Autotest du VIH : l'arlésienne
Crédits : Droits réservés - Société AAZ-LMB

Autotest du VIH : l'arlésienne

Après avoir été annoncés pour 2014, puis pour juin 2015, les autotests du sida devraient finalement être disponibles le 15 septembre prochain en pharmacie. Ils permettront à l'utilisateur de savoir, en quelques minutes, s'il est porteur ou non du virus du sida.

La rédaction d'AlloDocteurs
La rédaction d'AlloDocteurs
Rédigé le , mis à jour le

Le 15 septembre prochain, les autotests VIH® devraient enfin faire leur apparition dans les officines françaises, selon la société AAZ qui les commercialise. Initialement prévue pour juin 2015, cette commercialisation a été retardée pour "laisser le temps à l’ensemble des acteurs de santé de se former à la dispensation de l’autotest VIH ainsi qu’à l’accompagnement des personnes qui s’autodépisteront ", explique la société sur son site. Etonnant, sachant que l'objectif du test est justement de pouvoir être accessible à tout un chacun, à la maison et sans formation médicale. Le mode d'emploi est d'ailleurs expliqué sur la boîte.

Grâce à ce kit de dépistage, une simple goutte de sang suffit pour savoir, en 15 minutes, si on est porteur ou non des anticorps du VIH. Sans ordonnance et pour une vingtaine d'euros, l'autotest s'adresse aux personnes qui ne veulent pas se rendre dans des structures spécialisées (centres de dépistage, associations, ...). Il sera également mis à disposition des associations de lutte contre le sida, pour faciliter le dépistage auprès des populations les plus isolées.

Attention néanmoins : tout résultat positif devra être confirmé par une prise de sang. Car ce test n'est pas un diagnostic intégral, mais bien un dépistage. "Les autotests s’ajoutent à l’offre de dépistage existante et ne doivent pas la remplacer", rappelle la Haute Autorité de Santé (HAS). L'autotest VIH est donc un complément d'offre et "permettra peut-être d'augmenter le nombre de personnes traitées à un stade précoce", espère l'HAS. En France, 150.000 personnes sont séropositives, dont 28.000 l'ignorent.