Ch@t : Troubles de l'ovulation

Ch@t du 10 septembre 2010 : Avec les réponses du Dr Julie Galey, endocrinologue, spécialiste en médecine de la reproduction et du Dr Ludovic Moy, gynécologue.

Rédigé le

Ch@t : Troubles de l'ovulation
Ch@t : Troubles de l'ovulation
Sommaire

Les réponses du Dr Julie Galey, endocrinologue spécialiste en médecine de la reproduction

  • Après la naissance de mon fils, j’ai eu des cycles réguliers pendant 1 an, j’ai ensuite décidé de prendre la pilule et à l’arrêt de celle-ci (1 an après), mes cycles sont devenus à rallonge 70 jours en moyenne ? Savez-vous pourquoi ?

Il faudrait faire chez vous un bilan hormonal et voir si vous avez eu des variations de poids importantes.

  • Sous pilule, que deviennent les ovules comme il n’y a pas d'ovulation ? Est-ce qu’ils dégénèrent ou on les garde ?

Ils dégénèrent. On ne peut pas conserver un stock de follicules plus important en prenant la pilule.

  • Si on est OPK, il est impossible de tomber enceinte sans aide médicamenteuse ?

Oui bien sûr cela dépend si on ovule.

  • J’ai un implant contraceptif et plus de règles, comment puis-je connaitre la durée de mes cycles ?

Vous ne pouvez pas car vous n'avez pas de cycle avec une contraception de ce genre.

  • J’ai des ovulations tardives, j’ai eu ma fille après 10 mois d’essai, comment faire si je veux un deuxième bébé en moins de temps car j’ai peur d'attendre longtemps.

Une grossesse obtenue en 10 mois c'est tout à fait normal.

  • Je souffre du syndrome des ovaires polykystiques avec un léger dérèglement hormonal. Est-ce que la stabilisation de son poids permet de limiter les problèmes d’ovulation ?

En effet le surpoids aggrave les symptômes du syndrome des ovaires polykystiques et en particulier les problèmes d'ovulation associés.

  • J’ai fait une écho qui a montré des ovaires micro polyfolliculaire. Est-ce la même chose que des ovaires polykystiques ?

L'aspect échographique ne suffit pas il faut aussi des troubles du cycle et un "dérèglement hormonal".

  • Que représente l’hormone anti-mullérienne ?

C'est le reflet du stock de follicules disponibles en début de cycle.

  • Cause de ces FC toujours à la même période ?

Je ne peux pas répondre à votre cas particulier je n'ai pas assez d'éléments.

  • A la suite d’une surdité brutale de l’oreille (labyrinthite aigüe) j’ai stoppé la pilule (que je prenais depuis 10 ans). J’ai eu mes règles un mois et demi plus tard mais depuis plus rien (cela fait deux mois) est-ce normal ?

Je vous conseille de consulter sans urgence votre gynéco.

  • J’ai 37 ans et un bébé de 7 mois que j’allaite toujours. Je n’ai pas eu mon RDC et nous voudrions avoir un 2ème enfant. Est-il possible de faire revenir l’ovulation plus rapidement tout en continuant l’allaitement (médicament)

Chaque chose l'une après l'autre, finissez votre allaitement avant d'envisager une nouvelle conception.

  • L’obésité peut-elle donner une mauvaise qualité à l’ovulation ?

Oui.

  • Peut-on ne pas ovuler tous les mois ?

Oui mais c'est rare si les cycles sont très réguliers de 28j. 

  • Suite à un traitement hormonal sans succès en raison d’un cycle très irrégulier et long, je viens de subir une hystérographie, elle a été très douloureuse car mes trompes étaient bouchées. Que cela signifie-t-il et quelles sont les conséquences ou le lien avec l’ovulation ?

Pas de lien entre les trompes et les problèmes d'ovulation.

  • A la suite d’une phlébite, je prends une pilule micro-dosée depuis 10 ans. A cause de cette pilule, je ne suis plus réglée depuis environ 5 ans. Est-ce que tout redeviendra normal à l’arrêt de la pilule, peut-il y avoir des conséquences sur un désir de grossesse ?

La pilule n'agit sur le cycle que pendant la prise et n'a pas de conséquence sur les cycles suivants.

  • Après combien de temps sous clomifène choisit-on de changer de traitement ?

