Covid : faut-il s’inquiéter du nouveau variant Omicron ?

Un nouveau variant du coronavirus a été découvert en Afrique du Sud. Les multiples mutations qu’il possède le rendraient plus contagieux, faciliteraient sa transmission et l’aideraient à contourner nos défenses immunitaires.

Rédigé le , mis à jour le
Image d'illustration.
Image d'illustration.  —  Crédits Photo : © CROCOTHERY / Shutterstock

Il s’appelle B.1.1.529, ou « Omicron ». Un nouveau variant du coronavirus a été détecté en Afrique du Sud, ont annoncé plusieurs scientifiques le 25 novembre. Problème, ce variant présente un nombre « extrêmement élevé » de mutations : selon les scientifiques, au moins 10, contre deux pour le variant Delta.  

Une propagation « très rapide »

Et « nous pouvons voir qu'il a un potentiel de propagation très rapide », a déclaré le virologue Tulio de Oliveira, lors d'une conférence de presse en ligne chapeautée par le ministère de la Santé. En l’espace de deux semaines seulement, ce variant est en effet déjà impliqué dans 75% des cas de covid en Afrique du Sud et se rapproche des 100%, explique le virologue sur son compte Twitter

Des vaccins anti-covid moins efficaces ?

A ce stade, les scientifiques sud-africains ne sont pas certains de l'efficacité des vaccins existants contre ce nouveau variant. « Ce qui nous préoccupe, c'est que ce variant pourrait non seulement avoir une capacité de transmission accrue, mais aussi être capable de contourner certaines parties de notre système immunitaire », a déclaré un autre chercheur, le professeur Richard Lessells. 

 « Le souci, c'est que lorsque vous avez autant de mutations, cela peut avoir un impact sur la façon dont le virus se comporte », a déclaré Maria Van Kerkhove, responsable technique de l'Organisation mondiale de la Santé (OMS) pour le Covid-19, lors d'un point de presse en ligne. « Il nous faudra quelques semaines pour comprendre l'impact de ce variant sur tout vaccin potentiel », a-t-elle ajouté.   

Ennemi invisible et imprévisible

L'Afrique du Sud, officiellement pays le plus touché du continent par le virus, a connu une nouvelle hausse des contaminations ces dernières semaines. Les autorités redoutent une nouvelle vague de pandémie d'ici la fin de l'année dans ce pays où seuls 35% des adultes éligibles sont totalement vaccinés. 

Déjà, plus de 1.200 nouveaux cas en 24h ont été enregistrés mercredi, contre une centaine au début du mois. D'abord attribuée au variant Delta, cette augmentation « exponentielle » est plutôt causée par le nouveau variant, qui représente selon le ministre de la Santé Joe Phaahla « une menace majeure ». Son apparition « renforce le fait que cet ennemi invisible auquel nous avons affaire est très imprévisible », a-t-il ajouté.  

Vols suspendus

Une suspension des vols en provenance de la région d’Afrique australe, proposée par la Commission européenne, est déjà appliquée par l'Allemagne, le Royaume-Uni et l'Italie. La France devrait se prononcer sur une éventuelle suspension « dans les tout prochains jours si ce n'est les prochaines heures », a déclaré le 26 novembre le porte-parole du gouvernement Gabriel Attal.

Pour ne manquer aucune info santé, abonnez-vous à notre newsletter !