1. / Maladies
  2. / Intestins et estomac
  3. / Syndrome de l'intestin irritable

Syndrome du côlon irritable

Ch@t du 28 janvier 2013 de 15h à 16h : Michel Neunlis, directeur de recherche à l'INSERM et le Pr. Stanislas Bruley des Varannes, chef de service d'hépato-gastro-entérologie ont répondu à vos questions.

Rédigé le

Syndrome du côlon irritable
Syndrome du côlon irritable
Sommaire

Les réponses du Pr. Stanislas Bruley des Varannes, chef de service d'hépato-gastro-entérologie

  • Quand un parent a eu un cancer du colon métastasé, est-il souhaitable de faire une coloscopie quand on a le syndrome de l'intestin irritable ?

Oui il faut faire une surveillance comme si vous n'aviez pas d'intestin irritable, et le rythme de surveillance par coloscopie est à déterminer avec votre médecin.

Non.

  • L'émission n'a pas évoqué le traitement par anti-dépresseurs ? Qu'en pensez-vous ? Est-ce que ça marche ?

Les antidépresseurs sont utilisés mais uniquement pour leur vertu antalgique dans ce cas.

  • L'année dernière j'ai eu une coloscopie et on m'a découvert un polype après analyse non cancereux est-ce du au colon irritable ?

L'intestin irritable n'est pas à l'origine de polypes, il s'agit de deux entités différentes.

  • J'aimerais savoir s'il peut y avoir une possible relation entre l'intestin irritable et l'anévrisme cérébrale et sa rupture ?

Non.

  • Une diverticulose peut-elle être le symptôme de l'intestin irritable ?

Non ce sont deux affections différentes et sans lien.

  • Une douleur de type point de côté à l'hypochondre gauche permanente peut être un symptôme du côlon irritable ?

C'est possible mais seulement si la douleur varie d'intensité après les selles ou les gaz.

  • Le syndrome du côlon irritable s'accentue au moment de la ménopause ?

C'est en effet observé assez fréquemment.

  • L'apparition d'hémorroïdes peut-elle être due au syndrome de l'intestin irritable ?

Non pas directement en revanche elles peuvent être secondaires à une constipation que l'on peut observer dans l'intestin irritable.

Pas de lien.

  • Le stress peut-il amplifier mes douleurs 2 mois après le gros stress ?

Oui il y a un lien établi, le stress renforce les symptômes de l'intestin irritable, qui eux mêmes peuvent à leur tour être un facteur de stress.

  • Vous avez affirmé que l'ostéopathie pourrait soulager le syndrome du côlon irritable, cela m'intéresse, pouvez-vous en dire un peu plus ou me dire où puis-je me renseigner ?

Il s'agit de résultats préliminaires, et on ne peut pas dire actuellement que ce traitement ait une efficacité démontrée. Il faut éventuellement vous rapprocher du Professeur Benamouzig (Centre hospitalier Bobigny) qui a étudié cette thérapeutique.

  • Maladie de Gilbert est-elle la cause d'un colon irritable ?

Non.

  • Le syndrome est-il amplifié en cas de grossesse ?

La réponse est plutôt non et souvent les femmes vont mieux pendant leur grossesse.

  • J'ai des douleurs abdominales quotidiennes après les repas. Cela peut-il être un symptôme de l'intestin irritable ?

C'est en effet possible.

  • L'impossibilité d'éructer est-il un facteur pouvant amplifier les symptômes de la maladie de l'intestin irritable ?

Possible en effet par accumulation de gaz dans l'intestin.

  • L'intolérance au gluten peut-elle être une cause du SII ? S'agit-il d'un point à diagnostiquer au préalable ?

C'est une cause rare de douleurs abdominales et son diagnostic doit être fait par votre médecin.

  • Le cannabis et son sevrage peuvent-ils avoir un effet sur ce syndrome ?

Oui sans doute, le cannabis ayant des effets sur le tube digestif mais le sevrage doit plutot améliorer les choses...

  • A qui s'adresser pour faire le diagnostic précis du SII ? Faut-il aller voir son médecin traitant en priorité ?

Oui médecin traitant d'abord car les examens complémentaires par un gastroentérologue ne sont pas systématiques.

  • Quand je stresse énormement j'ai des douleurs au niveau de l'intestin est-ce le syndrome du colon irritable ?

C'est en effet possible. Il faut voir avec quelle fréquence ces symptômes surviennent et s'ils s'associent à des troubles du transit.

  • Est-ce que cette maladie peut se déclencher à n'importe quel âge ? Par exemple juste avant la quarantaine ?

