Faut-il bannir la viande rouge quand on a du cholestérol ?

Supprimer la viande rouge, bannir la charcuterie, tirer un trait sur les fromages et les oeufs... Le régime auquel sont soumis les personnes souffrant de cholestérol relève parfois du parcours du combattant, et s'avère souvent source de frustration. Une étude parue dans The American Journal of Clinical Nutrition s'inscrit en faux contre ces idées reçues. L'important n'est pas de supprimer certains aliments, mais plutôt de limiter la consommation globale de graisses saturées, quelque soit leur source.

Rédigé le , mis à jour le

Faut-il bannir la viande rouge quand on a du cholestérol ?
Faut-il bannir la viande rouge quand on a du cholestérol ?

Pendant quatre semaines, des volontaires ont été impliqués dans un essai clinique avec plusieurs régimes alimentaires, incluant différentes quantités journalières de viande de bœuf. Les résultats de cette étude montrent que la consommation quotidienne de viande maigre de bœuf n'augmente pas le taux de cholestérol chez les volontaires suivant par ailleurs un régime pauvre en graisses saturées.

 

Selon les résultats de cette étude, les personnes souffrant d’hypercholestérolémie peuvent consommer régulièrement, voire quotidiennement de la viande, à condition de choisir des morceaux maigres, d'utiliser des modes de cuisson sains et de limiter au maximum les autres sources de graisses saturées.

 

Nous avons demandé l'avis du Dr Boris Hansel, endocrinologue à l'hôpital La Pitié-Salpêtrière :

  •  Cette étude est plutôt rassurante pour les patients qui culpabilisent face à leur régime alimentaire ?

Dr Boris Hansel : "Oui, ce qui compte c’est l’apport journalier en graisses saturées. On les retrouve essentiellement dans les graisses animales (lait, fromage, beurre, viande rouge, charcuterie…) mais aussi dans l’huile de palme et l’huile de coco. Ce qui les rend très présentes dans tous les produits agro-alimentaires transformés. Mais ce que montre l’étude est que si on aime le bœuf, on peut en manger tous les jours, à condition de limiter les autres sources de graisses saturées."

  •  Mais au quotidien c’est difficile de doser, comment faire ?

Dr Boris Hansel : "En pratique on peut classer les aliments en cinq catégories :

- les viandes grasses et charcuteries
- les produits laitiers gras
- le beurre
- les biscuits, gâteaux et viennoiseries
- les produits industriels et transformés (céréales, barres chocolatées…)

Ce qu’on peut conseiller est de choisir une ligne par jour parmi ces produits."

  •  Ce ne serait pas plus simple et plus sûr de se plier à un régime ?

Dr Boris Hansel : "Non. Nous sommes dans une société où l’on mange non plus pour répondre à des besoins individuels (caloriques, en fonction de ses efforts), ou par plaisir, mais souvent de manière automatique, impulsive et contrainte. Nous sommes souvent coincés par nos contraintes de temps ou poussés par le stress.

"L’intérêt de cette méthode est de rendre les gens à nouveau responsables et conscients de leur alimentation. Et si les gens veulent en savoir plus, ils peuvent aussi prendre des cours d’éducation thérapeutique, auprès de leur médecin traitant ou de l’assurance maladie, pour apprendre à lire les étiquettes, savoir quoi et comment manger."


Source : Roussell MA et coll. : Beef in an Optimal Lean Diet study: effects on lipids, lipoproteins, and apolipoproteins. Am J Clin Nutr., 2012; 95: 1 9-16

 En savoir plus :

Sponsorisé par Ligatus