1. / Maladies
  2. / Allergies

Ch@t : Les allergies

Ch@t du 25 mars 2011 : Avec les réponses des docteurs Sophie Silcret-Grieu et Françoise Leprince, allergologues.

Rédigé le , mis à jour le

Ch@t : Les allergies
Ch@t : Les allergies
Sommaire

Les réponses du Dr Sophie Silcret-Grieu, allergologue

  • Je suis sous méthylprednisolone, 2 comprimés 2 fois par jour, pour une rhinite allergique. Mais dès que j’arrête le médicament, les symptômes reviennent. Pouvez-vous m'expliquer pourquoi ?  

Vous utilisez un médicament corticoïde, en effet très efficace pour la rhinite. Mais il serait préférable d'éviter de l'utiliser pendant une longue période. Des autres traitements peuvent être utilisés, soit sous forme locale, soit sous forme de comprimés non cortisonés. Il serait utile que vous consultiez un allergologue afin de préciser vos allergies, et de vous proposer une prise en charge plus adaptée.

  • À partir de quand est-il optimal de se faire désensibiliser au rhume des foins ?

Le rhume des foins est une allergie au pollen. Les symptômes peuvent démarrer selon le pollen auquel vous êtes allergique, dès le mois de février, parfois en mars, avril, parfois en mai. Pour démarrer une désensibilisation, vous devez prendre contact avec un allergologue environ 4 mois avant le début des symptômes, en pratique. L'idéal est de consulter entre septembre et novembre. Cela n'empêche pas de consulter pendant la saison des pollens pour avoir un traitement qui vous soulage.

  • Ma fille de 30 mois fait de l'asthme par la toux depuis 5 mois. Est-elle plus fragile en période estivale ? Aucune allergie positive décelée par l'allergologue. 

Votre fille a un asthme pour lequel on a bien fait de pratiquer des tests allergologiques. C'est une bonne chose que ces tests soient négatifs, mais il faudra les contrôler car une allergie peut apparaître un peu plus tard. En attendant continuez bien à lui donner les traitements prescrits. L'été n'est pas une saison particulièrement aggravante quand il n'y a pas d'allergie, alors qu'en hiver, les infections respiratoires sont souvent un facteur qui aggrave l'asthme.

  • À chaque fois que je prends une douche, j'en ressors avec des plaques rouges qui grattent et qui disparaissent d'elles-mêmes. Suis-je allergique à l'eau ? Est-ce que ça peut s'aggraver ? Que faire ?

Bien qu'il ne soit pas possible de faire un diagnostic précis par internet, il est probable que vous ayez une forme fréquente d'urticaire appelée "aquagénique", c'est à dire déclenchée par l'eau, qui ne présente pas de danger. Si cela vous gêne trop, consultez votre médecin car vous pouvez être soulagée par un antihistaminique. Mais en général, l'éruption disparait spontanément en 15 à 20 minutes.

  • Existe-t-il aujourd'hui des traitements de désensibilisation qui ne prennent pas plusieurs années ?

Les traitements de désensibilisation peuvent se faire par voie injectable ou par voie sublinguale (petites gouttes sous la langue). Dans tous les cas, la durée moyenne recommandée est de 3 ans.

  • J'ai souvent le nez bouché. Comment savoir s'il s'agit d'une allergie ?

Il est très facile de savoir si on est allergique. Il suffit de faire des tests allergologiques. Cela prend environ une demi heure chez un allergologue. Ce n'est ni douloureux ni compliqué. Ainsi, vous saurez si votre obstruction nasale est d'origine allergique. Dans ce cas, il y a également souvent des éternuements, des démangeaisons nasales et parfois oculaires. Si la cause n'est pas allergique, elle peut être mécanique, et vous devrez alors vous adresser à un ORL.

  • J'ai des démangeaisons dans la gorge. Je ne peux pas m'empêcher de me racler la gorge. Ca me fait mal. Que dois-je faire ?