Le pic de survenue est entre 30 et 50 ans.

  • Je viens de suivre avec attention l'émission et me suis reconnue en plusieurs points cependant dans mon cas cela se produit sous forme de crises très douloureuses qui durent seulement quelques heures maxi et seulement 1 à 2 fois par an, pensez-vous que cela puisse s'apparenter à cette pathologie ? Ces crises me tétanisent tellement, elles sont douloureuses, elles se terminent une fois mes diarrhées finies.

La survenue de vos symptômes est à priori trop peu fréquente pour rentrer dans les critères de l'intestin irritable mais il faut quand même voir avec votre médecin.

  • La maladie de Steinert et le syndrome du côlon irritable peuvent-ils être liés ?

A priori non.

  • Le chocolat accentue-t-il les douleurs ?

Possible car les lipides du chocolat peuvent accentuer la sensibilité digestive et aussi ralentir le transit digestif.

  • Ma fille de 4 ans souffre de maux de ventre. Ils surviennent trois à quatre fois par mois et sont maintenant de plus en plus rapprochés. C'est souvent après les repas ou lorsqu'elle se plaint d'avoir froid. Je n'arrive pas a déterminer la cause. Il faut savoir qu'à la base elle est constipée et souvent après ces douleurs elle finit en diarrhées. S'agit-il du syndrome du colon irritable ?

C'est en effet possible, mais il faut sans doute avoir un conseil plus précis et mettre en place un traitement efficace contre sa constipation pour voir si on ne peut améliorer les choses de cette façon.

  • Conseillez-vous d'adopter un régime sans résidus quotidiennement ?

Non mais il faut utiliser les aliments de façon progressive car c'est souvent l'apport brutal d'une trop grande quantité de fibres qui déclenchent les symptômes.

  • La colostomie est-elle une solution ?

Non.

  • On m'a diagnostiqué (coloscopie + biopsie) un Crohn. Or, mes symptômes sont clairement ceux du syndrome du côlon irritable. La biopsie aurait-elle fait faire une mauvaise analyse ? Ou puis-je avoir les 2 (crohn+syndrome du côlon irritable) ?

Non les symptômes sont d'abord ceus de la maladie de Crohn mais il est vrai que même quand il n'y a plus de lésions actives de Crohn vous pouvez garder des symptômes identiques à ceux de l'intestin irritable.

  • Je viens de voir l'émission, j'ai aussi les mêmes symptômes, diahrée, maux de ventre grosse douleur... etc. J'ai vu un gastroentérologue qui m'a dit que c'était le stress sans chercher plus loin je ne sais pas quoi faire c'est vraiment génant comme effet même quand je ne mange pas. Je ne sais pas comment faire pour que cela passe ?

Il faut identifier les mécanismes qui vous déclenchent ou accentuent vos symptômes, voir si vous ne faites pas d'erreur hygiéno-diététique, et peut être renforcer votre activité physique.

  • J'ai souvent des douleurs abdominales après le repas. Seule une position recroquevillée me soulage. Cela peut-il être un syndrome de l'intestin irritable ?

Oui possible.

  • Côlon irritable et fibromyalgie est-ce lié ? Comment soulager ?

C'est encore assez débattu et plus avec des arguments passionnels que scientifiques.

  • Atteint du syndrome du côlon irritable, je prends du Duspatalin® (3x par jour) + Macrogol® 4000 (2 sachets le matin) + Sulpiride® 50 mg (1x par jour)+ Immunostim® Stress (mélange de 2 souches de probiotiques) 1 stick par jour. J'ai ce traitement depuis quelques années, puis-je le continuer sans danger ?

A priori oui mais il faut le rediscuter avec votre médecin.

  • Ma fille de 9 ans a un problème de mega côlon, après la découverte du diagnostic, elle a commencé à faire ses besoins sur ses vêtements. Que faire pour l'aider à arrêter ?

Il faut avoir un avis de spécialiste et peut être envisager des lavements réguliers pour éviter les accidents de diarrhée.

  • Le gluten est en cause dans le côlon irritable !

On ne peut pas dire ça même si chez de rares patients il y a une possible intolérance au gluten sans maladie coeliaque.

  • La nourriture est la meilleure des médecines pour le côlon irritable !

A voir !

  • Le Mestinon® est-il un bon médicament et pourquoi ?

Pour passer un cap seulement et en s'assurant qu'il n'y a pas d'occlusion possible.

  • J'ai 35 ans, longtemps souffert de constipation, puis pendant quelques années de diarrhées. Depuis deux ans, c'est le fait d'aller à la selle qui déclenche d'importants ballonements accompagnés de douleurs : est-ce aussi un symptôme de l'intestin irritable ?

