États-Unis : une adolescente privée de son traitement à cause de la loi anti-IVG

En Arizona, une jeune fille de 14 ans s’est vu refuser le médicament qui soigne sa maladie chronique à la pharmacie. Le motif : il peut aussi être utilisé dans le cadre d’une IVG.

Muriel Kaiser
Muriel Kaiser
Rédigé le , mis à jour le
L'affaire a eu lieu juste après la décision de l'État de l'Arizona de rendre l'IVG illégale
L'affaire a eu lieu juste après la décision de l'État de l'Arizona de rendre l'IVG illégale  —  Maverick Pictures / Shutterstock

Moins de 48 heures après l’adoption d’une loi interdisant l’IVG, en Arizona, un premier scandale a éclaté. Il a été relayé par le journal anglais The Independant. Emma Thompson, habitante de 14 ans, n’a pas reçu son traitement habituel en pharmacie, un médicament qui est aussi utilisé pour mettre fin à une grossesse.

La jeune fille souffre de polyarthrite rhumatoïde et d'ostéoporose. Elle s'est vu prescrire du méthotrexate, un immunosuppresseur, pour combattre la douleur et les symptômes de sa maladie. 

À lire aussi : États-Unis : dans quels États l’avortement est-il désormais illégal ?

Un refus en raison de l'âge et du sexe

L’adolescente explique que la pharmacie "n'a pas regardé [son] historique" et "a juste refusé [sa] prescription à cause de [son] âge".

"C’est injuste. Ils tentent de forcer toutes les femmes qui sont sous ce médicament à montrer un test de grossesse pour le recevoir, et c’est totalement injuste", martèle Emma Thompson.

Sa médecin, ​​Deborah Jane Power, s'est indignée sur Twitter. Selon elle, il n’y a pas de doute, sa patiente s’est vu refuser le médicament uniquement en raison de son sexe. 

Un médicament vital

"Mes 25 ans en tant que médecin, tout ce que j'ai appris, ce que j'ai travaillé, toutes les heures supplémentaires passées à étudier sont tout simplement balayés de la table par les législateurs", a déclaré la Dre Power à la chaîne de télévision KOLD.

"Pour certains patients, c'est extrêmement grave, c'est le médicament qui contrôle leur maladie", a-t-elle ajouté. Concernant Emma Thompson, la médecin relate que la jeune fille a longtemps bataillé pour amener sa douleur à un stade "totalement gérable" et qu'elle pouvait désormais aller à l'école. 

À lire aussi : IVG aux États-Unis: Google va supprimer les données de localisation des femmes qui veulent avorter

Quid des prochaines ordonnances ?

La famille de la jeune femme a également exprimé son inquiétude après ce grave incident. Même une attente de 24 heures entre le refus du médicament et l'approbation d'une nouvelle ordonnance a été une source d'anxiété pour la famille, selon la mère d'Emma.

À présent, la médecin se dit préoccupée par la situation des pharmaciens qui ne veulent pas se retrouver dans une bataille entre l'État et les patients qui ont besoin du médicament.

IVG : des sites pour vous orienter
IVG : des sites pour vous orienter  —  Le Mag de la Santé - France 5

Pour ne manquer aucune info santé, abonnez-vous à notre newsletter !