Covid : un tiers des patients souffrirait toujours d'une perte de l'odorat après leur infection

Selon une étude suédoise, des patients présenteraient des troubles persistants de l’odorat, un an et demi après avoir contracté le Covid. La perte partielle de l’odorat et les déformations d'odeurs font partie des symptômes les plus fréquents.

Dr Anne Sikorav
Dr Anne Sikorav
Rédigé le
Covid : un tiers des patients souffrirait toujours d'une perte de l'odorat après leur infection

Un monde sans odeur. Ce n'est ni le titre d'un film, ni le scénario d'une science-fiction mais une réalité pour certaines personnes infectées par le coronavirus.

La perte totale ou partielle de l’odorat est un des nombreux symptômes du Covid-19. Si de nombreux patients se rétablissent rapidement, d’autres constatent que leur odorat ne revient pas à la normale.    

Une étude menée sur 100 personnes

Des chercheurs de l’Institut Karolinska de Stockholm se sont penchés sur la prévalence des troubles olfactifs persistants chez des patients infectés par le Covid lors de la première vague en 2020. 

Cette étude a été menée sur 100 soignants, régulièrement testés au Covid depuis le début de l'épidémie. Parmi eux, 49 % se plaignaient de parosmie, c'est-à-dire d'un odorat déformé, et 33 % souffraient d'hyposmie, une difficulté à détecter les odeurs. Encore plus grave, 4 % décrivaient une perte totale de l'odorat, aussi connue sous le nom d'anosmie. Des symptômes qui persistent même 18 mois après l'infection. 

"Au total, 65 % des patients infectés par le Covid ont des troubles persistants de l’odorat à 18 mois" - Arnaud Tognetti et Co-auteurs.

Pourtant, les chercheurs ont noté que la plupart des personnes qui avaient un odorat réduit ne l’avaient pas constaté avant de rejoindre l’étude. Des troubles persistants donc, mais pas forcément handicapants dans la vie de tous les jours. 

Par ailleurs, les scientifiques ont effectué ces mêmes tests sur un groupe témoin de 44 patients, qui n’avaient jamais été infectés par le coronavirus. Près de 20 % des membres du groupe témoin souffraient aussi d'une baisse de l’odorat. Ces résultats montrent donc que les troubles olfactifs ne sont pas forcément associés au Covid. En effet, l'anosmie peut survenir après d'autres infections virales.

Covid : pourquoi perd-on l'odorat ?  —  Magazine de la Santé

A lire aussi Anosmie et covid : comment retrouver l'odorat ?

Des recherches supplémentaires sont nécessaires

Les troubles d’odorat liés aux SRAS-CoV-2 pourraient donc persister de manière chronique chez plus de patients qu'on ne le pensait. Cependant, la perte complète de l’odorat, l’anosmie, semble plutôt rare. La majorité des patients observés se plaignent plutôt d'une baisse ou d'une déformation de l'odorat. 

Des recherches supplémentaires sont donc nécessaires pour mieux comprendre les facteurs qui influencent cette perte prolongée d’odeur suite à une infection au Covid.

En pratique, si vous souffrez de troubles de l’odorat persistants, une consultation spécialisée avec un ORL et une rééducation olfactive sont préconisées. "Mettre en route le plus rapidement possible la rééducation olfactive est primordiale car cela reste pour le moment le seul traitement ayant prouvé son efficacité lors de prise en charge d’anosmie post virale", rappelle la Haute Autorité de Santé (HAS). 

De plus, l'étude de l’Institut Karolinska de Stockholm est en prépublication, c’est-à-dire qu’elle n’a pas encore été validée par un comité d’autres experts scientifiques. 

Pour ne manquer aucune info santé, abonnez-vous à notre newsletter !