Les irritations de la gorge peuvent avoir plusieurs causes. Mais si les démangeaisons sont importantes, et surtout si cela est accompagné d'éternuements, on peut en effet penser à une cause allergique. Je vous conseille de consulter votre médecin pour qu'il vous fasse faire un bilan allergologique, afin d'en avoir le cœur net.

  • À quel âge débuter une désensibilisation ? Mon fils a 21 mois et au printemps, il a déjà les mêmes symptômes que moi.

Les tests allergologiques peuvent être pratiqués à tout âge, afin de déterminer si votre fils a une allergie au pollen ou non. Cela sera utile pour lui proposer un traitement. Concernant la désensibilisation, elle peut être envisagée à partir de 5 ans.

  • Comment faire pour soulager une allergie au pollen ?

Il existe de nombreux traitements pour soulager une allergie au pollen. Tout dépend de la nature et de la sévérité des symptômes. Il est donc nécessaire de faire le point avec votre médecin pour savoir quel est le traitement le plus adapté à votre cas. Les médicaments existent sous formes locales (gouttes nasales ou oculaires), ou en comprimés. Certains sont utilisables sur une longue période, d'autres pour quelques jours. Par ailleurs, si votre allergie est très gênante, un avis spécialisé auprès d'un allergologue serait intéressant pour vous proposer un traitement préventif par la suite.

  • Mon fils de 4 ans a depuis 2 mois, dès qu'il y a un peu de vent, le nez qui coule, la conjonctivite et une forte toux. Mon docteur me prescrit de l'oxomémazine et de l'acétylcystéine. Est-ce suffisant ? 

Si le traitement prescrit par votre médecin, a totalement soulagé les symptômes de votre fils, c'est suffisant. Mais si ils persistent, en particulier la toux, ou bien si ils récidivent, je vous conseille de revoir votre médecin pour revoir le problème.

  • J'ai des démangeaisons importantes dans la gorge. Je ne peux pas m'empêcher de racler. Ca me fait mal. Et il y a des écoulements et des concrétions blanches sur les amygdales. Mon allergologue ne fait rien pour cela, malgré mes demandes régulières. Que faire ?

Peut être devriez-vous reparler de ce problème avec votre médecin ? Il est possible que vous ayez un problème ORL indépendant de votre allergie. Cela vaudrait la peine de le savoir.

  • Depuis 2 jours, j'ai le nez qui coule et j'éternue beaucoup. Est-ce une allergie ? Si oui, quelles peuvent en être les causes ?  

Il est vrai que depuis quelques jours, et même quelques semaines, les pollens d'arbres sont très abondants. Il est possible que votre problème soit dû à ces pollens. Il faudrait faire des tests allergologiques pour le savoir précisément. Mais en attendant, si les signes persistent, vous devriez prendre contact avec votre médecin pour avoir un traitement qui vous soulage.

  • Etant allergique à l'écorce de bouleau, aspirine et acarien, y a-t-il un risque de transmission à ma future descendance ?

Le fait d'avoir un terrain allergique augmente en effet un peu le risque, que vos enfants soient allergiques. Ce risque est d'environ 30 %. Toutefois, ce que vous risquez de transmettre, est une prédisposition aux allergies, et pas nécessairement les mêmes allergies que les vôtres.

  • Testée trois ans de suite pendant mes crises de rhinite, rien n'a été détecté. Pourtant tous les ans aux premiers beaux jours, j'ai un nez très bouché et une sinusite. Ni la cétirizine, ni la loratadine, n'ont fait effet. Auriez-vous des conseils pour améliorer mon état pendant cette période ?

Si les tests ont été négatifs à 3 reprises, il est probable que votre problème n'est pas de nature allergique. Il se peut que votre muqueuse nasale soit "simplement" irritée par les nombreuses particules en suspension (polliniques et autres) au printemps. Si les antihistaminiques n'agissent pas, on pourrait vous proposer des traitements différents par voie nasale ou générale. Je pense que vous devriez prendre l'avis d'un médecin ORL, en lui précisant que votre bilan allergologique est négatif.

  • J'ai une déviation du nez. J'ai fait une cautérisation, mais ça n'a rien donné. Que faire de plus ? J'ai toujours le nez bouché, ça me pique et j'ai les yeux qui deviennent rouges. 

