Allergie aux pollens : les bouleaux attaquent !

Les vacanciers ne sont pas les seuls à profiter de l'arrivée du printemps... Les pollens de bouleaux se disséminent dans les airs depuis le 17 avril, selon le dernier bulletin du Réseau national de surveillance aérobiologique. Le rhume des foins devrait particulièrement toucher le Nord, l'Est et le Centre de la France.

La rédaction d'AlloDocteurs
La rédaction d'AlloDocteurs
Rédigé le , mis à jour le

Avec les beaux jours secs et ensoleillés, les pollens se dispersent aisément dans l'air, au grand désespoir des allergiques. Dans les prochains jours, les pollens de bouleaux seront particulièrement virulents, selon le bulletin allergo-pollinique du Réseau national de surveillance aérobiologique du 17 avril. "Le bouleau s'imposera tout au long de la semaine (du 17 au 24 avril ndlr) et provoquera un risque allergique maximal de Strasbourg à Rouen en descendant jusqu'en Auvergne et Rhône Alpes. Autour de cette zone, le risque allergique atteindra un niveau élevé", annonce le bulletin. Seul les bords de Méditerranée semblent épargnés par la dispersion de ce pollen.

Si le bouleau fait son arrivée, d'autres plantes "finissent doucement leur saison", comme les cyprès, les saules et les peupliers, avec un risque d'allergie devenu faible, voir très faible. Les pollens de platanes progressent quant à eux lentement, notamment dans le Nord. Pour finir, un explosion du pollens de graminées (blé, orge, maïs) est à prévoir pour les prochaines semaines : "les conditions météorologiques prévues pour la semaine prochaine seront favorables à la croissance de ces herbes folles" note le bulletin.

 

Carte de vigilance des pollens - du 17 au 24 avril 2015 (© RNSA 2015)

Allergie aux pollens : 30% d'adultes touchés

L'allergie aux pollens concerne près de 30% des adultes et entre 7 à 20% des enfants, selon l'Agence nationale de sécurité sanitaire (Anses). Nez qui coule, éternuements, yeux qui grattent et qui piquent, sont les premières manifestations de l'invasion du pollen dans l'organisme. Certains pollens, les plus petits, peuvent également entraîner des crises d'asthme ou des toux, et, dans de rares cas, des urticaires ou des œdèmes.

En conséquence, "les allergiques, surtout ceux sensibles aux pollens de bouleau, devront impérativement suivre leur traitement ou consulter leur médecin" dès cette semaine, conclut le bulletin.

VOIR AUSSI :  la carte interactive des risques allergiques en fonction des pollens et des régions.