L'AP-HP dévoile son ''plan cancer''

Des rendez-vous médicaux dans des délais plus rapides, une meilleure coordination examens/consultations, un accès plus important aux innovations thérapeutiques : voici en quelques objectifs une déclinaison du plan Cancer III proposé par l'Assistance publique-Hôpitaux de Paris (AP-HP) et rendu public lundi 5 mai 2014.

La rédaction d'AlloDocteurs
La rédaction d'AlloDocteurs
Rédigé le
Imagerie médicale : moins de radiations pour les patients (image d'illustration)
Imagerie médicale : moins de radiations pour les patients (image d'illustration)

C'est sur le fond d'un plan d'économies de dix milliards d'euros d'ici 2017 sur l'Assurance-maladie que l'Assistance publique-Hôpitaux de Paris (AP-HP) lance son "plan cancer" pour 2015-2019. Après trois mois de discussions au sein d'un groupe de travail, le Pr Serge Uzan, doyen de la faculté de médecine Pierre et Marie Curie, a dévoilé ce rapport sur la stratégie cancer de l'AP-HP comportant dix engagements destinés avant tout à améliorer la prise en charge des malades. Un projet hospitalier qui a pour "seul mot d'ordre : que l'AP-HP réduise tout risque de pertes de chances pour les patients", a expliqué Martin Hirsch, directeur général de l'AP-HP, lors de sa présentation à la presse, soulignant l'importance d'avoir une "stratégie forte" dans ce domaine.

Le premier rendez-vous dans les sept jours

Ce plan stratégique 2015-2019 de l'Assistance publique-Hôpitaux de Paris concrétise la mis en place d'un label : "Cancer AP-HP". Il représente l'engagement des 37 hôpitaux à Paris et en Ile-de-France. L'AP-HP traite près de 50.000 patients atteints de cancer, chaque année, dont 32.000 nouveaux cas. La cancérologie représente 40% de l'activité totale d'Ile-de-France.

Concrètement, il s'agit de garantir des rendez-vous dans des délais rapides pour que les patients gardent toutes leurs chances - le premier rendez-vous doit être obtenu dans les sept jours -, de coordonner les consultations et les examens d'explorations pour éviter aux malades d'avoir à revenir plusieurs fois à l'hôpital quand l'ensemble de leurs examens peuvent être réalisés dans la même journée. 

Elargir la prise en charge à la réparation physique

Dans son projet, l'AP-HP s'engage à prendre en charge les patients au delà de leur traitement médical. La reconstruction mammaire sera proposée "sans reste à charge" financier pour la patiente. L'AP-HP veut aussi développer la "préservation de la fertilité" avant traitement et un "carnet de parcours de soins pour que l'on s'engage à ne jamais laisser le patient seul" face aux dédales des services. "La vie du patient au décours du traitement du cancer doit d'emblée être envisagée avec des actions permettant au patient de substituer un projet de vie à un objectif de lutte pour sa survie", indique le rapport. Un site internet dédié au cancer sera, par ailleurs, mis à disposition des médecins et des patients. "Outre la description précise de l'offre de soins, il devra par son interactivité faciliter la préparation du parcours dans nos hôpitaux".

L'AP-HP bénéficie d'un élément quasi exclusif dans le domaine de l'oncofertilité. Selon le groupe hospitalier, "dès la phase initiale une préservation de la fertilité doit être proposée aux patients qui sont en âge d'en bénéficier".

Autre ambition : augmenter le nombre de malades bénéficiant des innovations diagnostiques et thérapeutiques, en leur permettant d'être intégrés dans des protocoles de recherche clinique. La formation des professionnels (notamment d'infirmières cliniciennes), des patients et des usagers est aussi considérée comme "un levier de l'amélioration du parcours de soins".

Ces orientations s'inscrivent dans le cadre du Plan cancer 2014-2019, dévoilé le 4 février 2014 par le président de la République, qui entend lutter contre les inégalités sanitaires, améliorer l'organisation. Il prévoit aussi des investissements, en particulier pour la mise à jour de l'informatique (dossiers médicaux, etc.) et pour des appareils de radiothérapies.

En 2014, l'investissement consacré aux équipements cancer à l'AP-HP est de 17 millions d'euros, a noté Hirsch.