6 cycles max avec une ovulation vérifiée et pas d'effet négatif du clomifène sur la glaire ou la muqueuse utérine vérifiés aussi.

  • J’ai 21 ans, des cycles souvent très longs (plus de 40 jours), et irréguliers. Les règles sont parfois très douloureuses et abondantes, parfois très peu abondantes et je ne sens rien du tout. Faut-il s’inquiéter ? Est-ce lié à un trouble de l’ovulation ?

Cela peut, à vérifier avec votre gyneco.

  • On m’a diagnostiqué OPK et je suis en surpoids (IMC>40) la perte de poids est-elle la seule solution pour ovuler ?

C'est indispensable pour votre santé, pour augmenter l'efficacité des traitements indicateurs de l'ovulation et pour diminuer les risques de complications pendant la grossesse liés à l'obésité (diabète, hypertension...)

  • Est ce qu’une hystérosalpingographie peut entrainer des nodules d’endométriose ?

Non.

  • Est-ce qu’il peut y avoir un lien entre la prolactine et les problèmes d’ovulation ? (j’ai des cycles longs et parfois les seins qui coulent depuis l’arrêt de mon allaitement il y a un an et ai fait une fausse-couche).

Seulement si l'hormone prolactine est élevée sinon non.

  • Comment perdre du poids à cause de problèmes hormonaux tels que les OPK ? J’ai tout essayé, régime, sport et impossible de les perdre...

Il faut vous faire aider par un spécialiste du poids.

  • Quel traitement est proposé si le traitement médicamenteux n’a pas fonctionné en cas d'OPK ?

En cas d'échec des inducteurs d'ovulation en comprimés ce sont des injections sous cutanées d'hormones qu'on utilise.

  • Etudiante de 21 j’ai été diagnostiqué OMPK après une aménorrhée d’un an causée par une période anorexique. Ayant retrouvé une alimentation normale, mes cycles sont revenus mais raréfiés et une chute de cheveux importante est apparue. Je prends depuis Holgyeme. Est-ce un bon traitement pour préserver mes ovaires ?

Il se peut aussi que l'aspect d'OMPK soit lié à l'anorexie même si elle s'est bien améliorée. En l'absence de cycles spontanés vous avez en effet intérêt à prendre les hormones qu'il vous manque que ce soit en prenant la pilule par exemple.

  • Y a-t-il un facteur héréditaire dans les troubles d’ovulation ?

Il existe des familles avec plusieurs femmes atteintes d'un Syndrome des ovaires polykystiques mais il y a aussi beaucoup de formes non familiales.

  • Les pertes blanches bien liquides sont-elles des signes de troubles de l’ovulation et peuvent-elles être signes d’infertilité?

Non

  • Est-ce que le clomifène peut entrainer des grossesses gémellaires, si oui, à quel taux ?

Cela dépend directement du nombre de follicules que le clomifène fait ovuler, aussi il est préférable de faire une échographie des ovaires vers J12 ou J13 pendant le cycle avec clomifène pour vérifier qu'il n'y a pas de risque de grossesse multiple. S'il y a 2 follicules matures et qu'il y a grossesse, environ 3 chances sur 4 qu'il y ait un seul bébé et 1 risque sur 4 qu'il y en ait 2.

  • 2/3 jours avant mes règles j’ai comme des petits saignements, on m’a dit que cela signifie que je n’ovule pas vraiment, est-ce vrai? (Mon médecin m’a prescrit de la progestérone, y a-t-il un rapport ?)

On ne peut pas affirmer cela.

  • Avec mon conjoint nous essayons d’avoir un second enfant, j’ai des cycles très longs (44 jours). A partir de combien de temps d’essai doit-je consulter mon gynéco pour savoir s’il y a un trouble de l’ovulation ? J’ai déjà eu un kyste à l’ovaire il y a 7 ans.

Vous pouvez commencer par faire une courbe de température pour voir si vous ovulez et consulter avec les résultats votre gynéco.

  • J’ai un kyste endometriosique, aujourd’hui j’ai un retard des règles de 10 jours. Que dois-je faire ? Je suis vraiment inquiète.

Il faut commencer par faire un test de grossesse et ensuite consulter votre gynéco.

  • Je ne souhaite pas avoir d’enfant mais depuis l’arrêt de ma pilule, il y a 3 mois, mes 2 premiers cycles étaient normaux (30 jours) mais le 3ème tarde à venir (41 jours) test de grossesse négatif ! Que dois-je faire ? Qui consulter ? Les troubles d’ovulation concernent toute les femmes, même celles qui ne désirent pas enfanter, pourquoi ignorer cette minorité ? Les aménorrhées ne sont normales pour personnes !

