Diagnostiquer les troubles bipolaires avec un simple test sanguin

Pour améliorer le diagnostic des troubles bipolaires et accélérer leur prise en charge, une équipe du CHU de Montpellier a développé un test sanguin. Il permettrait de mettre fin à des années d'errance diagnostique. Reportage.

Géraldine Zamansky
Rédigé le
L'actu - Troubles bipolaire : un test sanguin pour un meilleur diagnostic
Troubles bipolaire : un test sanguin pour un meilleur diagnostic  —  Le Mag de la Santé - France 5

À partir de ses 20 ans, Patrice a dû vivre avec la menace permanente de dépressions régulières. Des dépressions contre lesquelles ses antidépresseurs ne pouvaient pas fonctionner, car il souffrait en réalité d’une forme particulièrement méconnue de trouble bipolaire, avec des moments dépressifs sans phase d’euphorie extrême.

Confusion entre dépression et troubles bipolaires

Le cas de Patrice est loin d’être isolé. Et cette errance diagnostique sans traitement adapté concerne aussi les patients touchés par les versions plus classiques de la maladie.

En première ligne, les médecins généralistes ont du mal à les identifier. "Ces patients qui ont un trouble de l'humeur avec des phases d'exaltation et des phases de dépression ne viennent consulter que quand ils sont mal et ils sont mal en phase de dépression. On a l'impression que ce sont des patients qui souffrent d'un syndrome dépressif", explique le Dr Jean Granier, médecin généraliste à la maison de santé pluriprofessionnelle de Béziers.

Un test sanguin simple, rapide et précis

Il manque aussi à ces médecins généralistes des outils efficaces pour démasquer un trouble bipolaire"Tous les questionnaires sont inadaptés à une pratique de ville. Ils sont trop longs et difficilement intégrables dans la relation que l'on a au patient en consultation de médecine générale. Le but serait d'avoir un examen simple, rapide, bien meilleur que ce qui existe aujourd'hui", commente le Dr Jean Granier.
 
Mettre au point un test simple, c’est exactement l’objectif du Pr Raoul Belzeaux. Son équipe a cherché dans le sang de plusieurs centaines de patients des biomarqueurs, des sortes de signatures du trouble bipolaire.  

"On a bénéficié de plusieurs cohortes de patients qui avaient soit un trouble bipolaire soit un trouble dépressif majeur. On a pu mettre en évidence un certain nombre de biomarqueurs qui permettent de prédire le diagnostic de bipolarité", confie le Pr Raoul Belzeaux, psychiatre au CHU de Montpellier.

Eviter des années de souffrance

Il reste maintenant à transformer le dispositif des chercheurs en test de routine."Le but est de développer un test biologique où le patient en sortant de chez le médecin généraliste pourra rapidement faire une prise de sang en laboratoire et obtenir un résultat qui aidera le médecin généraliste à orienter le patient vers un psychiatre", conclut le Pr Raoul Belzeaux.

Ce test pourrait enfin éviter les années de souffrance traversées par des milliers de patients comme Patrice. En attendant, son rétablissement lui a permis de s’engager dans l'association Argos pour aider d’autres patients atteints d’un trouble bipolaire.

Pour ne manquer aucune info santé, abonnez-vous à notre newsletter !