Anosmie : réveiller la perte d'odorat par la rééducation olfactive

Des millions de personnes ont vu leur odorat se volatiliser du jour au lendemain avec la pandémie. Une souffrance parfois minimisée par l’entourage et même par le corps médical. Pourtant, il est possible de réaliser une rééducation olfactive.

Farah Kesri
Rédigé le

Pour ceux ou celles dont l’anosmie dure des mois, sentir à nouveau l’odeur du café ou l’odeur des êtes aimés devient une véritable quête.

Julian n’a jamais senti, Brigitte a perdu l’odorat pendant le covid. Pour Caroline, c'est depuis la naissance de sa fille Inès, qu'elle n’a jamais pu sentir. 

A travers des portraits, Éléonore de Bonneval a recueilli le témoignage de personnes devenues anosmiques. Dans leur univers sensoriel, plus aucune trace d’odeur ne subsiste.  

Un handicap qui isole des autres

"Il faut vraiment encourager les gens à reconnecter avec leur odorat. C'est quelque chose qu'on fait de manière intuitive, qu’on fait presque sans réfléchir. Le jour où on le perd, on se rend compte de ce qui nous manque", explique Eléonore de Bonneval, photojournaliste "Anosmie, le silence des odeurs".  

Ce manque, Sophie de la Vega le ressent profondément. Elle a perdu l’odorat et le goût il y a plus d'un an suite au covid

Depuis, elle se bat pour retrouver le chemin de ce sens perdu avec l’aide d’une orthophoniste spécialisée.  

"Je me suis mise des petites écorces de mandarine et ça je le sens très bien, ce qui fait plaisir", commente Sophie de la Vega.

"Ce qui est très dur dans la perte du goût et de l’odorat, c’est que c'est quelque chose qui ne se voit pas, moi je parais toujours très en forme et je suis très en forme mais c’est vraiment un handicap, cela vous isole des autres. Ca m’a isolé dans une souffrance émotionnelle… Quand j'en parle, il y a beaucoup d’émotion", explique Sophie de la Vega.  

La tête oublie, le nez se souvient

La séance de rééducation olfactive commence par une ambiance de relaxation. Aujourd'hui, l'orthophoniste aimerait que Sophie s'imagine un petit-déjeuner.

Grâce à cet exercice, l’orthophoniste aide Sophie à s'imaginer les différentes odeurs de son quotidien. Sophie doit à présent mettre des mots sur ses souvenirs d’odeurs.  

"Quand on perd l’odorat suite au covid, on a le chemin de la molécule odorante qui s’est effacé mais ce qui est bien, c’est qu’on a mémorisé dans notre mémoire toute une bibliothèque d’odeurs et tout un stock d’odeurs. L'objectif est de partir de cette bibliothèque pour refaire le chemin de la molécule odorante et essayer de rallumer la guirlande de l’odeur", analyse Morgane Olek, orthophoniste au centre hospitalier de Plaisir.  

Il est temps pour Sophie de stimuler ses récepteurs olfactifs avec des miels aux arômes différents, puis de les goûter.  

"On a stimulé la seconde voie de perception des molécules odorantes qui est la voie rétro nasale. On a la voie ortho nasale quand on respire par le nez et la voie rétro nasale, les molécules odorantes passent en arrière du palais et sont analysées au même endroit, c’est-à-dire au niveau du bulbe olfactif", explique Morgane Olek. 

Réveiller la mémoire olfactive

En plus de ces séances de rééducation, Sophie doit s'entrainer deux fois par jour à sentir des odeurs qu’elle connait bien. Et elle progresse.  

"Ma belle fille m'a donné un flacon de l'eau qu'elle utilise pour nettoyer ses filles et ça fait un moment que je sens cette odeur, matin et soir. J'avais rien au début et là je sens mes petites filles et ça c'est sentir les gens qu'on aime", confie Sophie.

Une dizaine de séances de rééducation olfactive sont généralement nécessaires pour obtenir un premier progrès. Pour beaucoup, cette rééducation est vécue comme une renaissance.  

Pour ne manquer aucune info santé, abonnez-vous à notre newsletter !