1. / J'ai mal…
  2. / Aux dents
  3. / Caries

Quand la carie fait son trou...

Lorsque la dent fait mal, il est souvent trop tard. La carie est une véritable infection de la dent qu'il faut traiter rapidement, sous peine de la voir se transformer en abcès. Elle est également responsable de la rage de dent. D'où l'importance du brossage des dents !

Rédigé le , mis à jour le

Quand la carie fait son trou...
Quand la carie fait son trou...
Sommaire

Carie : la maladie la plus répandue au monde

Marina Carrère d'Encausse et Michel Cymes expliquent l'apparition des caries.

Les dents nous permettent de mâcher, d'émettre certains sons en association avec la langue et les lèvres... Et si elles sont bien entretenues, les dents nous permettent d'avoir un merveilleux sourire.

Quand tout va bien, nous avons 32 dents dans la bouche. La dent est un organe dur et c'est généralement quand elle commence à nous faire mal qu'on réalise qu'elle est vivante. À l'extérieur, la couronne est recouverte d'émail, il s'agit de la partie visible de la dent. Juste en dessous, se trouve la dentine, un tissu minéral et organique. Elle protège la pulpe dentaire qui est à l'intérieur et qui renferme des vaisseaux et des nerfs. C'est ce qui rend la dent sensible au chaud et au froid et bien sûr aux caries. Il s'agit donc d'une structure vivante qu'il faut protéger.

Si la carie ne touche que la surface de la dent, les dentistes colmatent de plus en plus souvent la cavité avec une résine. Autrefois, ils utilisaient des amalgames souvent appelés à tort plombages puisqu'ils ne contenaient pas de plomb mais du mercure.

Si la carie atteint la pulpe, les dentistes n'ont d'autres recours que de retirer cette pulpe et donc de dévitaliser la dent. Problème, une dent morte est plus fragile et peut se fracturer. Au mieux la dent peut être couronnée, au pire elle doit être extraite et remplacée par un implant.

Abcès, rage de dent : gare aux caries non soignées !

La carie est une véritable infection de la dent.

Dents sensibles ! Nous ne sommes pas tous égaux face aux caries. Certains ont de bonnes dents, avec un émail résistant. D'autres ont hélas les dents beaucoup plus sensibles et doivent être vraiment vigilants à leur hygiène de vie.

Pour eux, il faut dire adieu au grignotage, aux boissons et aux collations sucrées ! Il leur faut également bien insister sur le brossage des dents, car celui-ci permet d'éliminer la plaque dentaire, un véritable repère à bactéries.

Bonne nouvelle pour les buveurs de thé. Le thé noir, comme le vert, protège des caries. Une étude américaine a montré qu'il diminuait la formation de la plaque dentaire, il contient du fluor.

Il est prouvé que le fluorure est efficace contre les caries. Il est donc intéressant d'utiliser des dentifrices au fluor, de boire de l'eau qui en contient beaucoup et éventuellement, de prendre du fluorure en supplément.

Prévention : le scellement des sillons

Le scellement des sillons consiste à poser une résine à la surface de la dent pour la protéger.

Si la carie apparaît malgré tout, vous n'échapperez pas à la fameuse fraise du dentiste... Mais ce n'est plus une fatalité !

Une nouvelle méthode de prévention remboursée par la Sécurité sociale existe : 80% des caries naissent au niveau des sillons, ces lignes creusées dans l'email. Le scellement des sillons dentaires est une technique qui protège de manière durable la surface des dents. Elle a fait ses preuves depuis une vingtaine d'années.

Un conseil destiné aux parents : attention, vous pouvez transmettre vos caries en partageant la cuillère, la tétine ou la sucette de votre enfant. Vous leur transmettez ainsi les bactéries présentes dans votre bouche. C'est dommage car elles n'apparaissent chez l'enfant qu'avec les premières dents de lait.

Soigner une carie sans dévitaliser la dent

Les dentistes peuvent désormais utiliser un ciment minéral pour combler la cavité.

Un tout nouveau matériau, un biociment, pourrait bientôt changer la donne dans le traitement des caries. Il permet de colmater une dent tout en cicatrisant la pulpe. Dès lors, plus besoin de la dévitaliser !

