La musique pour ne pas perdre la mémoire

Le cerveau des musiciens serait moins affecté par les effets de l’âge que ceux des personnes qui n’ont jamais joué d’un instrument, selon une étude publiée le 19 juillet 2012 dans la revue Frontiers in Human Neuroscience.

Rédigé le

La musique pour ne pas perdre la mémoire
La musique pour ne pas perdre la mémoire

L’étude a été menée sur 70 adultes âgés de 59 à 80 ans. 37 d’entre eux n’étaient pas musiciens, les 33 restant avaient pratiqué d’un instrument pendant 10 ans ou plus au cours de leur vie.

Les scientifiques ont fait passer des test de mémorisation et de raisonnement aux participants et ont observé que les individus du groupe « musiciens » présentaient des capacités cognitives supérieures aux sujets de l’autre groupe. De plus, ceux qui avaient appris la musique jeunes, c’est-à-dire avant 9 ans, avaient de meilleurs résultats que ceux ayant commencés plus tard.

Les auteurs de l’étude expliquent leurs résultats par le fait que la pratique d’un instrument mobilise de nombreuses fonctions cognitives et sensorielles. En effet, jouer d’un instrument engage simultanément le système auditif, le système sensorimoteur, la vision, la mémoire et nécessite une certaine rapidité de traitement. Autant de mécanismes qui favoriserait l’adaptation et la plasticité cérébrale.

Cependant, ils précisent que d’autres activités, moins facilement quantifiables, ont pu avoir un effet bénéfique sur le cerveau des personnes observées : la lecture, les mots croisés ou encore les jeux de réflexions comme les cartes ou les échecs.

Source : "Recent and past musical activity predicts cognitive aging variability: direct comparison with general lifestyle activities", Frontiers in Human Neuroscience, le 19 juillet 2012. Doi : 10.3389/fnhum.2012.00198.

En savoir plus

Sponsorisé par Ligatus