Ordi, chips et coca... Les ados mangent mal !

Ils mangent devant leurs écrans, "zappent" souvent le petit-déjeuner et ne sont pas friands de fruits et de légumes. Les jeunes Français, âgé de 15 à 25 ans, accumulent les mauvaises habitudes alimentaires. Un constat dressé par l'Institut de sondage Ipsos, dans une étude publiée le 11 octobre 2012.

Rédigé le

Ordi, chips et coca... Les ados mangent mal !

- Reportage de Stéphanie Rathscheck, Perrine Dutreil et Hervé Droguet -

Plus d'un jeune Français sur deux (61 %), âgé de 15 à 25 ans, mange ses repas devant un écran, au moins une fois sur deux, selon une enquête Ipsos, rendue publique le 11 octobre 2012. Et près d'un jeune sur cinq (19 %), dans cette tranche d'âge, est en surpoids ou obèse. Parmi eux, trois sur dix n'en ont pas conscience puisqu'ils s'estiment minces ou de corpulence normale, selon cette enquête sur les habitudes de vie des jeunes les exposant au surpoids et à l'obésité.

Grignotage, repas sautés ou avalés à toute vitesse, budget réduit consacré à l'alimentation font partie de mauvaises habitudes relevées par l'enquête.

L'alimentation n'est pas un poste de dépenses prioritaire chez les jeunes : plus d'un sur quatre est prêt à sacrifier la qualité et la quantité de son alimentation au profit de son habillement (31 %) ou de la téléphonie mobile (25 %).

La sédentarité aggrave les risques de surpoids et d'obésité : plus d'un jeune sur trois déclare ne pas faire de sport (38 %). Une proportion qui est presque d'un jeune sur deux dans les foyers les plus modestes (44 % contre 27 % pour les jeunes les plus aisés). 54 % disent ne pas manger à heure fixe au moins un repas sur deux. 48 % "zappent" le petit-déjeuner au moins un matin sur deux. Enfin, plus d'un jeune sur trois reconnaît qu'en cas de stress, il lui arrive de grignoter toute la journée. Sans compter la consommation régulière de sodas pendant les repas chez un jeune sur quatre. Quant aux fruits et légumes, seuls 38 % déclarent en consommer quotidiennement.

L'enquête confirme la fracture sociale en matière de surpoids : la proportion de jeunes en surpoids ou obèses est de un sur dix dans les foyers les plus aisés - revenu net mensuel supérieur à 3 000 euros (10 % des foyers) - alors qu'elle est d'un sur quatre parmi les foyers les plus modestes - revenu net mensuel inférieur à 1 250 euros (24 % des foyers).

Source : Enquête Ipsos/Logica Business Consulting, réalisée 15 au 25 septembre 2012, auprès d'un échantillon représentatif de 1 000 jeunes âgés de 15 à 25 ans, interrogés via l'Access Panel Online d'Ipsos. Méthode des quotas.


En savoir plus :