Une seconde d'insouciance pour oublier la maladie

Une seconde d'insouciance pour oublier la maladie

Immortaliser une seconde d'insouciance chez des patients atteints de cancers, c'est le pari que s'est donné la fondation Mimi dans le cadre du projet "Ne serait-ce qu'une seconde". Vingt patients volontaires se sont soumis aux extravagances de coiffeurs professionnels sans se voir. Ce n'est qu'à la fin du relooking, sous l'objectif d'un photographe, qu'ils ont pu découvrir leurs nouveaux visages. Stupéfiant et émouvant.

La rédaction d'AlloDocteurs
La rédaction d'AlloDocteurs
Rédigé le , mis à jour le

"Je crois que c'est l'insouciance qui me manque le plus"

Vingt personnes atteintes de cancers ont participé le 17 juin 2013 à une séance de relooking un peu particulière dans le cadre du projet "Ne serait-ce qu'une seconde", à l'initiative de la fondation Mimi qui milite pour améliorer le bien-être des personnes atteintes d'un cancer.

A la base du projet, la phrase "je crois que c'est l'insouciance qui me manque le plus", verbalisée et ressentie par la plupart des personnes touchées par un cancer.

Les personnes qui ont participé à cette aventure ont été maquillées et coiffées par des professionnels avec des coiffures aussi extravagantes les unes que les autres.

Derrière un miroir sans tain se cache Vincent Dixon, un photographe qui a immortalisé leurs réactions devant leurs nouveaux visages. De quoi "oublier" leur maladie le temps d'une seconde. Le résultat est bluffant et bouleversant d'émotions. Les clichés ont ensuite été exposés dans une galerie et un film retrace cette aventure poignante.

Des centres de mieux-être pour améliorer la qualité de vie

La fondation Mimi s'est donnée comme mission d'améliorer la qualité de vie des patients atteints d'un cancer et plus particulièrement pendant toute la période de leur chimiothérapie ou radiothérapie.

Cette association revendique l'importance du bien-être du patient dans son combat contre la maladie. Pour la fondation Mimi, "mettre du soleil dans la vie des patients" est déjà une thérapie.

Les espaces de "mieux-être" principalement situés au sein même des structures hospitalières de certains hôpitaux de Belgique, de France et de Suisse, accueillent des patients atteints de cancers. Ils proposent gratuitement des conseils en coiffure, des séances d'esthétique et un accompagnement psychologique avec des professionnels formés à l'écoute des patients. En 2012, la fondation a aidé plus de 15.000 patients dans ses centres de mieux-être.

Si vous souhaitez aider la fondation, un livre de 60 pages des 20 clichés photographiques est disponible. L'intégralité du prix de vente est reversée à la fondation Mimi. Dépêchez vous, il est en édition limitée!

 

Source : Fondation Mimi