Que faire en cas de chevauchement des orteils ?

J'ai le petit orteil qui chevauche les autres doigts de pied. Que me faut-il faire ?

La rédaction d'AlloDocteurs
La rédaction d'AlloDocteurs
Rédigé le , mis à jour le

Les réponses avec le Dr Christophe Piat, chirurgien orthopédiste, et Ari Darmon, pédicure podologue :

"Ce chevauchement est très fréquent avec le cinquième orteil. Souvent lors de l'acquisition de la marche, cet orteil finit par prendre des positions difficilement maîtrisables et on se retrouve très souvent avec le petit orteil qui passe sous le quatrième, avec en plus une rotation. Conséquence : on marche souvent sur l'ongle ce qui occasionne des cors dans le coin de l'ongle. Avoir un orteil qui passe par dessus un autre est plus rare mais cela arrive. On peut conseiller une protection locale en silicone type orthoplastie pour limiter le conflit entre l'orteil et la chaussure, voire correctrice si la déformation est réductible. Si on peut remettre l'orteil à sa place, on essaie de maintenir cette correction artificiellement."

"Le plus fréquent l'orteil passe par en dessous mais il y en a quand même beaucoup d'origine congénitale et héréditaire, c'est-à-dire qu'il y a un cas dans la famille. On parle alors de quintus varus. L'orteil passe au dessus. Dans ce cas, on est obligé d'opérer quand les personnes sont gênées. S'il s'agit uniquement d'un aspect esthétique, on les modère. Mais s'ils sont gênés, il faut une intervention pour essayer de repositionner le cinquième orteil à l'endroit où il devait être.

"Concernant la griffe congénitale, tant que l'on est enfant, on peut encore espérer les redresser par des moyens orthopédiques, c'est-à-dire non chirurgicaux. Une fois que vous avez une déformation à l'âge adulte, c'est-à-dire une fois que vous avez terminé votre croissance osseuse, vous êtes obligé si vous le tolérez mal, de vous faire opérer."

"En période de croissance, chez l'enfant, maintenir des corrections sur plusieurs années avec la contrainte que cela occasionne, puisqu'il faut faire la correction, est rarement supporté par l'enfant ou alors cela est supporté, mais ce n'est pas assez correcteur… Souvent on finit par une intervention s'il y a toujours une gêne."

En savoir plus

Dossier :

Questions/réponses :