La vaccination contre le Covid des 5-11 ans a démarré aux Etats-Unis

28 millions de jeunes enfants américains peuvent désormais recevoir leur première dose de vaccin Pfizer.

Rédigé le , mis à jour le
Image d'illustration.
Image d'illustration.  —  Crédits Photo : © Shutterstock / Prostock-studio

La campagne de vaccination redémarre aux Etats-Unis. Les injections de vaccin contre le Covid-19 aux enfants de 5 à 11 ans ont débuté mardi 2 novembre, après avoir obtenu le feu vert des autorités sanitaires.

Pour l’instant, seul le vaccin Pfizer-BioNTech est disponible pour cette tranche d’âge. Au total, 28 millions d’enfants sont désormais éligibles. Le vaccin est toujours administré en deux injections, à trois semaines d’écart, mais le dosage a été adapté à 10 microgrammes par piqûre, contre 30 microgrammes pour les groupes plus âgés.

Le président américain Joe Biden a salué “un tournant” dans la lutte contre la pandémie de Covid-19. "Cela permettra aux parents de mettre fin à des mois d'inquiétudes pour leurs enfants, et réduira la proportion avec laquelle les enfants transmettent le virus aux autres", s'est-il félicité dans un communiqué.

A lire aussi : Vaccin anti-covid pour les enfants : où en est-on ?

Pourquoi vacciner les plus jeunes ?

Chez les 5 à 11 ans, plus de 1,9 million de cas de Covid-19 ont été enregistrés aux Etats-Unis. Plus de 8.300 hospitalisations, 2.300 cas de MIS-C (syndrome inflammatoire multisystémique pédiatrique), et une centaine de décès ont également été recensés. Le vaccin a démontré une efficacité de 90,7% contre les formes symptomatiques de la maladie, selon les essais cliniques menés par Pfizer sur des milliers d'enfants.

Les bénéfices attendus comportent également une baisse du nombre de fermetures de classes, et une possible réduction de la transmission de l'épidémie dans la population générale.

Selon un sondage de la Kaiser Family Foundation réalisé en septembre auprès de 1.000 parents, 57% ont déclaré qu'ils feraient "sans aucun doute" ou "probablement" vacciner leur enfant. Pour les hésitants, les inquiétudes concernent surtout les effets secondaires à court ou long terme.

Risque de myocardite réduit

Des effets secondaires analysés par un groupe d’experts indépendants. Leur principale inquiétude concernait le risque de myocardite, une inflammation du muscle cardiaque, détectée chez les adolescents et jeunes adultes (surtout masculins) après la vaccination avec Pfizer ou Moderna. 

Le risque de myocardite devrait être plus rare chez les jeunes enfants, grâce au dosage réduit, et parce que ce risque pourrait être lié aux niveaux de testostérone.

"Si j'avais un petit-fils, je le ferais assurément vacciner", a déclaré Beth Bell, spécialiste des maladies infectieuses et membre du comité. "Nous avons d'excellentes preuves d'efficacité et de sûreté. Nous avons une analyse bénéfice-risque favorable", a-t-elle martelé.