1. / Grossesse - Enfant
  2. / Enfant

L'imagerie cérébrale adaptée aux nouveau-nés

Des chercheurs français ont observé l’activité cérébrale de nouveau-nés en utilisant une technique dérivée de l’échographie.

Rédigé le

L'imagerie cérébrale adaptée aux nouveau-nés
Coupe coronale du réseau vasculaire cérébral, obtenue de façon non-invasive par imagerie Doppler ultrasonore ultrarapide chez un nouveau-né prématuré. (crédit : Inserm U979/Institut Langevin)

Pour observer l’activité cérébrale d’un individu, l’imagerie par résonance magnétique (IRM) ou la tomographie par émission de positons (TEP) restent les techniques les plus courantes. En 2009, des chercheurs Français rattachés à l’Inserm ont développé une technique baptisée neuro-imagerie fonctionnelle par ultrasons (IFU).

Leur prototype évoque "les échographes utilisés en obstétrique ou en échocardiographie, [mais] a la particularité d’acquérir des images à très haute cadence", explique l’Inserm.

"Grâce à cette cadence d’imagerie ultrarapide et des algorithmes de traitement de données de pointe, il est possible de cartographier avec une très grande sensibilité les variations subtiles de flux sanguins dans les petits vaisseaux cérébraux, variations liées à l’activité neuronale", poursuit l’Institut.

L'imagerie cérébrale au chevet du patient

Cette technique, déjà expérimentée chez l’animal, présente l’avantage de la portabilité. Le dispositif est en effet beaucoup plus léger et compact que les IRM et les TEP, et peut être réalisé dans la chambre des malades. Autre avantage : aucun liquide de contraste n’a à être injecté dans le corps du patient. Limite du procédé : les images sont acquises "couches par couches", offrant une représentation du cerveau en deux dimensions, contre trois avec l’IRM.

L’IFU pourrait rejoindre l’arsenal des stratégies d’imagerie adaptées aux nouveau-nés, telles que la tomodensitométrie [1], après une première expérimentation sur l’être humain réalisée à l’hôpital Robert Debré, à Paris. "L’activité cérébrale de nouveau-nés prématurés a été enregistrée dans de larges régions du cerveau, au repos et lors de crises d’épilepsie, à 1000 images par seconde, et avec une résolution spatiale de 150 micromètres", se sont enthousiasmés les chercheurs. "Ces données inédites montrent une propagation des flux sanguins cérébraux entre et pendant les crises d’épilepsie, et permettent de localiser le foyer de ces crises."

Les auteurs soulignent que le recours aux ultrasons pour l’imagerie cérébrale nécessite de prendre de nombreuses précautions. Leur étude a été réalisée en restreignant la durée et l’intensité des signaux ultra-sons bien en-deçà des valeurs préconisées, afin de ne faire courir aucun risque aux nouveau-nés.

la rédaction d'Allodocteurs.fr

Étude : C. Demene et al., "Functional Ultrasound Imaging of Brain Activity in Human Newborns" Science Translational Medicine, 11 octobre 2017. doi:10.1126/scitranslmed.aah6756


[1] À titre d’exemple, en France, les IRM sont réalisés à partir de 3 mois. Des protocoles spécifiques pour les nouveau-nés sont étudiés dans d’autres pays.

Sponsorisé par Ligatus