Covid : pourquoi les nouveaux variants pourraient entraîner plus de décès

Les nouveaux variants du coronavirus pourraient faire grimper la mortalité, selon le Centre européen de prévention et de contrôle des maladies. Car même s’ils ne sont pas plus virulents, ils sont plus contagieux et contaminent donc davantage.

La rédaction d'AlloDocteurs
La rédaction d'AlloDocteurs
Rédigé le
Covid : pourquoi les nouveaux variants pourraient entraîner plus de décès
Crédits Photo : © Shutterstock / shutter_o

Le risque est "élevé" que les variants du covid-19 récemment identifiés au Royaume-Uni et en Afrique du Sud soient une cause de mortalité plus élevée. C’est l’avis qu’exprime le Centre européen de prévention et de contrôle des maladies (ECDC) dans un rapport rendu public le 29 décembre.

A lire aussi : Cinq choses à savoir sur le nouveau variant du coronavirus

Pas plus virulent ou plus létal

Mais pourquoi une telle alerte ? Ce n’est pas le variant en lui-même qui serait plus virulent ou plus létal. En effet, comme l’indique l’institut de santé publique anglais Public Health England dans une étude publiée le 28 décembre, le variant britannique ne semble pas entraîner plus d’hospitalisations pour forme grave du covid ni de décès que la souche plus ancienne du coronavirus.

Plus de pression sur les systèmes de santé

Mais, comme le variant sud-africain, le variant britannique est plus contagieux, de 50 à 74%. Et c’est ce taux de transmission accru qui risque, selon l’ECDC, de générer une pression supplémentaire sur les systèmes de santé et donc un impact estimé "plus élevé sur le nombre des hospitalisations et le nombre des morts".

Ceci est particulièrement vrai pour "les plus âgés ou (pour les personnes) avec des co-morbidités", poursuit l'agence.

3.000 cas du variant dans le monde

A ce jour, plus de 3.000 cas du variant britannique ont déjà été identifiés au Royaume-Uni et à travers le monde, comme en France, en Allemagne, en Italie, aux Pays-Bas, au Portugal, en Jordanie, en Corée du Sud, mais aussi au Canada, aux États-Unis et au Chili.

Près de 300 cas du variant sud-africain ont été détectés dans ce pays, pour trois cas en Europe : deux au Royaume-Uni et un en Finlande. Ces trois personnes étaient de retour d’un voyage en Afrique du Sud.