1. / Maladies
  2. / Prostate, reins, vessie
  3. / Insuffisance rénale, dialyse

Dialyse pédiatrique : l'insuffisance rénale chez l'enfant

En 1963, l'hôpital Necker a proposé pour la première fois en France de mettre sous dialyse les enfants insuffisants rénaux aigus. Des enfants qui à l'époque mouraient d'urémie terminale, car si la dialyse était déjà pratiquée pour les adultes, elle en était encore à ses balbutiements : peu de centres, d'appareils, et de médecins formés. Proposer ce traitement à des enfants n'était alors pas envisagé. Mais aujourd'hui, les choses ont changé et des enfants de plus en plus jeunes, dès les premiers mois de vie, peuvent bénéficier de cette technique.

Rédigé le , mis à jour le

Dialyse pédiatrique : l'insuffisance rénale chez l'enfant
Dialyse pédiatrique : l'insuffisance rénale chez l'enfant
Sommaire

Qu'est-ce que la dialyse?

Michel Cymes et Benoît Thevenet expliquent l'insuffisance rénale chez l'enfant.

L'insuffisance rénale terminale n'est pas une maladie fréquente chez l'enfant. En France, environ 100 à 150 enfants arrivent chaque année à ce stade qui nécessite une dialyse, et toujours en attendant une greffe de rein, qui reste la finalité. Le principe de la dialyse pédiatrique est le même que chez l'adulte.

Le rôle des reins dans l'organisme. Les reins se trouvent en bas de la cage thoracique, sous le diaphragme. Le rein droit est situé en arrière du foie, et le rein gauche non loin de la rate. Les reins sont chargés d'éliminer en permanence les déchets produits par notre corps et également l'eau présente en quantité excessive. Chaque minute, environ un litre de sang, soit le cinquième de tout notre sang, entre dans les reins où il va être filtré par plus d'un million de petites unités appelées les néphrons. Les reins sont donc une sorte de station d'épuration de l'organisme.

Quand la fonction rénale montre des signes de faiblesse, on parle d'insuffisance rénale. Les sels minéraux et l'eau en excès ne sont plus éliminés, et les toxines s'accumulent dans le sang. Le corps s'empoisonne lentement. La dialyse est donc une technique d'épuration du sang, qui vient pallier les reins défaillants. Il existe deux sortes de dialyse : l'hémodialyse et la dialyse péritonéale. Dans les deux cas, le sang est épuré de façon efficace, et aujourd'hui, les enfants ont accès à l'une ou l'autre de ces techniques. Mais l'hémodialyse et la dialyse péritonéale restent deux traitements très éprouvants.

Dialyse pédiatrique : le choix de l'hémodialyse

Accueil des enfants dialysés à l'hôpital

Quand leurs reins ne fonctionnent plus, les jeunes patients doivent faire une dialyse chez eux à la maison ou à l'hôpital.

L'hémodialyse utilise un appareil de circulation extra-corporelle qui va jouer le rôle d'un rein artificiel. Le sang est filtré en dehors du corps grâce à la machine. L'hémodialyse est réalisée à l'hôpital trois fois par semaine.

Depuis 1995, les enfants en attente de greffe sont devenus prioritaires par rapport aux adultes. Mais la pénurie d'organes disponibles contraint tout de même les jeunes patients à passer de longs mois sous dialyse.

Dans la plupart des hôpitaux, des enseignants assurent des cours en se rendant au chevet des enfants afin qu'ils ne prennent pas trop de retard à l'école.

Dialyse pédiatrique : le choix de la dialyse péritonéale

La dialyse péritonéale est une méthode qui permet d'exécuter la dialyse à la maison.

La dialyse péritonéale utilise le péritoine, membrane qui entoure l'ensemble du tube digestif, comme filtre. L'avantage de cette technique est qu'elle peut être mise en place à domicile. De ce fait, la dialyse péritonéale est plus facile à organiser et elle a l'avantage de permettre aux enfants de poursuivre sans interruption leur scolarité. Le choix de la dialyse péritonéale peut être fait par les parents des tout-petits.

Les petits enfants ont la possibilité d'être greffés. En effet, pour une transplantation rénale, un poids minimum de 10 kilos est recommandé. Or, les tout-petits insuffisants rénaux ont souvent des problèmes pour s'alimenter et la prise de poids est plus lente que chez les autres enfants.

Chaque année, en France, 80 à 85 enfants sont transplantés. 10% d'entre eux reçoivent le rein d'un de leurs parents, 90% reçoivent le rein d'un donneur décédé après inscription sur la liste d'attente nationale gérée par l'Agence de la biomédecine.

En savoir plus

Sur Allodocteurs.fr

Dossiers :

Ailleurs sur le web

Sponsorisé par Ligatus