Des lipides, jeune, pour rester mince à l'âge adulte

Préserver son enfant des risques d'obésité en le privant de lipides mène au résultat exactement inverse à l'âge adulte. 

Rédigé le

Des lipides, jeune, pour rester mince à l'âge adulte
Des lipides, jeune, pour rester mince à l'âge adulte

C'est le paradoxe le moins bien connu des parents et même, trop souvent, des pédiatres. Des chercheurs en avaient l'intuition, mais une enquête de l'Inserm vient de corroborer l'observation de ces trente dernières années.

Malgré l'appauvrissement continu en graisses de l'alimentation des jeunes bébés, l'obésité s'est quand-même répandue en France. L'obésité touche aujourd'hui 15% des adultes, soit 7 millions de personnes. Comme si ce souci de mettre les jeunes enfants au régime pour habituer leur organisme entraînait un résultat opposé à l'effet escompté.

Certains pédiatres conseillent encore d'arrêter l'allaitement maternel quand le bébé prend rapidement du poids. La taux de graisses du lait de la mère est alors mis en cause. Cette théorie est clairement contredite par les résultats de l'équipe du Dr Françoise Rolland-Cachera.

Le métabolisme doit s'adapter

Les chercheurs ont suivi à l'âge adulte des enfants nés entre 1984 et 1985. Ils ont relevé leur apport nutritionnel à 10 mois, à 2 ans et ensuite tous les deux ans jusqu'à l'âge de 20 ans.

Après avoir tenu compte des facteurs qui pouvaient biaiser les résultats, comme l'origine socio-professionnelle ou l'influence de l'allaitement maternel, ils ont comparé les données entre l'âge adulte et le jeune âge. Il en ressort que les personnes les plus grasses à 20 ans sont celles qui ont reçu le moins de lipides au début de la vie.

Dès le tout jeune âge, si l'on prive un bébé de lipides, son métabolisme se préparera à gérer une carence pour les années à venir. Le corps n'est alors pas préparé à recevoir de fortes doses de lipides et la masse de graisse s'accumule sur l'abdomen des jeunes adultes.

Le Dr Eric Seban, pédiatre, tempère l'importance de cette étude : "Certes, avant un an, l'alimentation est déterminante pour la future courbe de poids mais après, jusqu'à l'âge de 9 ans, c'est surtout l'hérédité qui prédomine. Et c'est plutôt l'apport en protéines qu'il faut surveiller avant 5 ans, car les reins ne sont pas encore matures."

La réelle cause de l'obésité est le déséquilibre alimentaire, l'augmentation de l'apport calorique, et, surtout, la sédentarité. Mettre bébé au régime est donc la dernière des choses à faire ! En revanche, apprendre la satiété quand on est adulte est indispensable si l'on veut se prémunir de l'obésité. 

Source : "La restriction des lipides n’est pas recommandée chez le jeune enfant", Inserm, 29 novembre 2012

En savoir plus