Alcools aromatisés, le piège de l'été ?

Depuis 2011, les vins aromatisés ont investi les terrasses des cafés et les apéros estivaux. Blanc-pomme ou pêche , rosé-pamplemousse… En quelques années seulement ces boissons ont su s'imposer sur le marché alors que la vente d'alcool décline. Leur secret : un coup marketing qui fait rimer ces alcools avec les vacances… et surtout, une bonne dose de sucre !

Rédigé le

Alcools aromatisés, le piège de l'été ?

Un trait de sirop, une pointe de vin rosé… Dans les verres, cet été, la starlette reste le rosé-pamplemousse. Pour beaucoup, cet apéritif sucré est un aller simple direction les vacances.

Blanc-pêche, rosé-framboise ou à la cerise… les mélanges sont parfois insolites. Pourtant en 2013, il se serait écoulé 25 millions de litres de ces alcools aromatisés apparus sur le marché il y a seulement trois ans.

Selon Sophie de Reynal, directrice marketing, le succès s'explique par une image branchée qui détourne les codes du vin traditionnel : "Sur ces bouteilles, nous avons des bouchons à vis ce qui donne une image plus moderne et une consommation rapide et festive".

Que les amateurs de bons vins passent leur chemin, ces boissons nouvelles sont avant tout conçues pour un public novice, friand de légèreté. "Les producteurs ont cherché à recruter de nouveaux consommateurs", explique Sophie de Reynal, "Les sous consommateurs étant les femmes et les jeunes, l'idée est de leur proposer des nouveaux produits avec des goûts moins typés que des vins tanniques, traditionnels".

À côté du vin, on trouve également des cocktails tout préparés et des bières elles aussi aromatisées. Les breuvages se déclinent même en canette, les prix sont moins chers mais attention, toutes ces bouteilles même fruitées restent avant tout de l'alcool. "Le point commun de toutes ces boissons, c'est d'abord d'être agréables à la vue, elles ont de jolies couleurs et elles donnent envie d'être bues. Ensuite elles ont toutes un goût très agréable, il n'y a pas du tout d'amertume, le goût est très sucré. Et de ce fait, leur consommation est facile", confie le Dr Catherine Serfaty-Lacrosnière, nutritionniste. Ce dernier point est d'ailleurs problématique car les consommateurs ont tendance à "oublier que c'est de l'alcool, ils en consomment beaucoup et pourtant il s'agit des mêmes effets secondaires qu'une boisson alcoolisée classique". Les mêmes effets donc mais avec une touche de sucre en plus.

"Ces différents alcools vont être enrichis soit avec du jus de fruit, l'apport calorique reste alors modéré, soit avec du sirop, dans ce cas l'apport calorique sera plus important (30 à 40 calories par verre)", note le Dr Serfaty-Lacrosnière.

Cet été la vague des alcools aromatisés continuera certainement de déferler sur vos vacances. Attention tout de même, à trop surfer sur la tendance on risque aussi la noyade. L'alcool reste à consommer avec modération.

VOIR AUSSI

Sponsorisé par Ligatus