Comment s'explique le spasme de l'oeil de Katy Perry ?

Lors d'un concert à Las Vegas, la chanteuse a perdu le contrôle de son oeil droit. Ce défaut pourrait provenir de l'amblyopie, un syndrome dont souffre Katy Perry. Les symptômes s'apparentent néanmoins à un blépharospasme.

Muriel Kaiser
Muriel Kaiser
Rédigé le , mis à jour le
Katy Perry fait de l'oeil à son public ?
Katy Perry fait de l'oeil à son public ?  —  Le Mag de la Santé - France 5

La vidéo a fait le tour du monde. Fin octobre, alors qu'elle donne un concert à Las Vegas, Katy Perry est prise d'un spasme à l'oeil droit. Elle ne parvient pas à l'ouvrir malgré plusieurs tentatives avec ses mains. 

Après quelques secondes, son oeil s'ouvre à nouveau, et la chanteuse enchaîne avec la chanson suivante.

@katyperrytv KATYYYYY!#PLAY🍄 ♬ sonido original - Katy Perry TV

À lire aussi : Tics : Billie Eilish souffre du syndrome de Gilles de La Tourette

Qu'est-ce que l'amblyopie ?

En 2016, la chanteuse a révélé souffrir d'amblyopie, aussi appelé syndrome de l'oeil défaillant. Il s'agit d'une différence de vision entre les deux yeux : un oeil voit bien, l'autre mal. 

L'origine du problème réside dans la transmission de l'information. La connexion entre l'un des deux yeux et le centre d'analyse est défectueuse. Le cerveau ne reçoit qu'une seule image ou une image pas assez claire : la vision 3D devient impossible. La vision peut être floue. Mais toutes les amblyopies ne sont pas identiques, et les patients peuvent être plus ou moins affectés.

Et si c'était un blépharospasme ?

La vidéo de Katy Perry laisse néanmoins penser à un blépharospasme. Il s'agit d'une fermeture involontaire des paupières, qui s'explique par des contractions involontaires du muscle orbiculaire - le muscle chargé de fermer les paupières.  

Cette pathologie peut être traitée par l’injection de toxine botulique dans la paupière pour bloquer la contraction du muscle. Dans les cas les plus sévères, la chirurgie permet de retirer une partie du muscle orbiculaire.

Pour ne manquer aucune info santé, abonnez-vous à notre newsletter !