Covid : le variant indien classé "préoccupant" détecté dans 44 pays

L’OMS classe désormais le variant indien parmi les variants "préoccupants" car il semble plus contagieux que l’ancienne souche du coronavirus. Il est à ce jour présent dans 44 pays, dont la France.

La rédaction d'AlloDocteurs
La rédaction d'AlloDocteurs
Rédigé le , mis à jour le
Image d'illustration.
Image d'illustration.  —  Crédits Photo : © Shutterstock / Alexey Boldin

Le variant indien est désormais présent dans 44 pays. C’est ce qu’a annoncé le 12 mai l'Organisation mondiale de la santé (OMS), en ajoutant qu’elle avait également reçu "des notifications de détection dans cinq autres pays".

A lire aussi : Covid : cinq choses à savoir sur le variant indien

Flambée épidémique en Inde

Ce variant B.1.617, apparu pour la première fois en Inde en octobre, pourrait avoir joué un rôle dans la flambée épidémique qui frappe actuellement le pays. 4.000 personnes y meurent chaque jour du covid-19 et le bilan total de l'épidémie y frôle les 250.000 décès. Des chiffres probablement sous-estimés car l’épidémie s’est propagée dans les zones rurales, où les hôpitaux sont rares et ne tiennent pas de registres.

En dehors de l'Inde, c'est en Grande-Bretagne que le plus grand nombre de cas de contaminations au variant B.1.617 a été détecté.

Un nouveau cas dans les Hauts-de-France

En France, le variant indien a été détecté pour la première fois fin avril chez cinq personnes : deux dans le Lot-et-Garonne, une à Bordeaux et deux dans les Bouches-du-Rhône.

Le 11 mai, un nouveau cas a été identifié dans les Hauts-de-France, chez un homme de nationalité indienne "hébergé" dans le Nord et de retour d'un séjour en Inde.

Un "système de détection et de surveillance des cas possibles d’infection du variant B.1.617 a été mis en place" sur tout le territoire, avec l'envoi "de façon systématique pour la réalisation d’un séquençage, tout test positif d’une personne revenant d’Inde dans les 14 derniers jours ou ayant été en contact rapproché avec une personne revenant d’Inde" a rappelé l’Agence Régionale de Santé (ARS) des Hauts-de-France.

"Préoccupant" car plus contagieux

Le variant indien vient d’être classé la 10 mai par l’OMS comme "préoccupant". Il rejoint ainsi la liste de trois autres variants : le variant britannique, le variant brésilien et le variant sud-africain. Tous sont considérés comme plus dangereux que la version originale du coronavirus, soit parce qu'ils sont plus contagieux, meurtriers ou résistants à certains vaccins.

Concernant le variant indien, les premières données montrent qu’il serait plus contagieux que la souche historique du coronavirus.

Un effet aussi sur les anticorps ?

Mais selon des expériences menées en laboratoires, il pourrait aussi atténuer la réponse des anticorps qui permettent de combattre le virus, s’inquiète l’OMS. Des observations à vérifier en conditions réelles pour savoir dans quelle mesure cette caractéristique pourrait ou non impacter l’efficacité des vaccins contre ce variant.

En attendant de mieux connaitre cette souche, le respect des gestes barrières reste le meilleur moyen de lutter contre l’épidémie. "Nous allons continuer à voir des variants préoccupants et il faut faire tout ce qui est possible pour limiter la transmission, limiter les infections, prévenir la contagion et réduire la gravité de la maladie" notamment par le port du masque et la distanciation sociale, a ainsi insisté la docteure Maria Van Kerkhove, responsable technique de la lutte contre le covid-19 au sein de l'OMS lors d’une conférence le 10 mai.