Le cancer croît à une vitesse alarmante dans le monde

Le cancer va continuer à s'étendre dans le monde avec près de 22 millions de nouveaux cas annuels attendus à l'horizon 2030, contre 14 millions en 2012, selon un rapport de l'Organisation mondial de la santé publié lundi 3 février 2014. D'après le Dr Christopher Wild, directeur du Centre international de Recherche sur le Cancer (CIRC), la mise en place des mesures de prévention efficaces sera nécessaire, en plus des traitements, pour éradiquer le cancer.

Rédigé le

Le cancer croît à une vitesse alarmante dans le monde
Le cancer croît à une vitesse alarmante dans le monde

Nécessité de mettre en place des mesures de prévention

Le Centre international de Recherche sur le Cancer (CIRC), l'agence spécialisée sur le cancer de l'Organisation mondiale de la Santé, a lancé lundi 3 février 2014 le "Rapport sur le cancer dans le monde 2014".

Ce rapport réalisé avec l'aide de 250 experts originaires de 40 pays différents, détaille les multiples aspects de la recherche et de la lutte contre le cancer. Il révèle notamment la vitesse alarmante à laquelle se développe le cancer et ajoute la nécessité de mettre en place des mesures préventives urgentes pour lutter contre ce fléau.

"En dépit de progrès prometteurs, ce rapport montre que nous ne pouvons pas régler le problème du cancer grâce aux seuls traitements. Une plus grande mobilisation pour la prévention et la détection précoce est maintenant absolument nécessaire, pour compléter les traitements et faire face à l'augmentation alarmante du fardeau du cancer au niveau mondial", déclare le Dr Christopher Wild, Directeur du CIRC et co-rédacteur du rapport.

Parmi les mesures préconisées, le rapport mentionne des campagnes de vaccination contre l'hépatite B mais aussi contre certains papillomavirus, pour lutter contre les cancers du foie et du col de l'utérus. Empêcher la propagation de la consommation de tabac, promouvoir l'activité physique et prévenir l'obésité sont autant de mesures préventives annoncés.

Les auteurs du rapport recommandent également le dépistage précoce en donnant comme exemple celui du cancer du col de l'utérus.

13 millions de décès par cancer en 2030

Malgré les progrès non négligeables des traitements anticancéreux, les décès par cancer devraient eux aussi augmenter, passant de 8,2 millions en 2012 à 13 millions en 2030. L'accès aux traitements efficaces contre le cancer dans les pays en voie de développement étant abordables, plus de la moitié de ces cancers pourraient être évités si les connaissances actuelles étaient correctement mises en œuvre.

"Les pays à bas et moyens revenus seront incontestablement les plus touchés car beaucoup d'entre deux sont mal équipés pour faire face à cette escalade du nombre de malades atteints de cancers", souligne Margaret Chan, la directrice générale de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) dans son introduction au rapport.

En 2012, le cancer du poumon arrivait en tête des cancers les plus fréquemment diagnostiqués (1,8 million de cas, soit 13% de l'ensemble des cancers), devant le cancer du sein (1,7 million, soit 11,9%) et le cancer du côlon (1,4 million, soit 9,7%).

Le cancer du poumon est également de loin le plus meurtrier avec 1,6 million de décès en 2012 (19,4% de tous les décès par cancer) devant le cancer du foie (800.000, soit 9,1%) et le cancer de l'estomac (700.000, soit 8,8%).

Et si les hommes sont globalement un peu plus touchés que les femmes (ils représentaient 53 % des cas de cancers et 57% des décès), plus de 60% des cas et 70% des décès surviennent actuellement en Afrique, Asie et Amérique latine, une tendance qui ne devrait pas s'inverser dans les prochaines années.

Aux cancers traditionnellement liés à des infections (cancers du foie, de l'estomac et du col de l'utérus), sont venus s'ajouter des cancers du poumon, du sein et du côlon, associés à des facteurs de risques comme le tabagisme, l'alcoolisme, l'obésité, le manque d'exercice ou la consommation de produits alimentaires industrialisés, plus répandus dans les pays riches.

Le Dr Wild insiste dans le rapport sur l'importante nécessité de lancer "une action immédiate pour faire face à ce désastre humain, qui touche toutes les communautés dans le monde sans exception".

Source : Communiqué du Centre international de Recherche sur le Cancer. Organisation mondiale de la santé. 3 février 2014.