme "biochimiste" et "docteur en médecine moléculaire, spécialisé dans la recherche sur les cellules souches cancéreuses du cerveau", propose des stages et des conseils axés notamment sur le crudivorisme. 

Un cancer “curable” selon l’avocat de la famille

La qualification d' "homicide involontaire" n'a pas été retenue car les investigations, menées par le pôle santé publique du tribunal de Paris, "n'ont pas permis de démontrer un lien de causalité certain entre l'intervention de l'intéressé et le décès de la victime", a expliqué à l'AFP une source proche du dossier.

"Le lien de causalité est dans le fait de lui dire de ne pas aller se soigner. Au moment où il découvre son cancer, s'il ne rencontre pas cette personne, il était curable", a estimé Manuel Abitbol, l'avocat de la veuve et de la famille du défunt.

"Il est arrivé à l'hôpital quand il ne pouvait plus rien faire, il a fait une chimiothérapie trois mois avant de mourir", a ajouté Me Abitbol, rappelant que le taux de guérison d'un cancer des testicules est de 97%.

Des stages de jeûne extrême de plus en plus tendance

En 2020, 38% des signalements à la Mission interministérielle de vigilance et de lutte contre les dérives sectaires (Miviludes) étaient liés au domaine de la santé et du bien-être. Parmi les nouvelles tendances figurent les stages de jeûne extrême ou le crudivorisme, une pratique qui consiste à consommer uniquement les aliments crus. 

En 2018, une étude publiée dans la revue JAMA Oncology révélait que les patients atteints d’un cancer qui choisissaient de se tourner exclusivement vers les thérapies alternatives (régimes, massages, acupuncture, naturopathie, homéopathie…) avaient deux fois plus de risque de mourir que les autres malades.