1. / Se soigner
  2. / Politique santé
  3. / Désert médical

Un cabinet médical à vendre pour 1 euro !

Son annonce a fait le buzz sur Internet et dans les médias. Une gynécologue de Château-Gontier (Mayenne) a mis son cabinet en vente au prix symbolique de 1 euro.

Rédigé le

À presque 70 ans, le Dr Perrot tente depuis 2015 de trouver un repreneur pour assurer le suivi de ses patientes. Sans résultat. Mais elle ne baisse pas les bras.

Dans les rues de Château-Gontier, une commune de près de 12.000 habitants, tout le monde connaît Bernadette Perrot, l'unique gynécologue de la ville, et tous admirent son combat pour trouver un repreneur.

Après avoir démarché sans succès les journaux médicaux pendant deux ans, la gynécologue a décidé de mettre son cabinet en vente sur Internet pour un euro symbolique : "La Mayenne souffre d'un déficit d'image absolument catastrophique alors que c'est magnifique, confie le Dr Perrot, moi je viens de Paris et je suis très heureuse d'avoir fait toute ma carrière professionnelle ici parce que c'est agréable à vivre et en plus on fait un travail très intéressant car les femmes viennent nous voir et les généralistes nous les envoient. Elles ne vont pas au CHU du coin".

Offre à saisir

Après son départ, il ne restera plus que deux gynécologues libérales pour tout le département de la Mayenne. Une situation que redoutent les nombreuses patientes qui se succèdent dans son cabinet : "C'est un métier que l'on fait avec passion parce que nous sommes au coeur de l'être humain avec la sexualité, la fertilité… Et c'est quand même merveilleux de voir une femme, un couple qui cherche à avoir un enfant", souligne le Dr Perrot.

Ce sont toutes ces patientes que la gynécologue refuse d'abandonner. Et elle n'est pas seule dans la bataille, la ville de Château-Gontier a aussi mis des moyens pour ouvrir d'ici un an une maison médicale dans un ancien local commercial. "Il n'est absolument pas obligatoire de venir dans mes murs, prévient Bernadette Perrot, je donne le matériel et ils peuvent le transférer où ils veulent à condition qu'ils prennent tous mes dossiers. C'est la seule condition. Donc cette maison est intéressante".

Quelques gynécologues se sont manifestés depuis l'annonce, mais rien de concret pour le moment. Bernadette Perrot se donne jusqu'au 30 novembre 2017 avant de pouvoir enfin profiter de sa retraite.

Sponsorisé par Ligatus