Peut être qu'en effet en plus de votre problème mécanique, vous avez une allergie qui aggrave les choses. Vous devriez en rediscuter avec votre ORL pour envisager de faire un bilan allergologique.

  • Je suis sous fluticasone en spray nasal depuis 3 mois. Cela peut-il entrainer des problèmes ? Puis-je continuer ?

Si ce traitement vous soulage, et qu'il a été prescrit par votre médecin, vous pouvez le poursuivre. Si vous avez des effets secondaires comme des saignements de nez, signalez-le à votre médecin.

  • Mes filles de 5 et 6 ans ont souvent la gorge irritée et le nez qui coule. Des tests allergiques ont mis en avant, une légère réaction aux acariens. Vers qui se tourner pour plus de recherches ? Un ORL ou un allergologue ?  

Il n'est pas rare que nous, les allergologues, travaillions en collaboration avec nos confrères ORL. Si le problème allergique est important, un allergologue devrait pouvoir vous aider. Ce qui n'empêche pas de faire un examen ORL pour avoir un avis sur l'évolution.

  • Malgré les traitements, j'ai l'impression que mon allergie s'aggrave avec le temps. Que dois-je faire ? 

Vous ne devez pas laisser votre allergie s'aggraver, car si vous avez un traitement, il peut être modifié. Et si vous n'en avez pas, on peut sans doute vous en proposer un. Je pense qu'il faudrait refaire le point concernant vos allergies, afin de vous proposer un traitement adapté à votre situation actuelle.

  • Je pense avoir l'allergie du rhume des foins. J'ai la gorge et le palais qui me démangent. J'ai également des crises d'éternuement. Puis-je me soigner en étant enceinte ? 

En effet, vos symptômes évoquent un rhume des foins, surtout s'ils sont apparus au printemps. Il faudra le confirmer par des tests. En attendant, certains médicaments, surtout par voie locale, peuvent effectivement être utilisés pendant la grossesse. Inutile donc, de souffrir en silence ! Parlez en à votre médecin.

  • J'ai acheté un canapé, qui m'a provoqué une violente allergie respiratoire. Y aurait-il un rapport avec le diméthylfumarate ? Après ventilation sur la terrasse, ce symptôme a disparu.

Difficile de savoir si le problème est lié au fumarate de diméthyle, qui provoque bien souvent également des manifestations sur la peau. Signalez le tout de même au fabriquant. Mais d'autres substances contenues dans certains meubles peuvent aussi être irritantes : le formaldéhyde par exemple, ou tout simplement de la poussière accumulée dans les entrepôts. Vous avez bien fait d'aérer votre canapé, et si vous n'avez plus de symptômes, cela est plutôt rassurant.

  • J'ai fait une fois il y a dix ans une allergie, que le médecin a mis sur le compte des crevettes que j'avais mangées. Depuis, à part parfois quelques démangeaisons du palais, je n'ai jamais eu d'autres allergies... est-ce que je prends le risque de faire une grosse réaction un jour ?

Les crevettes peuvent provoquer des allergies, certaines peu graves, d'autres plus sévères. Il est impossible de savoir ce qu'il en est dans votre cas sans une consultation spécialisée. Si vous avez remangé des crevettes depuis et qu'il ne s'est rien passé, vous pouvez être plutôt rassurée. Mais si vous ne le savez pas, ou si ces démangeaisons du palais sont liées à la consommation de crevettes, mieux vaut consulter. L'allergie aux crevettes accompagne parfois une allergie aux acariens...

  • Dans le cadre de la désensibilisation pour la phléole par comprimés, est-il possible d'en obtenir sans ordonnance ? Quels sont les effets indésirables ? Et quelle est la durée d'un tel traitement ?

Ce type de désensibilisation, comme les autres, nécessite non seulement une prescription, mais un bilan allergologique préalable. Par ailleurs, le premier comprimé doit être pris chez le médecin, avec une surveillance d'une demi heure. Les effets secondaires sont possibles, en général, modérés : picotements sous la langue essentiellement. La durée de ce traitement est en moyenne de 3 ans.

