Ostéoporose : comment l'identifier ?

Comment savoir si l'on souffre d'ostéoporose ?

La rédaction d'AlloDocteurs
La rédaction d'AlloDocteurs
Rédigé le , mis à jour le

Les réponses du Pr. Bernard Cortet, rhumatologue au CHRU de Lille :

"Pour l'ostéoporose, il y a des facteurs de risque identifiés comme un faible indice de masse corporelle, le tabac et l'alcool. L'examen clé reste la densitométrie osseuse. Sachant que pour les fractures vertébrales, on peut les repérer par la perte de taille. Toute perte de taille n'équivaut pas à une fracture de vertèbres, mais elle doit constituer un signe d'alerte notamment lorsque cette perte de taille est conséquente, supérieure à 4 centimètres par rapport à la taille carte d'identité".

"Arthrose et ostéoporose sont deux maladies qui atteignent essentiellement les personnes après la ménopause pour les femmes. Il n'y a pas pour autant de liaison directe. Certaines études suggèrent même que lorsque l'on a une arthrose, on ne développe pas d'ostéoporose. Et réciproquement. Mais ceci est remis en cause par des études plus récentes."

Nota bene : le score Frax (Fracture assessment tool) est également utilisé pour le dépistage de l'ostéoporore. Il s'agit d'un algorythme intégrant 12 items qui permet de calculer le risque de fracture dans les 10 ans qui suivent et de sélectionner les patients qui tireront le plus de bénéfices du traitement.

En savoir plus

Dossier :

Questions/réponses :

  • Est-il vrai que le traitement hormonal substitutif n'est plus le meilleur traitement contre l'ostéoporose après la ménopause ?
    Voir la réponse en vidéo*
  • Pourquoi le tabac est-il un facteur aggravant de l'ostéoporose ?
    Le surpoids favorise-t-il l'ostéoporose ?
    Voir la réponse en vidéo*
  • J'ai pris un traitement de biphosphonate durant sept ans, et malgré cela mon ostéoporose s'accentue. Pourquoi ?
    Les biphosphonates ne risquent-ils pas d'être très nocifs à long terme par leur effet cumulatif dans l'organisme ?
    Voir la réponse en vidéo*

* Les réponses du Pr. Bernard Cortet, rhumatologue au CHRU de Lille