Le mieux serait de voir ça avec votre gynéco si les cycles continuent à être longs. Sinon il est possible d'avoir un cycle plus long de temps en temps sans conséquence sur votre santé.

  • Je suis sous Lisuride depuis 50 jours afin de réguler mes cycles pourtant je ne vois aucune évolution ni ovulation est-ce normal ?

Il faudrait donc revoir le praticien qui vous l'a prescrit pour revoir l'indication ou le dosage.

  • J’ai 41 ans, sans enfant, je ne prends pas la pilule et mon cycle est entre 26 et 27 jours. Depuis 2 mois mon  cycle est passé à 21 jours. Cela est-il signe de problèmes ?

A partir de 35 ans de façon naturelle les ovaires ont tendance à perdre leur stock de follicules ce qui entraîne un raccourcissement des cycles. C'est donc une évolution normale mais qui correspond également à une diminution naturelle de la fertilité.

  • Je prends la pilule depuis 5 ans est-ce que l’arrêter peut diminuer le risque d’infertilité quand on a un OPK ?

Non la pilule n'entraîne pas de problème de fertilité ou d'ovulation une fois qu'on l'a arrêtée. Il est au contraire meilleur d'avoir un bon équilibre hormonal comme sous pilule plutôt que de laisser des cycles spontanément très longs ou absents.

  • Pour tenter de détecter une ovulation lors de cycles de plus de 40 jours avec des tests d’ovulation, à partir de quel jour commencer ?

Quand un cycle est ovulatoire, la phase entre l'ovulation et les règles suivantes lorsqu'il n'y a pas de grossesse est d'environ 10 à 14 jours. Pour des cycles de 40 jours il est logique de commencer les tests un peu avant le 25eme jour du cycle. Le moyen le plus économique pour déterminer si vous ovulez et quand reste la courbe de température 

  • La prise d’une contraception hormonale peut-elle à son arrêt, provoquer un trouble de l’ovulation ?

Non seulement pendant la prise.

  • J’ai des OPK sans surpoids, IMC à 21 on dit que les OMPK sont causes de surpoids. Le surpoids peut-il causer ce syndrome ?

Le Surpoids OMPK est très hétérogène. Certaines femmes sont en surpoids et d'autres sont très minces, mais ce n'est pas le surpoids qui crée le syndrome.

  • Je n’ai plus mes règles depuis 27/06/2010 et test de grossesse négatif, a quoi est-ce dû ?

Devant des troubles du cycle c'est à dire des cycles qui se sont modifiés dans leur longueur il faut faire un bilan hormonal pour essayer d'en trouver la cause et vous donner un traitement pour au minimum ne pas vous laisser en déséquilibre hormonal chronique.

  • Quelle est la procédure classique à suivre lorsque que l'on a un OPK et que l'on désire une grossesse ?

Vous pouvez commencer par vérifier si vous ovulez ou non (seulement si vos cycles sont normaux ou longs car si vous êtes en aménorrhée on sait déjà que vous n'ovulez pas) puis en parler à votre gynéco qui selon les cas vous prendra en charge pour faire un bilan de fertilité du couple et vous donner un traitement inducteur de l'ovulation, soit vous orientera vers un collègue ou centre d'assistance à la procréation.

  • Pour faire une courbe de température, est-il indispensable, de prendre sa température par voie rectale ? A la même heure obligatoirement ?

Il faut prendre sa température à peu près à la même heure et il n'est pas indispensable de prendre la température en rectal, cela dépend de la précision du thermomètre.

  • Pourquoi des cycles longs et irréguliers deviennent-ils après grossesse réguliers et normaux ? Ovule-t-on plus régulièrement après 1 grossesse ? Peuvent-ils redevenir longs et irréguliers ?

Une grossesse peut entraîner des modifications, même en dehors des variations de poids qu'elle peut entraîner. Les cycles peuvent être régularisés mais ils ont plus de risques de rester longs.

 

 

Les réponses du Dr Ludovic Moy, gynécologue

  • Est-ce que la prise de la pilule durant plusieurs années peut dérégler le cycle hormonal et empêcher l'ovulation lors de l'arrêt de cette dernière ? Si oui quelles sont les solutions à envisager ?