  • Est-il possible qu'un bébé de 10 mois soit allergique aux pollens ?  

Il est vrai que l'allergie aux pollens démarre en général un peu plus tard, mais c'est tout de même possible. Les tests allergologiques peuvent être pratiqués sans problème à cet âge, contrairement à une idée reçue encore trop répandue. Et on peut prescrire des traitements antiallergiques si nécessaire. Il est également possible que le problème soit une simple irritation due aux particules de pollens, sans réelle allergie.

  • Je suis allergique aux hyménoptères. Mes jeunes enfants auront-ils la même allergie ? Faut-il leur faire faire des tests ? Et pour moi-même, étant enceinte de 5 mois, puis-je m'injecter l'adrénaline en cas de piqûre ?  

Tout d'abord, vos enfants n'ont pas de raison d'avoir la même allergie que vous. Il est possible qu'ils aient hérité d'un "terrain" allergique, mais pas d'une allergie en particulier. Les tests aux venins d'hyménoptères ne sont pratiqués qu'en cas de réaction après une piqûre. Ils ne peuvent pas prévoir l'apparition d'une allergie. Quant à vous, compte tenu de votre grossesse, je vous conseille de contacter le médecin qui vous suit pour cette allergie et de refaire le point avec lui. En cas de piqûre, tout dépend de la sévérité de votre réaction, mais il faut en discuter avec votre médecin. Evitez tout de même les pique-niques au soleil...

  • Quelles sont les précautions à prendre quand on sait que l'on va être fortement exposé aux allergènes des graminées dans un mois ? La prise médicamenteuse est-elle trop tard ?

Les précautions ne sont pas inutiles. Les médicaments antiallergiques sont efficaces. Il n'est pas nécessaire de les prendre 1 mois avant, mais dès le début des symptômes ou de la saison pollinique. Quant à la désensibilisation, elle doit en principe être démarrée un peu plus tôt. Reparlez en avec votre médecin.

  • Qu'en est-il du traitement à l'acupuncture ? Leur efficacité a-t-elle été démontrée ?

En matière d'allergie, nous ne disposons pas d'études suffisantes pour vous répondre. Certains patients se disent soulagés, d'autres pas. En tout cas, c'est un traitement que vous pouvez, si vous le souhaitez, associer à d'autres traitements antiallergiques.

  • Peut-on traiter, ou tout du moins atténuer une allergie, par des plantes ?

Nous avons peu d'études prouvant l'efficacité réelle de traitements par les plantes. Cela ne veut pas dire que c'est inefficace. Comme dans le cas de l'acupuncture, ces traitements peuvent être associés à des traitements antiallergiques. Attention tout de même à ne pas ingérer des plantes auxquelles vous seriez allergiques. Il existe des traitements à base de bouleau, à éviter pour les personnes qui y sont allergiques...

  • Mon fils âgé de 19 mois fait des rhinopharyngites à répétition, avec en plus de la conjonctivite. Mais ses yeux coulent uniquement quand il passe un moment dehors. Maintenant il y a la toux qui arrive. Les premiers symptômes sont apparus il y a 1 mois et demi. Pensez-vous que je dois consulter un spécialiste ?

Votre fils semble avoir un problème ORL persistant. Je pense en effet, qu'il serait utile de consulter un spécialiste, un ORL dans un premier temps.

  • Je suis très gênée. Sinusites à répétition, nez très bouché, yeux larmoyants et les médecins ne m'ont rien proposé pour l'instant. Que faire ? Je précise que je vis en Bretagne dans un milieu assez peu pollué.

C'est une bonne chose que vous soyez à l'abri de la pollution, qui pourrait aggraver votre problème. Avez vous consulté un ORL ? Vous a-t-on proposé de faire un bilan allergologique ? Si ce n'est pas le cas, peut être pourriez vous en rediscuter avec votre médecin.

Les réponses du Dr Françoise Leprince, allergologue

Non, l'allergie et le reflux sont tout à fait différents.

