Hépatite alcoolique sévère : amélioration du taux de survie

L'efficacité d'un nouveau traitement associant anti-oxydant et anti-inflammatoire devrait permettre de mieux guérir les patients atteints d'hépatite alcoolique sévère.

Rédigé le , mis à jour le

Hépatite alcoolique sévère : amélioration du taux de survie
Hépatite alcoolique sévère : amélioration du taux de survie

L'hépatite alcoolique aiguë tue dès les six premiers mois dans 40 à 45% des cas. Elle est l'une des formes les plus graves de la maladie alcoolique du foie. Les défaillances du foie (insuffisances hépatiques), consecutives à une hyper consommation d'alcool conduisent au coma, puis dans certains cas au décès.

Le traitement de réference pour cette pathologie associe l'abstinence alcoolique à la cortisone. Devant des résultats jugés insuffisants (30 à 35 % des patients meurent au terme d'un suivi de six mois) le service d'hépato-gastroentérologie du CHU d'Amiens et une équipe de recherche de l'Inserm ont réalisé une étude dont les travaux ont été publiés dans la revue The New England Journal of Medecine.

Dans le cadre de cette étude les chercheurs et médecins ont associé sur 174 patients atteints de cette pathologie un traitement anti-oxydant (compte tenu du déficit frequent en capacité anti-oxydante) avec le traitement anti  inflammatoire classique. Les résultas de cette étude montrent une amélioration du taux de survie, avec moins de décès à un mois de traitement par rapport au groupe ayant reçu la cortisone seule.

Boire 50 grammes d'alcool par jour (5 verres) pendant plus de 3 à 6 mois déclenche dans la plupart des cas ces hépatites alcooliques sévères.

Source : "Glucocorticoids plus N-Acetylcysteine in severe Alcoholic Hepatitis", The New England Journal of Medecine, 10 novembre 2011.

VOIR AUSSI

 

Sponsorisé par Ligatus