Non, la prise le la pilule même durant de nombreuses années, ne dérègle pas le cycle hormonal. Par contre, elle peut masquer l'existence des cycles dysovulatoires pré-existants, qui vont se "révéler" à l'arrêt de la pilule.

  • Dimanche, j'ai eu des pertes marron jusqu'à hier soir, aujourd'hui j'ai eu mes règles rouges et intenses, quel jour dois-je prendre en compte pour ma prochaine ovulation, cela fait 2 cylces où il m'arrive la même chose ?

Le premier jour du cycle correspond habituellement à celui de la survenue des règles "intenses". Si vous avez un cycle de 28 jours, votre ovulation devrait se produire dans 14 jours, soit le 24 septembre.

Le syndrome des ovaires polykystiques est associé à un taux de fausses-couches supérieur à la moyenne, mais le taux de grossesses évolutives permet néanmoins à de très nombreuses femmes souffrant de ce syndrome de mener des grossesses à terme.

  • Comment améliorer la qualité de son ovulation lors de cycles longs sans traitement hormonal ? L'acupuncture, l'homéopathie et autres médecines alternatives présentent-elles un intérêt ?

Vous pouvez utiliser diverses méthodes "alternatives" qui semblent dans certains cas, améliorer l'ovulation. Mais, il ne faut pas associer systématiquement cycles longs et ovulation anormale. Une ovulation de bonne qualité peut très bien apparaître sur des cycles de plus de 40 jours.

  • J'ai eu recours à la stimulation ovarienne (Clomifène) pour avoir ma fille car je n'avais aucune ovulation spontanée. Depuis j'ai repris la pilule. Y a-t-il un risque d'avoir les mêmes difficultés pour un 2ème enfant ?

Oui, il est possible que vous présentiez les mêmes troubles à l'arrêt de la pilule. Il faut également savoir que très souvent, le cycle qui suit l'arrêt de la pilule offre une ovulation de bonne qualité propice à une grossesse...

  • Le surpoids a t-il des conséquences sur l'ovulation ?

Oui l'excès de poids entraine des troubles de l'ovulation. La perte de poids, chez une femme en surpoids qui cherche à être enceinte, est d'ailleurs le premier traitement à mettre en place pour obtenir une ovulation.

  • Que pensez-vous d'une AMH de 1.1mg/ml et d'un taux de FSH à 9.5mUI ?

Cela traduit une diminution des chances de grossesses mais ne la rend pas impossible. Il ne faut pas sortir ces deux éléments du contexte : l'âge est un facteur important, l'échographie ovarienne en début de cycle, la qualité du sperme... Cela est à aborder avec votre gynécologue.

  • Est-ce que une AMH a 0.64 est rédhibitoire pour une PMA ?

Il est difficile de se prononcer sur un seul chiffre sans connaitre l'ensemble du contexte clinique mais cette valeur apparait effectivement très basse. Elle traduit une insuffisance ovarienne et conduit de nombreux centres de PMA à récuser une demande car les chances de grossesses dans ce cas sont très faibles.

  • Ayant des règles très irrégulières (tous les 2,3 voire 6 mois), j'ai réalisé une échographie. Dans le compte rendu, le médecin parle de dystrophie ovarienne, est-ce la même chose que les ovaires polykystiques ?

Le syndrome des ovaires polykystiques (OPK) possède une définition assez précise qui associe des éléments cliniques, biologiques et échographiques précis. Le fait de mentionner une dystrophie ovarienne sur un compte rendu d'échographie ne suffit pas pour poser ce diagnostic.

  • Je suis OPK, on me propose un drilling. Y a t-il des risques d'adhérence... sont-ils importants ? En quoi est-ce que ça consiste ? Quels risques pour ma fécondité ?

Le drilling est effectivement une technique que l'on peut proposer dans la prise en charge des OPK, mais seulement après avoir tenté d'autres traitements moins invasifs. Les séquelles à type d'adhérences sont désormais faibles si l'intervention est réalisée par un opérateur qui connait bien cette pathologie.

  • Je fais 1m 73 pour 62kg donc pas de problème de poids je suis sous pilule mais je ne sais pas si j'ovule car avec mes horaires décalés impossible de faire une courbe interprétable.

