Vaccin anti-covid pour les enfants : où en est-on ?

Alors que le vaccin Pfizer est en passe d’être autorisé aux États-Unis chez les moins de 12 ans, Moderna annonce lui aussi de bons résultats chez les plus jeunes. La France pourrait-elle bientôt sauter le pas ?

Rédigé le , mis à jour le
Vaccin anti-covid pour les enfants : où en est-on ?
© Moldova / Shutterstock

Les enfants auront-ils eux aussi bientôt accès aux vaccins anti-covid ? Aux États-Unis, c’est en bonne voie, puisque le 26 octobre, un comité d'experts américains s’est prononcé en faveur de l'immunisation des 5-11 ans avec le vaccin Pfizer

Si cet avis n’est que consultatif, il devrait rapidement être suivi par l’Agence américaine des médicaments (FDA). Et dans ce cas, la vaccination des enfants commencerait début novembre outre-atlantique. Le schéma sera le même que chez les adultes et les adolescents : deux injections, à trois semaines d’écart, mais à un dosage moindre que le vaccin classique. 

Moderna talonne Pfizer

Pfizer n’est pas le seul à s’intéresser aux plus jeunes : le 25 octobre, Moderna annonçait des résultats positifs pour son vaccin anti-covid chez les jeunes enfants. Ses essais cliniques menés sur plus de 4.700 participants de 6 à 11 ans "démontrent une réponse immunitaire forte chez ce groupe d'enfants un mois après la seconde dose", avec des niveaux d'anticorps "robustes" détectés, déclarait l’entreprise dans un communiqué. Leur objectif est le même que Pfizer : obtenir l’autorisation des autorités sanitaires. 

A lire aussi : Covid : les enfants de moins de 3 ans plus contagieux que les adolescents

Des vaccinations encore exceptionnelles en France

Et en France ? A ce jour, et comme dans toute l'Union Européenne, la vaccination anti-covid est autorisée à partir de 12 ans dans l'Hexagone. Mais l’Agence européenne du médicament (EMA) n’a pas encore rendu d’avis sur la vaccination des moins de 12 ans. Elle est néanmoins possible dans quelques rares cas, chez les jeunes patients à haut risque de formes graves du covid. Cela concerne notamment chez les enfants souffrant d’immunodépression sévère, de maladies pulmonaires graves ou encore d’insuffisance cardiaque, qui peuvent recevoir une injection de vaccin anti-covid à la suite d’une autorisation délivrée au cas par cas. 

Pour l’heure, selon le site covidtracker, près de 16.000 enfants de 0 à 11 ans auraient ainsi reçu deux doses de vaccin sur le territoire français. 

Évaluer la balance bénéfice-risque

Mais pourquoi vacciner les enfants qui ne sont pas à risque élevé de forme grave ? Plus que le covid en lui-même, ce sont ses conséquences et ses impacts à long terme qui sont redoutés chez les enfants : la survenue d’un syndrome inflammatoire multi-systémique pédiatrique (MIS-C ou PIMS), ou encore d’un "covid long". 

Autre argument en faveur de la vaccination des enfants : ceux-ci jouent un rôle important dans la transmission du virus au sein de la population générale. 

Chez les enfants comme chez les adultes, tout est question de balance bénéfice-risque : si les scientifiques prouvent que le vaccin offre davantage de bénéfices qu’il n’entraîne d’effets secondaires chez les moins de 12 ans, ils pourraient prochainement le rendre accessible à cette population.