1. / Bien-être - Psycho
  2. / Sport et santé
  3. / Dopage

Dopage sportif : les compléments alimentaires dans le viseur des pharmaciens

Le Conseil national de l'Ordre des pharmaciens a annoncé ce 12 février le lancement d'une campagne d'information pour lutter contre le dopage sportif lié à l'usage de certains compléments alimentaires. Les officines sont actuellement le premier circuit de distribution de ces produits en France.

Rédigé le

Dopage sportif : les compléments alimentaires dans le viseur des pharmaciens
Campagne 2016 de l'Ordre des Pharmaciens

Les pharmaciens apposeront bientôt dans leurs officines un "avis aux sportifs". Son objet ? Alerter cette population sur le fait que "les compléments alimentaires ne sont pas des produits comme les autres".

Cette campagne s'inscrit dans la continuité de la convention signée fin février 2015 entre le ministère des Sports et l'Ordre des Pharmaciens pour optimiser la prévention du dopage lié à la prise de certains compléments alimentaires.

Les documents d'information ont été élaborés conjointement par le Comité d'éducation sanitaire et sociale de la pharmacie française (Cespharm), le ministère chargé des Sports et la Mission interministérielle de lutte contre les drogues et les conduites addictives (Midelca).

Cette campagne du Conseil national de l’Ordre des pharmaciens (CNOP) veut favoriser le dialogue entre les sportifs et les pharmaciens. Un dépliant d'information sera également mis à disposition des sportifs. Enfin, un document d'information sera remis aux professionnels, expliquant notamment "des éléments pratiques sur la conduite à tenir à l'officine".

"Le pharmacien, spécialiste du médicament et de son bon usage, est un professionnel de santé à part entière", explique dans un communiqué Isabelle Adenot, présidente du CNOP. "Il doit donc être un acteur essentiel dans la prévention du dopage lié à l’usage de compléments alimentaires"

Le CNOP note que "les sportifs n'ont pas toujours conscience du risque potentiel de dopage lié à la consommation de compléments alimentaires". Il souligne qu'il est "du rôle du pharmacien de les informer de la présence éventuelle de substances pouvant conduire à un contrôle antidopage positif et à des sanctions même chez un sportif de bonne foi". Mal utilisées, ces substances peuvent aussi avoir des effets néfastes pour la santé.

Le CNOP précise que "la quête du dépassement de soi, de plus en plus valorisée dans nos sociétés occidentales, conduit nombre de sportifs à recourir à des compléments alimentaires afin d'accroître leurs performances".

En dépit du fait qu'aucun bénéfice d'une supplémentation par compléments alimentaire n'est démontré pour les individus ne présentant pas de carence, 16 à 40% des adultes en consommeraient, selon des chiffres du Synadiet (syndicat national des compléments alimentaires) et du Credoc (Centre de recherche pour l'étude et l'observation des conditions de vie).

Les compléments alimentaires représentent un marché particulièrement dynamique avec une progression de 6,4% en 2014. Les pharmacies sont par ailleurs le premier circuit de distribution des compléments alimentaires en France (51% des ventes totales).