Attendez d'avoir arrêté votre pilule pour savoir si vous ovulez et laissez tomber le thermomètre dans un premier temps. Ce n'est pas la première chose à laquelle il faut penser pour avoir un enfant.

  • La prise de poids peut-elle entrainer une absence d'ovulation ? Je fais 107 kg ?

Oui. Le surpoids est une cause très fréquente d'anovulation, et dans ce cas, la prise en charge initiale doit obligatoirement être une perte de poids.

  • Le cycle dernier j'ai eu un résultat positif avec le test d'ovulation, mais ma courbe de température n'est pas monté ?!! Lequel est plus fiable ?

Les dosages hormonaux au laboratoire sont plus fiables que la prise de température. Il est habituel de constater des ovulations certaines avec des courbes ménothermiques plates.

  • Sur mon bilan échographique il est écrit que j'avais des micro formations kystiques à l'ovaire droit, est-ce que cela est équivalent à un ovaire polykystique ?

Non, il est normal et nécessaire d'avoir ces micro formations kystiques au sein des ovaires. Il faut d'autres critères échographiques (taille de l'ovaire, nombre et disposition de ces microkystes) pour pouvoir évoquer le diagnostic d'OPK.

  • Est-il normal d'avoir des règles qui durent peu de temps (2 jours environ) en étant sous pilule ?

Oui, surtout s'il s'agit d'une pilule très faiblement dosée en oestrogènes.

  • Les dosages hormonaux et les échographies doivent-ils être forcément réalisés en début de cycle ? Que faire quand on attend depuis plusieurs mois ?

Certains dosages hormonaux doivent être réalisés en début de cycle ainsi que le comptage échographique des follicules antraux. Cela permet de "mesurer" la réserve ovarienne.

  • Les OMPK ont-elles les mêmes traitements que les OPK ?

Il s'agit de la même chose.

  • J'ai 17 ans et cela fait 6 mois que je n'ai pas eu mes règles dois-je m'inquiéter ? Ou voir un gynécologue ?

De nombreuses causes peuvent entrainer un arrêt des règles et il n'y a sans doute pas lieu de vous inquiéter, mais le plus simple serait néanmoins de rencontrer votre gynécologue pour faire le point. Avant toute chose, si vous avez eu des relations sexuelles sans contraception, vérifiez que vous n'êtes pas enceinte...

  • Après avoir eut un premier enfant grâce à un traitement par injection je voudrais savoir s'il était préférable que je reprenne une contraception afin de ne pas retomber enceinte tout de suite ou si je n'ai pas de chance de tomber enceinte car j'ai des  OPK et pas de menstruation spontanée ?

Même après une première grossesse sous traitement, il existe une possibilité de grossesse spontanée. Si vous ne voulez pas être enceinte tout de suite, je vous conseille d'utiliser un moyen contraceptif.

  • Mes cycles sont plus réguliers (même s'ils sont longs : 35 jours en moyenne) depuis ma première grossesse, cela veut-il dire que je n'ai plus de trouble d'ovulation. J'ai eu du clomifène pour ma première grossesse.

Des cycles de 35 jours sont considérés comme normaux. Ils peuvent donc très probablement correspondre à des cycles ovulatoires.

Oui. Le Clomifène ou les injections de FSH sont en général prescrits durant plusieurs mois avant un drilling.

 

Les réponses du Dr Charlotte Tourmente

  • Au bout de combien de temps peut-on s’inquiéter de son ovulation ?

En l'absence de grossesse au bout d'un an avec des rapports réguliers. Plus tôt si vous avez plus de 35 ans.

  • Cela fait quelques mois que je pratique la courbe de température, le mois dernier mon ovulation a été détectée à J38. Est-ce que celle-ci est forcément de mauvaise qualité ?

Les cycles longs sont souvent associés à une diminution de la qualité de l'ovulation.

  • J’ai un cycle habituel de 35 jours je suis en essai bébé, actuellement à mon 43ème jours du cycle et je n’ai pas encore ovulé dois-je consulter ?

Depuis combien de temps essayez-vous ? On conseille de consulter au bout de 12 (voire 18 mois) avec des rapports réguliers. Mais si vous avez des cycles irréguliers, ce qui semble être le cas, oui, parlez-en à votre gynécologue.

  • Comment calculer son cycle ?

Commencez par noter le premier jour de vos règles, vous évaluerez la durée de vos cycles et leur régularité. Vous pouvez utiliser les tests d'ovulation (assez chers toutefois) si vous voulez déterminer la date précise de l'ovulation.

