1. / Maladies
  2. / Maladies infectieuses et tropicales
  3. / Rougeole

Alerte au retour de la rougeole

Depuis le 1er novembre 2017, 115 cas de rougeole ont été recensés en Nouvelle-Aquitaine. 32 patients ont été hospitalisés. La grande majorité des personnes touchées n'étaient pas vaccinées.

Rédigé le

Alerte au retour de la rougeole

Les premiers symptômes font penser à une grippe : un forte fièvre et une toux intense. Mais, très vite, les premières éruptions cutanées apparaissent, d’abord sur le visage puis vers les extrémités du corps. Le virus de la rougeole est contagieux jusqu’à 14 jours avant l’apparition des symptômes et pendant les 5 jours qui suivent l’éruption. Son mode de transmission est simple et rapide. Le Pr Odile Launay, infectiologue à l’hôpital Cochin à Paris, explique : "c’est une maladie qui se transmet par voie respiratoire. Quand on tousse, quand on éternue, le virus va se répandre très facilement et on estime qu’une personne infectée va être responsable jusqu’à 18 autres infections. Par exemple, dans une salle d’attente, le risque d’infection des gens qui ne sont pas protégés est extrêmement élevé."

En cas de complications, les poumons et le cerveau peuvent être atteints. Entre 2008 et 2016, une importante épidémie de rougeole a touché près de 24 000 Français. 31 patients ont développé une encéphalite, et 10 en sont décédés. L’année dernière, en 7 mois, 387 personnes ont contracté le virus. Une jeune fille de 16 ans n’a pas survécu aux complications de la maladie.

"On sait que quand on attrape cette maladie quand on est plus âgé, on a plus de risque de faire complications, en particulier pulmonaires. Les atteintes pulmonaires peuvent être extrêmement sévères et nécessitent même parfois la réanimation. Il peut y avoir aussi des complications neurologiques, en particulier des encéphalites mais aussi des syndromes de Guillain Barré. Ces complications neurologiques très sévères peuvent avoir des séquelles, voire même conduire au décès."

Depuis janvier, le vaccin contre la rougeole est obligatoire pour les enfants. L’objectif est d’éliminer la maladie. Pour cela, il faut vacciner au moins 95% de la population. A ce jour, aucun département n’a atteint cet objectif.