  • Je suis allergique aux acariens et au pollen. Sous traitement continu, je suis souvent gênée pour respirer la nuit et les sprays me font éternuer car mon nez est très sensible. Je ne sais pas quoi faire pour mieux dormir ?

Peut être serait il bon de refaire un point avec votre allergologue pour vérifier les allergènes qui vous ennuient. Faire une mesure de souffle afin de vérifier que votre gêne nocturne ne soit pas de l'asthme, et adapter les traitements qui seront peut être différents. Ensuite, le sommeil devient meilleur.

Les comprimés de désensibilisation pour la phléole (pollens de graminées) sont déjà en vente dans les pharmacies depuis le mois de janvier 2011.

  • Si l'allergie, une rhinite allergique, est ancienne, et qu'elle n'a jamais été traitée, si on la traite par les antihistaminiques, est-ce qu'elle répondra ?

Déjà il faut être certain que la rhinite soit bien une allergie vraie et pure. Il faut donc réaliser les tests, sans doute une radio ou un scanner des sinus. Faire les tests par l'allergologue et voir ensuite le traitement, qui vous est le mieux adapté.

  • Ma fille de 4 ans a des allergies depuis bébé. Eternuements, gorge et yeux gênants, qui piquent. À partir de quand peut-on commencer un traitement ? Et quel genre de traitement ? Je n'ai jamais vu d'allergologue.

Effectivement le plus judicieux serait de faire pratiquer des tests par un allergologue, avant de commencer les médicaments pour ne pas fausser les tests, pour connaitre les allergènes qui l'ennuient et ensuite, pouvoir lui proposer un traitement bien précis pour son cas, on peut tester encore beaucoup plus jeune.

  • Une simple allergie peut-elle provoquer de l'asthme ?  

Oui, mais les allergies sont des maladies à part entière. 50% des rhinites sont susceptibles d'entrainer de l'asthme.

  • Je souffre depuis 2 ans d'urticaire, avec des maux dans mes articulations. Mon allergologue m'a dit que je devais être allergique à quelque chose. Elle ne peut rien définir, vu que les tests n'ont rien montré. Que faire ? Je suis une femme de 31 ans.

Les tests sont souvent difficiles à interpréter dans les urticaires. Si vous avez des douleurs articulaires en plus, il s'agit peut être d'une autre maladie. Des dosages biologiques plus compliqués doivent être envisagés, différents de ceux de l'allergie.

Il faut surtout que votre asthme soit bien traité et bien équilibré pour ne pas avoir d'incidence sur la grossesse. Dans ces cas, tout se passera au mieux. Parfois, il peut y avoir des périodes d'instabilité, d'où la nécessité d'être régulièrement suivie.

  • J'ai lu dans un article que la durée de traitement avec les comprimés de désensibilisation, était de 3 ans. Cela veut-il dire que ce traitement est à prendre sans interruption pendant 3 ans ? Selon vous, ce traitement est-il vraiment équivalent aux injections ?  

Les traitements de désensibilisation durent effectivement 3 ans mais il y a plusieurs protocoles, soit en pré-saisonnier, soit en pré et co-saisonnier, soit en perannuel. Cela dépend des tests et du traitement. Les comprimés sont plutôt bien efficaces quand le choix du traitement correspond bien aux tests. Il y a moins de surveillance et de risques que pour les injections. Au niveau de l'équivalence, il semblerait que les résultats soient les mêmes.

  • Doit-on consulter dès les premiers symptômes ?  

L'idéal est de repérer la date de début de vos symptômes. Pour l'année suivante, si vous souhaitez une désensibilisation, il faut prendre les devants et consulter au moins 6 mois avant, pour trouver l'allergène responsable et mettre en place le traitement approprié, qui vous conviendra le mieux.

  • Où dois-je faire les dosages biologiques compliqués ?

Ces dosages peuvent vous être prescrits par votre allergologue, par votre médecin traitant, et sont à faire dans votre laboratoire habituel d'analyses médicales. Si ce n'est pas possible, consultez alors un médecin interniste qui vous guidera.

