1. / Bien-être - Psycho
  2. / Sport et santé

Rachis et rugby : la colonne vertébrale entre en jeu

Le rugby est un sport de contact, et l’organisme des joueurs est soumis à rude épreuve. Chaque année, 16 000 accidents ont lieu chez les rugbymen, dont 5 % touchent le rachis cervical. Prudence, c’est la motricité de leurs membres et le risque de paralysie qui est en jeu…

Rédigé le , mis à jour le

Rachis et rugby : la colonne vertébrale entre en jeu
Sommaire

La colonne vertébrale

Les explications en image avec Marina Carrère d’Encausse et Michel Cymes

Le rachis est l'autre nom donné à la colonne vertébrale. Celle ci est constituée de trente-trois vertèbres empilées les unes sur les autres, ce qui lui permet d'être mobile.

Le rachis cervical ne concerne que la partie du cou, soit sept vertèbres. Les deux premières, très différentes des autres, se nomment l'atlas et l'axis. Leur surface articulaire plus large sert à soutenir le poids de la tête.

L'atlas s'articule vers le haut avec l'os occipital, qui est la base du crâne, et vers le bas avec l'axis. Relié par plusieurs ligaments, l'ensemble permet au cou de faire les mouvements de flexion, d'extension et de rotation.

Quand les vertèbres s'articulent entre elles, le canal rachidien se forme. C'est là que se cache la moelle épinière, une partie très sensible où se situent les racines nerveuses à l’origine de la motricité et de la sensibilité de notre corps.

Enfin, entre deux vertèbres se trouve le disque intervertébral dont le rôle est de limiter les frottements, de servir d'amortisseur et de répartir les pressions, surtout lors d'un effort important.

Des risques de lésions

Au centre d’entraînement de Marcoussis, tout est fait pour prévenir les blessures

Pour les joueurs de rugby, les différentes pressions exercées aux niveaux du cou lors du jeu peuvent provoquer contusions ou contractures musculaires mais aussi étirements, voire rupture des ligaments et des tendons.

Le plus gros risque reste toutefois la lésion vertébrale : fracture, déplacement, pincement et surtout compression de la moelle. En dehors de ces cas extrêmes, les médecins du sport s'inquiètent par ailleurs des traumatismes chroniques.

Toutes ces contraintes physiques exercées sur le rachis cervical provoquent en effet, à long terme, des arthroses cervicales ou des lésions de la moelle épinière.

Opération prévention

Après un choc pendant un match de rugby, Guillaume a été paralysé pendant plusieurs jours

La France est actuellement le pays le mieux placé sur le plan de la prévention, devançant notamment l'Afrique du Sud et la Nouvelle-Zélande dans ce domaine.

Sur 250 000 joueurs de rugby, les médecins du sport recensent chaque année 16 000 accidents, dont 5 % concerne le rachis cervical. Dans ce cas, les joueurs viennent consulter le plus souvent pour une douleur, une raideur au niveau du cou. Une radio est alors réalisée. Si les clichés de face et de profil ne révèlent pas de lésion osseuse, les sportifs repartent avec un collier de maintien et des antalgiques.

Mais ils doivent revenir faire ce que l'on appelle une radio dynamique. Le patient est placé alors de profil et on lui demande de fléchir la tête pour voir s'il y a une lésion ligamentaire ou une hernie discale.

Sponsorisé par Ligatus