Vaccin anti-Covid et deuxième dose de rappel : mode d’emploi

Appelée aussi "booster" ou "quatrième dose", qui est concerné par la deuxième dose de rappel ? Quand ces rappels doivent-ils être effectués? On fait le point.

Dr Anne Sikorav
Dr Anne Sikorav
Rédigé le , mis à jour le
Vaccin anti-Covid et deuxième dose de rappel : mode d’emploi

Entre les consignes gouvernementales, les recommandations des autorités sanitaires et les avis des conseils scientifiques, il est parfois difficile de s’y retrouver sur les modalités de la vaccination de rappel.  Voici ce qu’il faut savoir : 

Qui est concerné ?

La deuxième dose de rappel est recommandée pour toutes les personnes immunodéprimées, explique le ministère de la santé.

Depuis le 14 mars 2022, ce sont aussi les personnes âgées de 80 ans et plus, ainsi que les résidents en Établissement d'hébergement pour personnes âgées dépendantes (EHPAD) et en unités de soins de longue durée (USLD)  qui sont éligibles à un deuxième rappel vaccinal, ajoute le ministère de la santé. 

Pour toutes les personnes chez qui la deuxième dose de rappel est recommandée, un délai de 3 mois devra être respecté depuis la dernière dose.    

Bientôt les plus de 65 ans ?

Pour la Haute Autorité de santé, les indications de la vaccination de rappel doivent encore s’élargir. Avec à l’appui, des données françaises et internationales :

(…) Ce sont toujours les personnes âgées de 65 ans et plus qui restent les plus à risque de développer une forme grave de la maladie et de décéder : au 10 mars 2022, les plus de 60 ans représentaient ainsi 80% des patients hospitalisés avec Covid-19 - Haute Autorité de Santé

Ainsi, le 18 mars dernier, l’autorité sanitaire a rendu un nouvel avis en faveur d’une deuxième dose de rappel, "pour les personnes de plus de 65 ans les plus à risque de forme sévère de la maladie et qui le souhaitent". En cas de deuxième rappel chez ces patients, la HAS recommande de respecter de préférence un intervalle d’au moins 6 mois avec le premier rappel.

Autre point important : la HAS souligne aussi que la deuxième dose de rappel n’est pas indiquée chez les personnes ayant contracté récemment une infection à SARS-CoV-2 avec le variant Omicron, et cela quel que soit leur âge, "en raison des données encore limitées sur la protection conférée par une infection par Omicron"

A ce jour, l’avis de la HAS n’a pas encore été suivi par le gouvernement.    

Vers une deuxième dose de rappel pour tous ?

Se dirige-t-on vers une deuxième dose de rappel en population générale ? 

A ce jour, pour la HAS, "il n’est pas pertinent de recommander actuellement l’administration d’une seconde dose de rappel en population générale". 

Cependant, une "réflexion approfondie est en cours » explique l’instance, "afin d’aboutir à des recommandations relatives à une stratégie vaccinale anti-Covid-19 de moyen et de long terme". Et cela, en prenant notamment en compte de "l’arrivée prochaine de nouveaux vaccins et de vaccins adaptés aux différents variants circulant".   

A lire aussiCovid : faut-il s’attendre à une nouvelle vague au printemps ?   

Covid long : ces patients qui ne guérissent pas  —  Magazine de la santé

Pour ne manquer aucune info santé, abonnez-vous à notre newsletter !