  • Mon fils de 4 ans a réalisé des tests allergiques suite à un écoulement nasal et une toux chronique. Les résultats sont tous négatifs. Les tests sont-ils fiables à 100 % ?  

Oui les tests sont fiables s'ils ont été réalisés dans de bonnes conditions, sans médicaments antihistaminiques qui effacent les tests. Mais parfois, il faut aussi contrôler les radios des sinus et des poumons, faire une prise de sang. Mais si tout reste négatif, il est utile de refaire chaque année cette démarche, ils se positivent parfois plus tard.

  • Certains aliments peuvent-ils provoquer des allergies respiratoires ?

Oui tout à fait, on le voit fréquemment. Cela varie selon les personnes. Il faut tenter de bien tenir les "cahiers alimentaires" et les relations avec les crises d'asthme, pour pouvoir choisir le panel de tests à réaliser.

  • Tous les ans à la même époque, au début du printemps, je souffre de rhinite et sinusite. D'après les tests cutanés, je ne suis pas allergique. Le problème, c'est que je n'ai pas trouvé comment me soulager. Y a-t-il des traitements pour des non allergiques, mais qui en ont les symptômes ?

Oui, vous pouvez aussi avoir une "allergie" à un pollen qui n'est pas répertoriée dans nos batteries de tests. La nature est riche, et il n'existe pas de tests pour "toutes les plantes". Par contre il y a des traitements anti allergiques utilisés justement dans ces cas, que l'on doit parfois associer et qui soulagent bien.

  • Existe-t-il des moyens de prévention des allergies ?

C'est parfois difficile, surtout pour les pollens. Mais dans ces périodes, il est préférable d'aller à la piscine que se promener dans les bois. Pour les poussières et les acariens, c'est la lutte quotidienne contre un environnement pollué qui est importante. Vous pouvez aussi regarder le site sur les allergènes contrôlés. Les mesures d'éviction sont bien expliquées.

La pollution fragilise la muqueuse nasale, oculaire puis respiratoire. Mais il existe de nombreux types de pollution. L'intérieur des maisons est souvent plus pollué que le dehors, entre les produits ménagers, le tabac, les animaux, les travaux de bricolages et les matériaux nouveaux. L'allergie est une sonnette d'alarme !

  • Combien de temps après des tests négatifs chez l'allergologue pour un enfant, peut-on à nouveau consulter ?

Faire un bilan par an semble suffisant. Mais bien sans aucun médicament, ni sirop pendant au moins 3 semaines à un mois. C'est aussi pourquoi c'est plus simple de faire ces bilans en fin d'été, car les enfants sont moins malades aux beaux jours.

  • Ma fille éternue beaucoup quand nous allons à Paris. Est-ce que la pollution est aussi une allergie ? Est-ce que cela se traite comme pour le rhume des foins ?  

Elle a peut être une forte hypersensibilité nasale, sensible aux polluants atmosphériques . Cela dépend aussi de vos activités et modes de vie et de déplacements dans la capitale. Le traitement est un peu différent, plus préventif et protecteur.

  • Peut-on être allergique au froid ?

Oui, soit sous forme d'asthme, soit sous forme d'urticaire. Les traitements ne sont pas les mêmes et les recherches sont différentes.

  • J'ai la gorge irritée et j'éternue tout le temps. Que faire ?

Alors il faut consulter !

  • Qu'est ce que le prick test ? Quel diagnostic permet-il ?

Le prick test consiste à déposer sur la peau du bras ou du dos, une goutte ou plusieurs gouttes d'une substance choisie en fonction des questions posées par l'allergologue. Goutte sur laquelle sera posée une petite "pointe" en matière plastique, pour faire passer une toute petite quantité dans la peau. Si la goutte devient rouge et gratte, le test est positif mais il y a toujours un test témoin pour vérifier la qualité de la peau et comparer les réactions.

  • Est-ce qu'avec le temps, une déviation du nez peut s'aggraver ?

Oui, certainement. Ce qui s'aggrave aussi, est votre gêne car votre organisme, respirant différemment des deux narines, souffre et proteste lui aussi. Donc vous êtes de plus en plus gêné.

