Japon : quand prendre de l'iode ?

Pourquoi ne prendrait-on pas tous les comprimés d'iode tout de suite pour nous protéger ?

La rédaction d'AlloDocteurs
La rédaction d'AlloDocteurs
Rédigé le , mis à jour le

Les réponses avec Jean-René Jourdain, délégué auprès du directeur de la radioprotection de l'homme, à l'IRSN :

"Il faut prendre l'iode deux heures avant, idéalement deux heures avant l'exposition à l'iode 131 et jusqu'à vingt-quatre heures après maximum. Au delà de vingt-quatre heures, c'est inutile. En l'absence d'exposition, d'arrivée d'un nuage contenant de l'iode radioactif, c'est non seulement déconseillé mais c'est dangereux de prendre des comprimés d'iode stable. Il faut que le message soit très clair là-dessus.

"On reçoit énormément d'appels de personnes qui veulent avaler des comprimés d'iode, on a même des personnes pour qui le médecin généraliste a prescrit un comprimé d'iode deux fois par jour pendant une semaine, ce sont des comportements très dangereux. Les comprimés d'iode stable sont des médicaments qui exposent les personnes à une saturation de leur glande thyroïde par de l'iode, ce qui peut entrainer des effets secondaires du type hyperthyroïdie, un emballement de la thyroïde avec des problèmes cardiaques secondaires à cet emballement.

"On a une seule expérience de distribution massive de comprimés d'iode. C'était juste après l'accident de Tchernobyl en Pologne. Cette distribution n'était pas justifiée sur le plan médical, néanmoins les autorités polonaises l'ont fait. Il y a eu jusqu'à 12 % d'effets secondaires qui ont été observés après cette prise d'iode stable, avec des comportements qui n'étaient pas responsables. Des gens ont pris deux, trois, quatre comprimés d'iode au détriment de leur thyroïde."