Ce biociment est capable d'induire des réactions biologiques de cicatrisation. Au contact de la dent, il est même capable de stimuler la régénération de la dentine qui protège la pulpe dentaire. "Ce ciment permet de conserver la dent vivante, donc de limiter la destruction tissulaire liée à la dévitalisation. Et il permet à la dent de continuer à pouvoir se défendre par elle-même", précise le Pr Eric Bonte, chirurgien dentiste.

Ce ciment minéral permet de prolonger l'espérance de vie de la dent et de repousser de plusieurs années une éventuelle dévitalisation. Reste à le protéger : "Si on veut obtenir quelque chose de durable au niveau de l'émail, c'est-à-dire le tissu le plus dur de la dent qui recouvre cette dent, à ce moment-là on est obligé d'utiliser par dessus un autre matériau type résine composite ou céramique", explique le Pr Bonte.

Un autre intérêt de ce biomatériau pour le patient, c'est l'économie financière. Le traitement de la carie revient à 40 euros, soit au mieux dix fois moins cher qu'une dévitalisation suivie d'une pose de couronne.

Traitement des caries : la recherche avance

Cicatriser grâce à un biomatériau est intéressant mais régénérer la pulpe, c'est encore mieux. Le tout grâce aux cellules souches. Il s'agit d'une piste de recherche explorée par une équipe française.

Dans des boîtes de Petri se cache peut-être le remède de l'avenir pour nos dents. En tout cas, des chercheuses y croient dur comme fer. À l'intérieur, elles y élèvent des cellules bien particulières : des cellules souches de dents de lait.

Dès lors qu'elles sont suffisamment nombreuses, la récolte peut commencer. Plusieurs manipulations et beaucoup de précautions sont alors nécessaires pour les récupérer. Les millions de cellules souches agglomérées sont ensuite utilisées pour ensemencer du collagène et créer un gel qui se transformera plus tard en pulpe dentaire artificielle.

Même coupées et stérilisées, les tranches de dents et surtout la dentine qu'elles contiennent restent des prélèvements biologiques dotés de certaines propriétés qui vont se réactiver au contact du gel. "On replace en fait ce tissu artificiel dans un contexte dentogénique, c'est-à-dire comme si c'était vraiment dans la bouche, donc avec les facteurs de croissance qu'il y a dans la dentine qui entoure la pulpe. Car la pulpe communique avec la dentine", explique le Dr Caroline Gorin, dentiste chercheur à l'université Paris Descartes.

Cette communication est essentielle mais elle ne suffit pas. Pour transformer le gel inerte en pulpe vivante, il faut d'abord priver les cellules souches d'oxygène pendant 24 heures afin de les stimuler. Puis il faut implanter la tranche de dent dans un dos de souris immunodéprimée qui ne rejettera pas les cellules humaines. Ainsi placées en sous-cutané, les cellules vont au contact de la dentine attirer les vaisseaux sanguins de la souris et créer un tissu vivant.

"Quatre semaines plus tard, quand on regarde avec un échographe au niveau du dos de la souris, au niveau de la tranche de dent, on observe un flux vasculaire qui va venir pénétrer à l'intérieur de la tranche de dent, ce qui prouve bien que la tranche de dent est vascularisée", constate le Dr Gorin. Une pulpe régénérée, qui substituée à l'originale peut à nouveau défendre la dent : "La pulpe, c'est ce qui va nourrir la dent donc c'est ce qui va permettre à la dent de répondre aux agressions. Quand on a une carie, la pulpe va sécréter de la dentine pour se protéger et donc protéger la dent de l'attaque bactérienne".

Les cellules souches ouvrent beaucoup de perspectives. Mais avant que votre dentiste ne puisse les manipuler dans son cabinet, il va falloir encore patienter une bonne quinzaine d'années. Pour l'instant, les cellules souches soulèvent de nombreuses questions. Les comités d'éthique ont notamment peur que l'implantation de cellules souches chez un patient ait des conséquences qui échappent aux praticiens.

Ce n'est pas le cas dans plusieurs pays asiatiques où plusieurs essais ont déjà été entrepris. À terme, on pourrait imaginer conserver ses dents de lait dans des banques, au sein d'hôpitaux publics pour y puiser nos propres cellules souches en cas de besoin.

Sponsorisé par Ligatus