1. / Maladies
  2. / Maladies infectieuses et tropicales
  3. / Coronavirus

Covid : face au variant anglais, Véran n’exclut pas un 3e confinement

Selon le ministre de la Santé Olivier Véran, un troisième confinement en France pourrait devenir « une nécessité absolue » si la circulation du variant anglais du coronavirus s’accélèrait encore.

Rédigé le

Covid : face au variant anglais, Véran n’exclut pas un 3e confinement
Image d'illustration. Crédits Photo : © Shutterstock / Jerome LABOUYRIE

Vers un troisième confinement en France ? Pour Olivier Véran, ministre de la Santé, tout dépend du variant anglais du coronavirus.  "Si la part de (ce) variant devait augmenter de façon sensible et que nous devions suivre une trajectoire à l'anglaise, le confinement deviendrait probablement une nécessité absolue", a-t-il déclaré le 21 janvier devant la Commission des lois du Sénat.

"Une course contre la montre"

"La propagation du variant d'origine anglaise sur le territoire français peut être un élément déterminant dans les stratégies de lutte contre l'épidémie que nous pourrions déployer dans les prochains jours et les prochaines semaines", a poursuivi le ministre, auditionné dans le cadre du projet de loi sur la prolongation de l'état d'urgence sanitaire.

"Quand je parle d'une course contre la montre, je pèse mes mots. (...) C'est un facteur déterminant pour les jours, les semaines et les mois à venir, et je parle aussi en jours", a-t-il insisté.

A lire aussi : Anglais, sud-africain, brésilien… que sait-on des nouveaux variants du covid ?

Un risque de saturation

En France, ce variant représente à ce stade environ 1,4% du total des contaminations quotidiennes au covid-19, comme l'a montré une récente enquête menée sur l'ensemble des tests PCR positifs.

Initialement repéré en Angleterre, ce variant plus contagieux que l’ancien inquiète la communauté internationale. Car même s'il ne paraît pas intrinsèquement plus dangereux que le coronavirus classique, il risque de poser un problème majeur : davantage de personnes contaminées, c'est davantage de malades qui ont besoin d’une hospitalisation, avec un risque accru que le système soit submergé.

Mortalité record au Royaume-Uni

C’est déjà le cas au Royaume-Uni, où les hôpitaux font face à de grosses difficultés et où 1.820 décès supplémentaires, un nouveau record quotidien, ont été enregistrés le 20 janvier. "Cela va continuer car ce à quoi nous assistons est le résultat du nouveau variant", a averti le Premier ministre britannique Boris Johnson.

Le variant sud-africain inquiète aussi

D'autres variants, dont l'un initialement détecté en Afrique du Sud, inquiètent eux aussi la communauté internationale. Comme le variant anglais, ils sont davantage transmissibles mais une mutation qui leur ait propre pourrait aussi entraîner une inefficacité des vaccins et un risque de réinfection.

Voir aussi sur Allodocteurs.fr