À partir de quand peut-on parler d'addiction au sport ?

Je vais au club de fitness six fois par semaine et je me sens stressée quand je manque un cours, est-ce le début de l'addiction ? À partir de quand peut-on parler d'addiction au sport ?

La rédaction d'AlloDocteurs
La rédaction d'AlloDocteurs
Rédigé le , mis à jour le

Les réponses avec le Dr Michel Hautefeuille, psychiatre-addictologue :

"Les cliniciens remettent en cause l'utilisation du terme bigorexie. Bigorexie est l'association de deux racines, une anglo-saxonne et une grecque, qui ne correspond pas trop. Le terme de bigorexie renvoyait à un gros appétit et était associé aux culturistes. Aujourd'hui, on préfère utiliser le terme de sportooliques (ndlr : accro au sport).

"Ce qui doit alerter, comme dans toutes les addictions quelles qu’elles soient, c'est à partir du moment où la pratique commence à empiéter sur les autres domaines de la vie considérée comme normale. Chez les personnes qui deviennent sportooliques, on constate que la pratique du sport va se faire au détriment de l'activité professionnelle, des relations sociales, des relations familiales… On parle de centration sur la pratique du sport. Toutes les autres choses sont délaissées.

"Personnellement, j'ai hospitalisé pour sevrage un certain nombre de sportooliques et j'ai été très étonné de voir qu'il y a des signes objectifs de sevrage en terme de crampes, de douleurs, d'impulsions, d'irritabilité… qui sont des signes que l'on retrouve dans n'importe quel sevrage, notamment le sevrage des opiacés. Quand on hospitalise ces patients, on utilise des traitements assez proches du traitement de sevrage des opiacés."