Image d'illustration.
Image d'illustration. Crédits Photo : © Shutterstock / Marc Bruxelle

On vous explique pourquoi le Danemark, la Norvège et l’Islande suspendent le vaccin AstraZeneca

Les autorités sanitaires danoises, islandaises et norvégiennes suspendent le vaccin AstraZeneca après la survenue de caillots sanguins chez des vaccinés. Mais pour l’heure, aucun lien n’est établi entre le vaccin et ces symptômes.

La rédaction d'AlloDocteurs
La rédaction d'AlloDocteurs
Rédigé le

Une suspension "par précaution" et jusqu’à nouvel ordre de tous les vaccins anti covid d’AstraZeneca. C’est le choix qu’ont fait le Danemark, l’Islande et la Norvège ce 11 mars. En cause : la crainte d’une formation de caillots sanguins, qui pourrait être liée à la vaccination.

  • Enquête sanitaire en cours

Cette suspension intervient "après des rapports de cas graves de formation de caillots sanguins chez des personnes qui ont été vaccinées avec le vaccin covid-19 d'AstraZeneca", a indiqué l'autorité sanitaire danoise, la première à prendre une telle décision.

Elle a toutefois souligné que cette décision relevait de la "précaution" en attendant des conclusions des enquêtes sanitaires. L’Agence nationale de la Santé danoise prévoit donc de réévaluer cette suspension dans deux semaines. En attendant, l'Agence européenne du médicament (EMA) a d'ores et déjà tenu à rassurer en affirmant que le risque de caillot sanguin n'était "pas plus élevé chez les personnes vaccinées".

A lire aussi : Covid : ce que l’on sait du vaccin Johnson & Johnson qui arrive bientôt en Europe

  • Pas de lien établi entre vaccin et caillots

Car pour l'heure, aucune relation de cause à effet n'a été établie, comme le précise l’autorité sanitaire danoise : '"à l'heure actuelle, on ne peut pas conclure à l'existence d'un lien entre le vaccin et les caillots sanguins".

Même conclusion rendue en Autriche, qui annonçait le 8 mars cesser d'administrer un lot de vaccins AstraZeneca après le décès d'une infirmière de 49 ans. Celle-ci a succombé à de "graves troubles de la coagulation" quelques jours après avoir reçu l’injection. Mais une enquête préliminaire de l'EMA avait souligné le 10 mars qu'il n'existait aucun lien entre le vaccin d'AstraZeneca et ce décès.

Par précaution encore, quatre autres pays européens - l'Estonie, la Lituanie, la Lettonie et le Luxembourg - avaient suspendu les vaccinations avec des doses provenant de ce lot, livré dans 17 pays et qui comprenait un million de vaccins.

  • 22 cas pour trois millions de vaccinés

Combien de cas de survenue de caillots sanguins ont été enregistrés ? Le Danemark a rapporté un cas de décès par thrombose d'une personne ayant reçu le vaccin AstraZeneca, cas qui a été transmis à l’EMA. Selon elle, seulement 22 cas de thromboses avaient été signalés à la date du 9 mars pour plus de trois millions de personnes vaccinées dans sa zone à savoir l’Union européenne, la Norvège et l’Islande.

  • Un vaccin "bien toléré", "sûr et efficace"

En réponse aux suspensions de ses vaccins, le laboratoire anglo-suédois AstraZeneca, qui a développé le vaccin avec l'université d'Oxford, a défendu la sécurité de son produit. "La sécurité du vaccin a été largement étudiée dans les essais cliniques de phase III et les données (...) confirment que le vaccin a été généralement bien toléré", a indiqué à l'AFP un porte-parole du groupe.

Même son de cloche du côté du gouvernement britannique, qui a rappelé le 11 mars que ce vaccin était "à la fois sûr et efficace" et que "les personnes invitées à se présenter pour le recevoir" devaient le faire "en toute confiance".

"C'est une approche super prudente basée sur des cas isolés en Europe", a également commenté Stephen Evans, professeur de pharmacoépidémiologie à la London School of Hygiene and Tropical Medicine. Pour cet expert, "la balance bénéfice-risque du vaccin est toujours très en faveur du vaccin" d'AstraZeneca.