  • J’ai récemment arrêté la pilule suite à prise de poids et j ai constaté que mon cycle était le même qu’avant la prise de pilule, à savoir 6 semaines d’attente entre chaque règles. Cela peut-il être inquiétant ? Signe de problème d’ovulation ?

Pas forcément mais c'est vrai qu'un cycle long peut témoigner d'une ovulation de moins bonne qualité.

  • Je suis actuellement sous clomifène et dydrogestérone. Y a-t-il de bonne réussite avec ce traitement ?

Tout à fait, ce sont les traitements de référence dans les troubles de l'ovulation.

  • Y a-t-il un risque de devenir stérile après un avortement médicamenteux ?

Non.

  • J’ai eu un implant contraceptif pendant 2 ans je l’ai enlevé le 19 aout. Depuis juillet, pas de règles et là je dois faire un test de grossesse. Pensez-vous que j’ai ovulé juste après avoir enlevé l’implant ?

Avez-vous eu des rapports non protégés après le retrait de l'implant ? Si c'est le cas, il est en effet possible que vous avez ovulé et que vous soyez enceinte. Ou votre corps met tout simplement un peu de temps à retrouver des cycles réguliers.

  • Quel est l’origine du syndrome des OPK, est-ce psychologique ?

Non.

  • Quel est l’effet de la prolactine sur l’ovulation ?

Quand son taux est élevé, la prolactine désorganise le déroulement de l'ovulation.

  • J’ai 42 ans, un enfant de 11 ans et depuis 2 ans j’essaye d’avoir un enfant avec mon ami nous n’y arrivons pas. J’ai été anorexique durant 2 ans. Dois-je m'inquiéter ?

Vous pourriez consulter pour un bilan afin de faire le point sur votre ovulation.

  • Après une fausse couche, l’ovulation peut-elle être perturbée à court ou à long terme ?

Un stress ou un bouleversement affectif peuvent tout à fait perturber l'ovulation.

  • Le problème d’endométriose peut-il entrainer des fausses couches ?

Oui.

  • J’ai 17 ans et cela fait 6 mois que je n’ai pas eu mes règles, je n’ai pas eu de rapport sexuel que dois-je faire ?

En parlez à votre généraliste ou un gynécologue, simplement pour faire un point (une perte de poids importante peut provoquer l'absence de règles par exemple).

  • A quoi sert la Nafaréline ?

Il est donné dans le traitement de l'endométriose ou en cas de stimulation de l'ovulation (il bloque le fonctionnement de l'hypophyse, et donc les ovaires. Cela "prépare le terrain" avant de passer à la stimulation proprement dite).

  • Dans l'ovulation quelle est exactement le rôle de la LH et de l’Œstrogène ?

L'œstrogène est sécrété pendant la première partie du cycle, il va chuter avant l'ovulation, ce qui entraîne un pic de LH (luteinizing hormon) et provoque alors l'ovulation.

  • Les règles arrivent-elles toujours 14 jours après l’ovulation ?

Non, cela dépend des femmes. En moyenne, elles surviennent 14 jours après mais cela dépend de la longueur de votre cycle...

  • J’ai 38 ans, peut-on présenter un trouble de l’ovulation avec des cycles réguliers de 26 a 30 jours ? (essai depuis 9 mois) Que faire ?

Oui. Parlez-en à votre gynécologue.

  • Comment se passe le 1er rendez-vous avec un spécialiste de l’infertilité ? Que faut-il apporter ?

Tous les résultats d'examens que le gynécologue vous a déjà prescrits.

En savoir plus

30 % des stérilités féminines environ sont provoquées par un trouble de l'ovulation : anovulation ou absence d'ovulation, dysovulation ou anomalie irrégulière de l'ovulation. Ces troubles peuvent prendre un caractère temporaire ou, plus rarement, définitif. Certains médicaments peuvent aider à rétablir ce processus naturel. Ils peuvent également être prescrits isolément ou dans le cadre d'une insémination artificielle ou d'une fécondation in vitro.

En savoir plus

Dossiers sur Bonjour-docteur.com :

Sur le forum :

Besoin d'un conseil médical ?

Service proposé par

 logo MesDocteurs

Sponsorisé par Ligatus

Besoin d'un conseil médical ?

Nos médecins partenaires répondent à vos questions immédiatement 24h/24