Parosmie : des injections de plasma pour traiter ce trouble de l'odorat

Les troubles de l'odorat sont susceptibles de s'installer durablement chez 1 patient Covid sur 10. Une équipe de chercheurs belges s’est intéressée à l’injection de plasma sanguin qui, d’après leurs conclusions, montrerait de bons résultats.

Anaïs Plateau
Rédigé le , mis à jour le
Des injections de plasma pour traiter un trouble de l'odorat
Des injections de plasma pour traiter un trouble de l'odorat  —  Le Magazine de la Santé

Virginie Dejas vit depuis plus d’un an avec une distorsion des odeurs et du goût. Elle a une sensation d'odorat qui ne correspond pas à ce qu'elle a sous le nez.

Tout ce qu'elle sent autour d'elle empeste et en particulier la nourriture. Après avoir perdu le goût et l’odorat pendant plusieurs mois à cause du covid, son nez lui joue encore des tours. 

Parosmie : un odorat déformé

"L’odeur que je sens, je ne la connais pas, je ne sais vraiment pas mettre un nom dessus. Ça sent mauvais, c’est terrible, j’ai des hauts de cœur phénoménaux le matin au réveil quand mon mari fait le café. Et après c’est parti sur tout... ", explique Virginie, 48 ans.

Virginie souffre de parosmie. Elle a déjà tenté 15 prises en charge différentes. Sans succès. Elle a perdu 10 kilos et a même arrêté de se nourrir pendant plusieurs jours.

"La parosmie est le fait de percevoir une odeur mais d’une façon modifiée. Les patients sentent de bonnes odeurs comme si elles étaient très mauvaises. Des odeurs de fumiers, des odeurs d’œufs pourris donc des choses très désagréables alors qu’ils ne devraient pas sentir cela", explique le Dr Jérôme Lechien, centre hospitalier Epicura Asbl en Belgique.

Retrouver l'odorat grâce à son plasma

Le Dr Jérôme Lechien fait parti d'une équipe de chercheurs belges qui s’est intéressée à l’injection de plasma sanguin pour traiter les troubles de l'odorat. "J'injecte les plaquettes dans le haut des fosses nasales là où se trouvent les neurones, à l’endroit qui est un peu blessé par le covid. Au cours des prochaines semaines, les contenus libérés sont des facteurs de croissance qui vont aider", précise le Dr Jérôme Lechien.

Les fosses nasales de Virginie ont été anesthésiées. L’aiguille peut sembler impressionnante mais la procédure ne dure que quelques minutes pour chaque narine.

Deux études ont déjà montré des résultats prometteurs. Si le traitement fonctionne, Virginie devrait ressentir les premiers effets d’ici un mois et demi.

Virginie espère de tout cœur que ça va marcher. En attendant, elle devra rééduquer son cerveau aux odeurs avec un orthophoniste.  

Pour ne manquer aucune info santé, abonnez-vous à notre newsletter !