Oui c'est possible, mais il faut revoir bien le problème et éventuellement faire une coloscopie si vos symptômes ont changé récemment.

  • Y a t-il un lien entre le syndrome du côlon irritable et la presence d'hémorroïdes externes ?

Non sauf si il y a une constipation importante.

  • Des ballonnements importants et douleurs peuvent-ils être le signe de colon irritable ? Comment les éviter ?

Oui.

  • S'il n'y a pas forcement de période de diarrhées et/ou de constipation mais plutôt des douleurs vers l'estomac associées à des gaz peut-on parler de sydrôme de l'intestin irritable ?

Oui même si c'est un peu atypique.

  • Est-ce que le fait d'aller aux wc plusieurs fois en l'espace de 2 heures est un des symptômes du côlon irritable ? Qu'est-ce qui fait qu'il n'est jamais possible d'aller une bonne fois pour toute aux wc comme tout le monde ?

C'est possible s'il y a des douleurs associées et si après la défécation les symptômes ont tendance à diminuer.

  • Est-ce que le fait d'avoir un côlon irritable peut expliquer des régles très douloureuses ?

Ca peut être associé dans le cadre d'un syndrome d'hypersensibilité viscérale.

  • Etant surveillé chaque année par un gastro (coloscopie pour problème héréditaire), quels sont les moyens de vérifier une SII ?

La coloscopie ne peut pas faire le diagnostic de SII. Elle permet simplement d'établir qu'il n'a pas de maladie organique du côlon.

  • Peut-on guérir d'un syndrome du côlon irritable ? Peut-on espérer au moins une très large diminution des symptômes ?

Oui on peut en tout cas nettement mieux vivre avec et avoir de très longues périodes de rémission.

  • Est-il normal pour un homme de 58 ans d'aller à la selle 3 à 4 fois par jour et parfois la nuit ?

Tout dépend depuis combien de temps et s'il y a des signes ou symptômes associés. Les selles nocturnes sont un élément à prendre en compte pour consulter.

  • Souffrant du syndrome de l'intestin irritable, mes enfants ont-ils plus de risques d'en souffrir ?

Il y a sans doute une composante gnétique mais mal établie, et globalement le risque n'apparait pas très augmenté par rapport à la population générale.

  • Sans problème particulier au quotidien, je suis systématiquement constipée et ballonnée dès que je passe plusieurs jours hors de chez moi, et ce depuis que je suis toute petite. Est-ce un syndrome du côlon irritable ?

Sans doute non c'est une circonstance très habituelle de changement du transit.

  • J'ai des glaires blanchâtres dans les selles et j'aimerais savoir ce que ça peut être commme maladie et si ça pouvait être le côlon irritable ?

C'est un signe qui doit vous faire consulter et peut être faire envisager une coloscopie.

Oui leur efficacité a été démontrée dans plusieurs études rigoureuses.

  • Le SII peut-il provoquer un amaigrissement très important ?

Non.

  • Est-il conseillé de retirer ou de limiter les légumineuses (fibres non solubles) en cas d'IBS ?

Oui privélgier les fibres solubles en les augmentant très progressivement.

  • Une diverticulose (diagnostiquée par coloscopie) peut-elle être une des cause du côlon irritable ?

Non.

  • La colostomie est-elle une solution ?

Non.

  • Est-ce que des nausées permanentes, maux d'estomac et impossibilité de digérer les aliments gras quels qu'ils soient peuvent être des symptômes du SII ?

Possible mais à documenter.

  • Une anomalie ano rectale opérée suivi de phases de diarrhées et constipation peuvent-elles êtres liées ?

Oui mais ici il ne s'agit pas d'un intestin irritable (à documenter selon la chirurgie réalisée).

 

Les réponses de Michel Neunlis, directeur de recherche à l'INSERM

La prévalence de la maladie coeliaque chez les patients SII (syndrome intestin irritable) IBS est identique à celle de la population générale. Néanmoins, un régime avec gluten peut induire plus de symptômes chez les patients SII (prédominant diarrhéique) qu'un régime sans gluten.

  • Les diverticules peuvent-elles favoriser le syndrome de l'intestin irritable, ou est-ce déconnecté ?

Non, mais ils peuvent induire des symptômes (douleurs).

  • Peut-on guérir d'un syndrome de l'intestin irritable ou bien sommes-nous contraints de vivre avec ?