  • Les huiles essentielles sont-elles efficaces pour traiter les allergies ?

Non, elles sont mêmes dangereuses car elles peuvent considérablement aggraver votre allergie ou vous en créer d'autres. C'est totalement à proscrire sans modération !

  • Si dans des analyses sanguines, le phadiatop est positif, cela veut-il forcément dire qu'il y a allergie ? 

Non, cela veut seulement dire qu'il y a dans votre sérum des traces de sensibilisation biologique. Cela n'est pas une maladie. Ce sont les questions posées par l'interrogatoire et les tests, qui détermineront votre sensibilisation, confrontés à la nature de votre gène clinique.

  • Les éternuements du matin, les yeux qui démangent, les oreilles qui démangent aussi, sont-ils des symptômes des allergies ou simplement une petite rhino ?

Si c'est toute l'année, ce n'est pas normal. Il vaut mieux ne pas laisser s'aggraver la situation !

  • Suite à une urticaire débutée fin septembre, dont la cause n'a pas été identifiée, les plaques rouges sur les cuisses ont laissé des plaques brunes. Vont-elles disparaître ?

Etait-ce vraiment une urticaire ? Il faut faire vérifier. Certaines formes d'urticaire pigmentées existent, mais parfois cela peut être aussi un autre problème de peau que de l'urticaire. Il faut donc examiner cela de plus près et envisager une suite peut-être dermatologique.

  • Vous parlez d'irritations dues aux particules sans réelle allergie. Y a-t-il des traitements possibles dans ce cas ?

Le mieux est de lire les documents sur le travail des conseillers en environnement intérieur, qui guide bien sûr la façon d'éliminer le maximum de choses polluantes. Pour l'extérieur, hélas, que des mesures simples : éviter de marcher ou de courir trop près des voitures, et suivre les variations de la pollution sur les capteurs d'air. C'est affiché tous les jours.

  • Il y a 5 ans, j'ai fait une réaction allergique aux hyménoptères, avec détresse respiratoire. J'ai donc chaque année une dose d'adrénaline. Etant enceinte, puis-je l'utiliser ? Si non, que faire ?

Pourquoi ne pas avoir surtout fait une désensibilisation au venin de guêpe, qui donne un excellent résultat, et qui peut être poursuivie même pendant une grossesse. C'est tellement plus sûr, au niveau de l'éfficacité et de la sécurité.

  • Mes fils de 15 mois et 3 ans, peuvent-ils avoir les mêmes réactions en cas de piqûres ? Et à partir de quel âge, puis-je leur administrer de l'adrénaline ?  

Non, l'allergie au venin n'est pas héréditaire. Vos enfants n'ont pas plus de risques que d'autres. L'adrénaline, aux doses d'enfants, peut aussi être utilisée en cas de besoin.

  • Peut-on se soigner d'un rhume des foins lorsque l'on est enceinte ?

Oui mais pas avec n'importe quel médicament.

  • Quelle est la solution à un problème de déviation du nez ?

Voir un ORL !

  • Est-ce qu'une opération chirurgicale du nez peut atténuer la déviation ?

Oui, mais c'est selon le type de la déviation. C'est l'ORL qui vous conseillera.

  • Quels sont les risques et les enjeux sanitaires de la rhinite allergique ?

Le risque est de voir la rhinite se transformer en sinusite avec des polypes et peut-être même de l'asthme, donc à ne pas négliger.

En savoir plus

L'allergie signifie une réaction anormale, inadaptée et excessive de l'organisme lors d'un contact avec une substance étrangère (allergène). Ces substances étrangères sont habituellement bien tolérées, mais pour une raison inexpliquée notre système immunitaire les considère, à tort, comme des ennemies. L'allergie survient sur un terrain génétiquement prédisposé : on parle alors de terrain "atopique". Quelles soient alimentaires, aux acariens, aux animaux domestiques, aux moisissures, aux pollens, aux médicaments, au latex... les allergies sont en pleine explosion.

En savoir plus

Dossiers :

Ch@ts :

Dans le forum :