Le livre qui rend l'eau potable

Livré dans un joli écrin en plastique, ce manuel d'une cinquantaine de pages propose des conseils pour préserver la potabilité des eaux et éviter leur contamination. Mais chaque page est aussi - et surtout ! - un filtre détachable qui, glissé dans la boîte, permet de purifier les eaux souillées de 99,9% des bactéries courantes.

La rédaction d'AlloDocteurs
La rédaction d'AlloDocteurs
Rédigé le

Le projet est né d'une collaboration de chercheurs de plusieurs universités de l'est des Etats-Unis. Il se base sur les travaux d'une jeune doctorante, Teri Dankovich, qui est parvenue à mettre au point un procédé simple pour incorporer de façon durable du nitrate d'argent – un excellent bactéricide(1) – à de la fibre de carton.

Le coût de fabrication de chacun de ces filtres enrichis au nitrate d'argent n'est que de quelques centimes. Lorsque les chercheurs ont cherché à fabriquer un dispositif simple pour pouvoir insérer les filtres, l'idée à germer de proposer une boîte en plastique qui contiendrait non pas un stock de filtre... mais un cahier relié, fabriqué avec ce matériau.

Les efforts déployés par les designers pour créer un objet fonctionnel ont abouti à un objet étonnamment esthétique.

Sur chaque page peut être imprimé, à l'aide d'une encre non toxique, des conseils de prévention à destination de populations alphabétisées. Les premiers livres-filtres ont été édités en anglais, et doivent être acheminés au Ghana (dont l'anglais est la langue officielle(1)) au mois d'août prochain, en vue de tester in situ la viabilité du projet.

Chaque page du livre permet de répondre aux besoins en eau potable d'une famille pendant un mois. Un livre complet est donc susceptible d'assurer de bons et loyaux services pendant quatre ans, pour peu que le boîtier plastique résiste à une utilisation intensive.

 

 

(1) L'ingestion de nitrate d'argent peut être toxique, mais celui-ci est ici emprisonné dans la fibre du filtre. La question du retraitement des filtres après leur utilisation n'est pas détaillée par les initiateurs du projet.
(2) 80 autres langues sont couramment parlées sur le territoire ghanéen. Le taux d'alphabétisation y est de 57,9%.