A l'heure actuelle, il semble difficile d'affirmer que l'on peut guérir de cette maladie. Ceci est du principalement au fait que les causes et facteurs responsables de cette maladie restent encore largement inconnus. Ils sont multiples et associent des facteurs environnementaux (stress, alimentation, infectieux) et génétiques. Aussi, des efforts importants mais qu'il faut encore renforcer sont développés pour mieux comprendre les mécanismes de la maladies. Ceci permettra de proposer une approche thérapeutique plus personnalisée, qui est d'ores et déjà entrain de débuter et de porter ses fruits .

  • Cette affection peut-elle être héréditaire ?

Il y a dans certains cas une composante génétique de susceptibilité à développer la maladie mais probablement les facteurs environnementaux ont une importance majeure.

  • Récemment nous nous sommes orientés vers un Leaky Gut Syndrome (porosité intestinale dont vous parliez dans l'émission) avec le médecin nutritionniste suite aux derniers examens. Constatez-vous souvent ce type de syndrome dans le cadre de l'intestin irritable ? Est-ce d'après vous plus une cause ou une conséquence ?

Le leaky gut ou porosité accrue de l'intestin est retrouvée, d'après les études en cours, dans environ la moitie de patients atteints du SII (environ 50%). De manière intéressante plus cette perméabilité est augmentée plus la douleur est importante, par exemple. A ce titre, les approches (pharmacologiques ou nutritionnelles) visant à rétablir une porosité normale sont d'un grand intérêt thérapeutique actuellement.

  • L'intolérance au lactose vient-elle du syndrome du côlon irritable ?

Non c'est un déficit d'enzymes (lactase) nécessaire à digérer le sucre du lait.

  • L'intestin irritable peut-il accroître des sensations de fatigue, en plus des douleurs (terrain fibromyalgique) ?

Des études montrent effectivement que les patients atteints de SII ont plus de sensations de fatigue et que ces scores de fatigue sont positivement corrélés avec la micro inflammation de la muqueuse du côlon.

  • Qu'en est-il de l'intérêt du régime sans fodmaps ?

Des études préliminaires ont montré que des régimes sans fodmaps amélioraient certains symptômes dans certaines formes de SII. Elles doivent encore être confirmées et précisées. Néanmoins, les FODMAPS restent des éléments essentiels à la physiologie et au bon fonctionnement intestinal.

  • Diverticulose et côlon irritable peuvent-ils être associés ?

Un spécialiste a déjà répondu à cette question. Merci de consulter les réponses du ch@t.

  • L'hypnose est-elle favorable au SII comme beaucoup l'entendent ?

Des études confirment effectivement des effets positifs de l'hypnothérapie sur certains symptômes (douleurs) .

  • Quel examen permet de constater la porosité de l'intestin ?

Différentes méthodes existent pour évaluer la porosité de l'intestin. La moins invasive est de mesurer dans les urines le passage de certains sucres (qui ont été bus avant l'examen). Cette mesure va donner des informations sur la porosité des différents segments (intestin grêle vs colon).

  • La pratique d'un sport peut-elle améliorer le SII ?

En général oui et en particulier pour l'IBS des études tendent à démontrer effets bénéfiques.

 

En savoir plus

Le syndrome de l’intestin irritable ou syndrome du côlon irritable aussi appelé colopathie fonctionnelle est un trouble fréquent, il est la cause de 30 à 50% des consultations auprès d'un gastroentérologue, il toucherait de 10 % à 20 % de la population des pays occidentaux, s'agissant surtout de femmes. Il s’agit d’un trouble digestif qui se caractérise par des malaises ou des sensations douloureuses au ventre.

Il est considéré comme un trouble fonctionnel plutôt que comme une maladie, il peut entrainer en revanche de l'anxiété et des dépressions.

Ces malaises sont associés à la modification de la vitesse de passage des aliments dans le côlon, trop rapides ou, à l’opposé, trop lentes, causeront des symptômes différents, comme des diarrhées ou une constipation. Comme les femmes sont plus touchées que les hommes et que leurs malaises s’aggravent durant leurs menstruations, on pourrait penser que les changements hormonaux jouent un rôle.

Il est conseillé d’éliminer les aliments à problèmes de son menu, ou d’en limiter la consommation comme la consommation de fibres insolubles, car elles stimulent les contractions de l’intestin, les matières grasses, les aliments qui peuvent causer des ballonnements et des gaz, et réduire le stress. En revanche, il faut augmenter la consommation de fibres solubles, car elles sont douces pour l’intestin. Les techniques de relaxation ont leur utilité. En cas de fortes douleurs, certains antispasmodiques aident beaucoup.

 

En savoir plus