Diabète : rembourser les dispositifs de mesure continue de la glycémie ?

EN BREF - Mercredi 12 mars 2014, à l'occasion du Congrès de la société francophone du diabète, une fédération d'associations de patients diabétiques a réclamé le remboursement par l'Assurance maladie des dispositifs de lecture du glucose en continu.

Rédigé le , mis à jour le

Diabète : rembourser les dispositifs de mesure continue de la glycémie ?

"Nous souhaitons alerter les pouvoirs publics sur la nécessité de permettre aux patients diabétiques d'accéder aux technologies innovantes, en particulier à la lecture du glucose en continu" a déclaré Gérard Raymond, le secrétaire général de la Fédération française des diabétiques (FFD).

Pour calculer leur besoin en insuline, les diabétiques peuvent actuellement être amenés à faire jusqu'à une dizaine de "dextros" (prélèvement d'une goutte de sang au doigt et analyse immédiate dans un glucomètre) par jour.

En effet, différents capteurs de glucose ont été développés ces dernières années pour permettre aux patients souffrant d'un diabète mal équilibré de visualiser en permanence l'évolution de leur glycémie (taux de glucose dans le sang).

Selon la FFD, quelque 15.000 patients français pourraient bénéficier de ce dispositif qui, faute de prise en charge, n'est actuellement utilisé que "par une centaine de malades". La fédération note que plus de 120.000 diabétiques utilisent ces dispositifs à travers le monde, et qu'ils sont déjà remboursés dans quatre pays européens (Suède, Pays-Bas, Slovénie et Italie).

Un appareil relié à une pompe à insuline

Le dispositif s'adresse principalement aux patients atteints d'un diabète de type 1, provoqué par un arrêt de la production d'insuline par le pancréas et qui apparaît le plus souvent avant l'âge de 30 ans.

Le capteur de glucose en continu "permet d'anticiper les hyperglycémies tout comme les hypoglycémies sévères" et d'adapter rapidement les doses d'insuline nécessaires, y compris la nuit, puisque l'appareil est associé à une pompe à insuline, souligne M. Raymond.

Le surcoût pour l'Assurance maladie serait "de l'ordre de 3.000 euros par an et par patient" selon le Pr Eric Renard, chef du service de diabétologie au CHU de Montpellier.

Les complications d'un diabète mal contrôlé incluent de nombreuses pathologies dont celles de la rétine (pouvant même conduire jusqu'à la cécité), l'insuffisance rénale, voire l'amputation du pied

En savoir plus sur le diabète :