La fatigue peut-elle être induite par une SEP ou un cancer ?

J'ai une SEP, je suis très fatigué au coucher et au réveil je n'ai pas l'impression d'avoir dormi. Y a-t-il un lien avec la SEP ? J'ai eu un cancer il y a sept ans (toujours traité par létrozole). Ma fatigue persistante n'est pas prise en compte. M'en sortirai-je ?

Rédigé le , mis à jour le

La fatigue peut-elle être induite par une SEP ou un cancer ?

Les réponses avec le Pr Patrice Cacoub, interniste :

"Oui, la fatigue peut être liée à la SEP. Comme beaucoup de maladies chroniques, la sclérose en plaques est inflammatoire et immunologique. Ces maladies donnent de la fatigue car il y a la sécrétion de certaines protéines qu'on appelle les cytokines qui donnent de la fatigue. En cas de SEP, comme dans d'autres maladies chroniques, la fatigue est un signe de la maladie à tel point que parfois on modifie le traitement uniquement parce que la fatigue est proéminente, même s'il n'y a pas de poussées neurologiques par exemple. La fatigue est donc un symptôme parmi d'autres pour la SEP.

"Les personnes qui ont un cancer et de nombreux traitements mettent du temps à récupérer. Il faut peut-être compter un an ou deux pour s'en remettre. Mais deux ou trois ans après la rémission du cancer, si la patiente ou le patient est fatigué(e), il faut chercher autre chose. Et il ne faut pas se dire que l'on a eu un traitement, que le traitement est fini, que l'on est en rémission et que cette fatigue est liée à ces traitements. Il n'y a pas de date couperet mais un an ou deux après la mise en rémission du cancer ou d'autres maladies, il n'y a aucune raison d'être fatigué.

"Pour les personnes qui ont une hépatite virale, une hépatite C par exemple, grande pourvoyeuse de fatigue, si vous traitez la maladie et si la fatigue persiste après, il faut chercher autre chose."

En savoir plus

Dossier :

Questions/réponses :